Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mercredi 12 avril 2017

MÉLENCHON, LE PEN : LA FRANCE EN EXTRÊME DANGER

 À tout point de vue, les prochaines élections présidentielles auront de graves conséquences pour les français. La raison essentielle tient au choix des candidats, notamment à cause de ces maudites primaires et des ravages qu’elles ont provoqués dans le paysage politique français.
  Renouveler le personnel politique ? Pourquoi pas, bien que les grands français qui ont sauvé la France, Clemenceau et de Gaulle, n’étaient plus de prime jeunesse. Il s’agissait, certes, de périodes dramatiques mais aujourd'hui la situation n’est est-elle pas également dramatique ? La France est en recul par rapport à ses principaux concurrents et prend du retard dans presque tous les domaines qu’il s’agisse d’éducation, de comptes publiques, de croissance, de dette... Cet affaiblissement réduit son influence internationale à un moment ou la paix mondiale semble de plus en plus en plus menacée. Ça craint !
 Comment la France aborde-t-elle cette élection qui va être cruciale ? En se concentrant sur les questions prioritaires qui vont décider de son avenir ? Non, en se focalisant sur les candidats. Mais attention, pas pour identifier le plus apte à tenir la fonction, encore moins sur la qualité des programmes respectifs. Ce qui compte, c’est l’empathie, le look, les performances oratoires et l’humour. Il lui faut du show !
  Le champ des possibles semble se circonscrire à 4 candidats, dont tous les politologues s’accordent à dire que chacun à sa chance. Rien ne peut être exclu et toutes les combinaisons pour le second tour sont possibles. En fait, les quatre de tête se divisent en deux catégories :
  Ceux qui expriment leurs différences dans une même conception de la République : Fillon et Macron. Ils veulent conserver la Vème République, quitte à apporter quelques aménagements à la constitution. Ils tiennent à sauver l’Europe et l’euro, bien sûr, même si l’un est pour plus d’intégration et l’autre privilégie une association d’États. Ils s’engagent à respecter les équilibres économiques même si l’un est plus dépensier que l’autre. Ils préconisent une identité préservée et ne divergent que sur le degré d’ouverture à l'immigration. Sur presque tous les sujets ils partagent les mêmes principes et ne se distinguent que sur les modalités.
  Les deux autres, Mélenchon et Le Pen, se ressemblent également. Extrémistes sur tous les sujets, destructeurs de ce qui existe, révolutionnaires par principe. En fait, peu de choses les séparent, sauf la question identitaire et les problèmes d'immigration. Ils promettent tout, ils ne comptent pas, ils ne respectent aucune règle internationale et se moquent des conséquences de leurs choix. Ils rêvent d’une France solitaire, enfermée dans ses frontières, sans amis, sans alliés. Et surtout d'un peuple à leurs bottes. Ils sont aussi dangereux l’un que l’autre.
  Jusqu’à présent, on s’en était peu soucié, convaincus que le premier n’arriverait pas au second tour et que la seconde y serait largement battue. Personne n’avait imaginé qu’ils ne finissent pas se rapprocher au premier tour et que l’on pourrait avoir un duel final Mélenchon-Le Pen. Cela n’amuse plus personne.
  Nous avons dans une précédente chronique («Marinette et le pot au lait") raconté la catastrophe que produirait l’élection de Le Pen. Mais nous avons, il est vrai, sous-estimé Mélenchon, nous contentant d’admirer ses talents de bateleur sans bien mesurer que son public ne venait pas seulement pour s’amuser mais aussi pour soutenir le candidat. Nous n’étions pas les seuls. Qui a regardé de près le programme de Mélenchon et qui a critiqué ses propositions ? Pourtant ça valait la peine…
   De programme, personne ne peut dire qu’il n’en a pas. D’ailleurs, il a été chiffré : 273 Milliards d’euros. Quand on fait du spectacle, on ne ménage pas ses effets ! 100 milliards pour son plan d’investissement et 170 de plus en augmentations de dépenses. Dont une trentaine  pour le retour à la retraite à 60 ans avec 40 annuités, une dizaine pour l’allocation d’autonomie jeunesse, 10 milliards par an pour la sortie du nucléaire, 3 milliards pour la 6ème semaine de congés payés, 2 milliards pour 60.000 enseignants supplémentaires, près de 5 milliards par an pour une augmentation du SMIC de 15%... etc. 
  Comment trouve-il l’argent ? 
 C’est tout simple : les 100 milliards du plan d’investissement par … l’emprunt! Il faut reconnaître que dans le comique, il est le roi. Il annonce clairement qu’il n’honorera pas la dette de la France, puis il va d’un pas léger demander 100 milliards de plus aux créanciers… Ou à la BCE alors qu’il veut sortir des traités européens !
  Pour les 173 milliards restant c’est encore plus simple : 2% de croissance par an dès 2017, 4% d’inflation (tant pis pour les conséquences négatives sur le niveau de vie des français, cela augmentera automatiquement les recettes). Un chômage ramené de 10% de la population active à 6%. Il y a un tour de magie ? Non, une simple évidence, il suffit de créer 3,5 millions d’emplois nouveaux (dont 2 millions dans le secteur marchand. Donc, si l’on comprend bien, 1,5 million de création d’emplois publics ?...).  Nous allions oublier il y aura aussi la suppression du pacte de stabilité (mais si on cesse de verser le CICE ce sont des dépenses en moins, pas des recettes en plus! Mais, Bof…) et les rentrées fiscales résultant de la lutte contre la fraude (un succès des services des impôts qu'il sera difficile de renouveller chaque année).
  À propos d’impôts, il y a comme un loup : sur son site Mélenchon propose un simulateur fiscal qui vous permet ce calculer ce que vous paieriez s’il était élu, sur la base de son projet (augmenter le nombre de tranches de l’impôt sur le revenu, rendre la CSG progressive et fusionner les deux). Seul problème, les barèmes ne sont pas encore établis…La seule chose que l’on voit, c’est pour les "riches" (dès 8.000 euros par mois pour un ménage) : une augmentation d’impôts de 9% ! Globalement, pour les ménages et les entreprises, les experts évaluent à 120 milliards les impôts nouveaux sous Mélenchon. Cela vous étonne ?
  Mais franchement, les questions d’argent il s’en moque. Quand on ne veut pas rembourser la dette et que l’on fait la nique à l’Europe sur le niveau des dépenses publiques, pourquoi s’abaisser à jouer au comptable ?
  Quant on est révolutionnaire, on ne compte pas. Vous avez sûrement rencontré sur les marchés ces vendeurs d’assiettes qui, pour impressionner le bourgeois, commencent par les casser par piles entières ? Eh bien, Mélenchon c’est pareil, là ou il passe, il y a de la casse.
  « La loi travail ? À la casse !
  Les bus Macron ? À la casse !
  L’extension de travail le dimanche ? À la casse !
  Les traités de libre échange Tafta et Ceta ? À la casse ?
  Les traités européens actuels ? À la casse !
  L’OTAN ?  À la casse !
  La Vème République ? À la casse !
  Hadopi ? À la casse !
  La réforme des collèges ? À la casse !
  Les grandes Écoles ? À la casse, les miettes dans les    facultés !
  L’état d’urgence ? À la casse !
  L’opération "sentinelle" ? À la casse !
  Les Brigades anti-criminalité (BAC) ? À la casse ! »
Mais notre bateleur a aussi des articles à vendre :
 «  Six semaines de congés payés, qui en veut ?
  Et si je rajoute une hausse du SMIC de 15% ? Toujours pas ?
  Et l’interdiction des licenciements ?
  Et le droit de veto des employés sur les décisions stratégiques de l’entreprise ?
  Et en plus, le vote de défiance des employés à l’égard des dirigeants d’entreprises ?
  Et le doublement de juges et des greffiers, ça ne vous intéresse pas ?
  Et des "sanctions éducatives" pour mettre fin au tout  carcéral ?
  Vous voulez la légalisation du cannabis ? C'est OK!
  Et des flics et  des gendarmes par milliers dans des commissariats tout neufs ? Accordé...
  En plus, le contrôle des capitaux pour empêcher l’évasion  fiscale ? Ça va saigner!
 J’ajoute l’augmentation de la taxe sur les transactions financières ?
  J’interdis un écart supérieur de 1 à 20 dans les entreprises ?
  Une baisse des frais bancaires, ça ne vous dit pas ?
  Et maintenant, Mesdames et Messieurs, voici le bouquet final : je propose  la création de 3,5 millions d’emplois nouveaux !
  Vous en voulez encore ? OK, la retraite pleine à 60 avec seulement 40 annuités ! Vous ne trouverez plus cela nulle part !
  Encore plus : le minimum vieillesse augmenté de 200 euros (1.000 euros au total) !
  Du nouveau : la parité entre les hommes et les femmes !
  Oui, Monsieur, c’est comme ça ! Et d’ailleurs, on interdit aussi les violences faites aux femmes ! Contentes ?
  Je continue : interdire les expulsions sans relogement !
  Je supprime, enfin je loge, les sans-abri !
  Et aussi, un million de logements publics aux normes écologiques et j'offre en plus la rénovation écologique de 3,5 millions de logements !
  Allez, vous allez adorer, je vous propose d'autres façons de taper sur les riches assez inconscients pour investir dans l’immobilier : une taxe progressive sur les transactions supérieures à un million ! On va aussi leur faire payer plus d’impôts en augmentant la progressivité, en supprimant les niches fiscales, en surtaxant les revenus au-delà de 400.000 euros par personne, en renforçant l’ISF pour les patrimoines au-delà  d’un million d’euro (ça tombe bien, c’est ce que je possède !), en augmentant les droits de succession au delà de 130.000 euros par enfants, et tenez- vous bien, je limiterai  à 30 millions  maximum l’héritage pour les grosses fortunes !
  Qui dit mieux !
   Tiens, ils sont tous partis ? Salauds de riches ! Comment je vais faire maintenant pour financer mes promesses ?
Surtout que j’en avais encore un camion. Sur l’eau gratuite, sur la réforme agraire pour installer 300.000 jeunes agriculteurs, pour plafonner les marges de la grande distribution.
J’avais même prévu d’élargir le droit d’asile en accueillant tous les demandeurs et de légaliser tous les clandestins.
Et celle-là, vous fera-t-elle revenir : Remboursement à 100% des soins prescrits y compris dentaires, optiques, auditifs. Incroyable, non ?
Gratuité totale, oui vous avez bien entendu, totale, des frais scolaires y compris cantine, transport, manuels scolaires, fournitures, activité périscolaires.
Encore : 60.000 enseignants de plus, suppression de l’obligation pour les municipalités de financer l’enseignement privé, augmentation de la rémunération des profs,…
J’en ai beaucoup plus  mais ça va, j’ai pigé : vous ne me croyez pas, hein ! »    
 Nous, nous avons compris ce qu’était la démagogie. Mais il y a plus grave. Notre camelot ne fait pas que casser des assiettes, il s’apprête à casser le pays.
  D’abord, en instrumentalisant le peuple. C’est lui qui va écrire la constitution de la VIème République. Comment ? En convoquant d’abord, par référendum, une assemblée constituante (on a compris deux choses seulement : qu’il n’y aura aucun parlementaire des anciennes assemblée, la prochaine étape étant, sans doute, "la Terreur" et sa guillotine ?) Et qu’il y aura des citoyens tirés au sort. Ah, ça ira, ça ira !
  Après la démagogie, le populisme. Pourquoi ne pas tirer au sort également le président de la République ? Tout cela sent bien mauvais pour la démocratie…Et c’est louche parce que, dans le même temps qu’il promet de laisser le peuple décider des institutions, il se prononce pour l’introduction de la proportionnelle intégrale. On comprend bien qu’il s’agit d’affaiblir le parlement mais n’est-il pas totalement contradictoire de décider ce point essentiel avant que le peuple n'ait pu donner son avis ? De même, il a déjà décidé du droit pour les citoyens de révoquer tout élu en cours de mandat par référendum demandé formellement en mairie par 1% du corps électoral. Drôle de démocratie et quelle ouverture aux milices populistes bien organisées ! Bref, rien qu’avec ces réformes, il assure le bordel en France.
  Mais ses ambitions ne s’arrêtent pas à la destruction de notre pays. Il a aussi l’Europe en ligne de mire. Il va donc, dès son arrivée, « S’exonérer du pacte de stabilité et des règles européennes encadrant les déficits et dénoncer le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance ratifié à l’initiative de François Hollande en violation de campagne. » Évidemment, il est faux de parler d’initiative de Hollande qui n’a fait que s’incliner devant les réalités mais quelle haine de la part d’un homme qui se décrit comme "apaisé" !
  Il veut aussi « Redéfinir une politique européenne de la dette souveraine en organisant une conférence européenne sur les dettes souveraines débouchant sur des moratoires, une baisse des taux d’intérêt, des rééchelonnements et des annulations partielles. »
  Il est débile, ou quoi ? Voilà un homme qui fait un bras d’honneur aux pays membres et se targue de violer les règles communes de l’Union et qui, ensuite, sollicite de sa part une annulation de sa dette ? Certes, il s’est attribué des alliés exemplaires sensés le soutenir, les pays de l’Europe de sud qui aimeraient bien également voir leur dette annulée et retrouver des marges sur les dépenses publiques. Mais ils ne sont pas assez stupides pour se mettre ainsi au ban de l’Europe. La réalité est que si Mélenchon s’engage dans cette voie c’est pour aller vers la sortie de l’Union européenne et de l’Euro. Nous avons vu avec Le Pen ce qu’il en coûterait à la France (cf. "Sortir de l’Euro serait une folie"-10 et 12 mars 2017). Inutile d’y revenir, le même drame se produirait avec Mélenchon.
 En réalité, cet homme est dangereux. Derrière la personnalité attachante qu’il affiche, il faut savoir qu’il y a les cadavres couverts de sang des leaders castristes (en attendant le dernier qui s’accroche), notamment son idole le si sympathique Che Guevara, grands organisateurs des assassinats politiques à Cuba. Celui de son maître à penser Hugo Chavez, élu président du Venezuela après deux tentatives de coup d’état, sur le thème de la Révolution bolivarienne (ironie, il a nommé son parti "Mouvement Vème République"). Au pouvoir, il viola régulièrement la constitution, notamment contre l’opposition et pour se faire réélire malgré les dispositions constitutionnelles qui lui interdisaient de se représenter. Mais comparés à Cuba ce ne sont que de péchés véniels. Son grand œuvre est d’avoir pris un pays richissime, assis sur un tas d’or pétrolier, et de l’avoir ruiné et réduit son peuple à la misère absolue ! Cela n’impressionne pas Mélenchon : « La haine du populisme n’est rien d’autre qu’un avatar de la peur du peuple. »
  Nous, ce n’est pas du peuple dont on a peur mais de ses manipulateurs.
 "Asinus asinum fricat" (l’âne frotte l’âne) : dis moi qui est ton ami je saurais qui tu es !

Aucun commentaire: