Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

samedi 29 avril 2017

LE PEN DANSE LE SIRTAKI

  Nous avons évoqué dans notre chronique du 26 avril, le caillou qui gêne Macron dans sa marche : la lutte contre le terrorisme islamique.
  Marine Le Pen, c’est une épine qui l’handicape dans sa campagne électorale : la sortie de l’Euro et le retour au franc.
  Nous avons, il y a quelque temps, écrit deux articles sur la catastrophe que cela produirait en France dont les classes populaires seraient les premières victimes qui subiraient l’explosion de chômage et l’effondrement de leur pouvoir d’achat.  Nous avions relevé le mensonge de la candidate FN qui cite Joseph Stiglitz à l’appui de sa thèse. Mensonge, parce que si le prix Nobel critique, en effet, la politique actuelle d’austérité prônée par l’Europe, ce qu’il dit vraiment, c’est qu’il faut réduire les dépenses et supprimer les déficits mais pas à contretemps, c'est-à-dire quand la conjoncture est favorable et non en période de faible croissance.
  Un événement important est intervenu récemment, dont on n’a pas assez parlé : la tribune publiée dans le Monde du 17 avril par 25 prix Nobel d’économie en faveur de l’Europe. Voici ce texte :

   "Certains d'entre nous, lauréats du prix Nobel d'économie, ont été cités par des candidats à l'élection présidentielle française, notamment par Marine Le Pen et ses équipes, pour justifier un programme politique sur la question de l'Europe...Nos opinions convergent pour condamner cette instrumentalisation de la pensée économique dans le cadre de la campagne électorale française.
– La construction européenne est capitale non seulement pour maintenir la paix sur le continent mais également pour le progrès économique des Etats membres et leur pouvoir politique dans le monde.
– Les évolutions proposées par les programmes antieuropéens déstabiliseraient la France et remettraient en cause la coopération
entre pays européens, qui assure aujourd’hui une stabilité économique et politique en Europe.
– Les politiques isolationnistes et protectionnistes et les dévaluations compétitives, toutes menées au détriment des autres pays, sont de dangereux moyens d’essayer de générer de la croissance. Elles entraînent des mesures de représailles et des guerres commerciales. Au final, elles se révéleront préjudiciables à la France ainsi qu’à ses partenaires commerciaux.
– Quand ils sont bien intégrés au marché du travail, les migrants peuvent être une opportunité économique pour le pays d’accueil. Plusieurs des pays les plus prospères au monde ont su accueillir et intégrer les émigrés.
– Il y a une grande différence entre choisir de ne pas rejoindre l’euro en premier lieu et en sortir après l’avoir adopté.
– Il faut renouveler les engagements de justice sociale, et ainsi garantir et développer l’équité et la protection sociale, en accord avec les valeurs traditionnelles de la France, de liberté, d’égalité et de fraternité. Mais l’on peut et l’on doit parvenir à cette protection sociale sans protectionnisme économique.
– Alors que l’Europe et le monde font face à des épreuves sans précédent, il faut plus de solidarité, pas moins. Les problèmes sont trop sérieux pour être confiés à des politiciens clivants." (1)

  Voilà au moins qui est dit et nous évite d’avoir à revenir sur le sujet. Que rajouter à 25 prix Nobel de renommée internationale (dont "notre  prix Nobel, Jean Tirole) ?
  D’ailleurs, le FN lui-même sent qu’il y a comme un malaise sur ce sujet puisque les 2/3 des français se disent attachés à l’Euro. Alors, Marine Le Pen a amorcé un repli stratégique en disant d’abord que ce seront les français qui trancheront par référendum puis en retirant toute référence au retour du franc dans sa profession de foi qui vient d’être publiée. Que dit-elle sur le sujet ?
  Ceci, au chapitre " Restaurer la démocratie, rendre la parole au peuple" : «  En renégociant les traités européens pour retrouver notre souveraineté et bâtir une Europe des Nations. »
  Il n’est plus question nulle part de « Restaurer la souveraineté monétaire », ni de référendum sur la sortie de l’Europe ni de retour au franc…toutes choses largement développées dans son programme.
  On pourrait se réjouir et se dire qu’elle a fini par comprendre dans quelle galère elle prétendait nous mener mais il y a une chose qui ne colle pas : elle ne change rien d’autre dans son programme. Or, les plus importantes de ses mesures ne sont applicables qu’en cas de retrait de l’Europe et de l’Euro et d’usage de la planche à billets d’une Banque de France ayant retrouvé sa souveraineté monétaire. Renoncerait-elle également à son programme ? Difficile à croire !
  S’imagine-t-elle que nos partenaires européens vont réécrire tous les traités comme elle le souhaite pour lui faire plaisir ? Dans ce cas, cela ne relèverait plus de la politique mais de la psychiatrie…
  Donc, elle nous ment !
  Voilà un beau sujet pour Emmanuel Macron lors du grand débat avant le deuxième tour…

  Au moment de poster cette chronique nous prenons connaissance de "l’Accord de gouvernement" passé entre Le Pen et Dupont-Aignan (son futur premier ministre….) où l’on apprend que : «La transition de la monnaie unique à la monnaie commune (concrètement cela signifie le retour au franc) n’est pas un préalable à toute politique économique. Le calendrier sera adapté aux priorités et défis immédiats que le gouvernement de la France devra relever. Tout sera fait pour organiser sereinement la transition de la monnaie unique vers la monnaie commune et la mise en œuvre concrète du droit pour chaque pays de gérer sa monnaie et sa banque centrale. »
  Donc on ne parle plus de sortie unilatérale de l’euro qui est repoussée aux calendes grecques et, du même coup, des mesures les plus emblématiques de son programme puisqu'elles sont inapplicables dans le cadre des traités européens actuels. Y compris toutes les mesures discriminatoires de sa politique d'immigration puisqu'elles seraient censurées par la "Cour européenne des droits de l'Homme" qui relève également des traités européens.
  Marine Le Pen fait du Tsipras ! Il ne lui reste plus qu’à se former au sirtaki pour avoir "l’esprit grec" comme disait Zorba…



(1) Signataires :Angus Deaton (Princeton, prix Nobel en 2015), Peter Diamond(Massachusetts Institute of Technology, 2010), Robert Engle(université de New York, 2003), Eugene Fama (Chicago, 2013),Lars Hansen (Chicago, 2013), Oliver Hart (Harvard, 2016),Bengt Holmström (MIT, 2016), Daniel Kahneman (Princeton, 2002), Finn Kydland (Carnegie-Mellon, 2004), Eric Maskin(Harvard, 2007), Daniel McFadden (Berkeley, 2000), James Mirrlees (Cambridge, 1996), Robert Mundell (Columbia, 1999),Roger Myerson (Chicago, 2007), Edmund Phelps (Columbia, 2005), Chris Pissarides (London School of Economics, 2010),Alvin Roth (Stanford, 2012), Amartya Sen (Harvard, 1998),William Sharpe (Stanford, 1990), Robert Shiller (Yale, 2013),Christopher Sims (Princeton, 2011), Robert Solow (Columbia, 1987), Michael Spence (Stanford, 2001), Joseph Stiglitz(Columbia, 2001), Jean Tirole (Toulouse School of Economics, 2014).

Aucun commentaire: