Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mercredi 5 avril 2017

LA FRANCE HUMILIÉE

  Nous avons pour règle de ne rater aucun débat important. Depuis près de 7 ans nous avons donc toujours rendu compte de manière exhaustive de tout ce qu’ont dit les divers et successifs candidats. Ce que nous avons fait, d’ailleurs,  pour  le débat  du 21 mars sur TF1 ("La bande des 5").
  Nous ne le referons pas cette fois-ci, mais ce n’est pas parce que nous avons été submergé par l’ennui et terrassé par l’heure tardive (00H37). La preuve que nous étions présent jusqu’à la fin : nous avons retenu les mots prononcés par les deux animatrices : alors que Laurence Ferrari reconnaissait "quelques imperfections", Ruth Elkrief proclamait sans se démonter  que : « Ce fut un débat  historique dont nous somme fières ! ».
   Les maitresses d’école, obsédées du chronomètre, ont rendu tout débat au fond impossible et favorisé les sujets polémiques permettant de faire du buzz (merci Poutou, merci Arthaud) plutôt que de débattre de la crise économique. Indulgentes sur la vulgarité, elles n’ont jamais réagi aux attaques ignorant la présomption d’innocence et ne relevant pas les propos diffamatoires. Mais elles sont fières d’elles ! Nous en sommes sortis consternés….
  Nous avions ouvert notre page Word quelques instants avant l’émission sous le titre : "Le grand débat". Plus tard, nous l’avons changé par :" Le onze tricolore bien décevant avec tous ses remplaçants". Avec l’absence de toutes les grandes vedettes on a compris que nous avions devant nous l’équipe réserve.
    Et ça se voyait. Les 11 joueurs sur un terrain de foot sont censés se servir de la tête et des pieds mais dans notre équipe, 6 au moins ont préféré jouer  à quelque chose ressemblant plutôt au rugby, se servant de leurs mains et n’hésitant pas à plaquer au sol leurs adversaires.
  Les 5 autres n’étaient pas des amateurs, remplaçants certes, mais professionnels. Souvent désorientés, ils semblaient hésiter sur le comportement à adopter.
  Macron se tenait bien sage dans son coin (on voit qu’il respecte les professeurs), donnant parfois l’impression de s’assoupir pour récupérer des fatigues de la campagne. Seule Le Pen est arrivée à le tirer de sa torpeur au cours d’une joute violente sur l’Europe. En la regardant on aurait dit son père.  En revanche, on n’a toujours rien appris de précis sur le programme de Macron. Au moins on ne pourra pas lui reprocher  ses promesses (1).
  Le Pen, dans le collimateur de tous les candidats, regrettait manifestement d’être là et ne se battra sûrement pas pour un prochain débat. On sentait qu’elle cherchait à éviter de prendre des risques mais elle a tout de même reçu un missile de Poutou lui reprochant d’avoir invoqué son immunité parlementaire pour ne pas se rendre à la convocation de la police : «  Nous, nous n’avons pas d’immunité ouvrière, alors nous y allons ! ». Elle va maintenant essayer de jouer la montre pour conserver son capital (sondagier, évidemment !).
  Mélenchon fut sans aucun doute le meilleur du débat mais ce n’est pas parce qu’on est bon acteur que le personnage que l’on interprète est attrayant. Il sera plus crédible sur des planches qu’à l’Élysée…
   Hamon, pour  rester dans la parabole du football, était sur tous les ballons pour qu’on le remarque mais il faisait plus mouche du coche que meneur de jeu.
   Fillon, enfin, aura été le seul à essayer de tenir sa place dans ce qu’il croyait être un débat. Quoi qu’on puisse lui reprocher il faut bien reconnaître qu’il est le seul à "faire Président", à aborder les grands sujets qui préoccupent les français et dont dépend l’avenir du pays. Mais comment parler sérieusement de choses sérieuses en 90 secondes alors que vos adversaires, aidés par les journalistes, vous interrompent  et cherchent à vous entrainer sur un autre terrain ?
   Nous n’avions pas fini de modifier notre titre : "désolant", puis "choquant", puis "consternant", pour retenir en définitive : "La France humiliée",  car  tel était bien notre état d’esprit en éteignant le poste.
  Comment ne pas penser à ces étrangers, peu nombreux on le souhaite, regardant l’émission et constatant que la moitié des candidats à la présidence de la République française n’avaient rien à faire dans ce débat et que ceux qui peuvent prétendre diriger la France n’ont même pas eu la possibilité de présenter leur programme et d’en débattre. On se croyait au bistrot, sans les cacahuètes  et  le calva…
  C’est bien vrai que l’on a les candidats, les journalistes et le peuple que l’on mérite !
    Au fait, l’addition, c'est-à-dire la dette, laissez, c’est pour nous.

 Peut-être aurez-vous remarqué que nous avons laissé de côté les "petits candidats". On pourra nous rétorquer que ce n’est pas démocratique. Pour notre part, nous pensons que ce qui n’est pas démocratique c’est de couvrir la voix de candidats-présidents par des injures, blagues et grossièreté de candidats-clandestins. Au minimum, c’est le concept de l’émission qui est raté.
  De toute façon, vu ce qu’ils avaient à dire, une minute à chacun aurait suffi.  Arthaud pour déclarer qu’elle se fichait  complètement du débat et qu’elle ne voulait parler que de la condition ouvrière. Poutou pour demander que l’on pique le pognon aux riches et traiter les politiques et les dirigeants d’entreprises de pourris. A force de rabâcher les mêmes choses que leurs prédécesseurs, Laguiller et Besancenot, ils doivent à tous les quatre, accumuler un temps de parole considérable. Pour le résultat que l’on connaît. Il faudra que quelqu’un finisse par leur dire que la classe ouvrière ne subsiste presque plus et que ce qu’il en reste a depuis longtemps déjà déménagé chez  Le Pen et Mélenchon !
   Dupont-Aignant, il faut le lui reconnaître, est un politique et il a un engagement : souverainiste et protectionniste. Le problème est que ce n’est pas nouveau et que chaque mot qu’il prononce on peut le faire, en même temps, à sa place. Ce que l’on retient c’est la jalousie et le désir de vengeance qui l’anime.  Candidat en 2012, il est 7ème avec 1,79% des suffrages, écrasant Poutou, Arthaud et Cheminade. Mais ce sera peut-être lui la surprise de cette élection, avec les 4% que lui attribuent actuellement les sondages.
  Avec Lassalle, Cheminade et  Asselineau on rentre dans le surréalisme.
   Lassalle commence toutes ses interventions par "Mes chers compatriotes" puis oubliant ce qu’il voulait dire, assomme les auditeurs de généreuses banalités.
   Asselineau  est  un "Haut fonctionnaire", donc pas n’importe qui et, pour nous en convaincre, il commence toute ses phrase  en citant un article X, Y, ou Z, de la constitution, du traité européen, de l’Otan, de la déclaration des droits de l’homme, etc. Donc il sait ce qu’il dit ; pas nous. Mais on a bien compris son urgence  de sortir (peut-être est-ce la présence des deux maitresses). C’est une obsession: il veut sortir de l’euro, de l’Europe, de l’Otan, du Tafta, du Ceta…Pourtant c’est cet homme si sérieux qui fera rire tout le monde en  rétorquant  à Macron qui lui disait : « Je suis d'accord avec vous sur ce dernier point » : « Vous êtes toujours d'accord avec tout le monde »,
  Cheminade, enfin, n’a qu’une chose à dire : « Je suis un homme en colère ». À qui n’arrive-t-il pas d’être en colère contre tous les malheurs du monde mais pourquoi en vouloir au Franc CFA dont il demande la suppression en Afrique ? Parce que c’est une monnaie unique qui fonctionne plutôt bien et à laquelle les africains sont attachés ?
  Voilà, nous en avons parlé des petits candidats. Peut-être aurait-il mieux valu ne pas le faire ? Comme il aurait mieux valu qu’eux-mêmes ne  parlassent  point  …


(1) Il a bien confirmé la mesure d’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des français mais on ne sait toujours pas comment les communes seront compensées par l’État. Si elles ont besoin, et c'est leur droit le plus strict, d’augmenter cette taxe que fera l’État ? Accroître ses reversements ? Sûrement pas. L’exonération se réduira donc au fil des augmentations de la taxe et tout le monde recommencera à la payer, certes beaucoup plus pour les 20% de la population, c'est-à-dire les "riches" (qui n’auront pas trouvé l’astuce pour y échapper) et comme toujours les catégories moyennes supérieures, vaches à lait de la gauche. Mais rassurez-vous personne n’en a dit un mot !

Aucun commentaire: