Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mardi 21 mars 2017

LA BANDE DES CINQ

  Reconnaissons d’abord que le débat a été de grande qualité même s'il fut plutôt une série de monologues. Mais il vaut mieux écouter un candidat présenter son programme que d’entendre tout le monde vociférer en même temps. Si ce n’était le permanent sourire méprisant de Le Pen et ses persistantes et désagréables réflexions, les quatre autres se sont comportés très dignement. Les remplaçants, sauf peut-être Hamon dont l’effet surprise de la primaire de gauche parait maintenant émoussé, n’ont pas fait regretter les titulaires. Les Hollande, Valls, Sarkozy, Juppé, Bayrou n’ont pas manqué et ils ne sont pas près de revenir sur le terrain…
  Puisque l’on ne peut échapper aux sondages, en voici un sur le jugement des téléspectateurs à l’issue du débat (ELABE pour BFM-TV). Les plus convaincants : Macron (29%), Mélenchon (20%), Le Pen (19%), Fillon 18%), Hamon (11%). Les plus présidentiables : Macron (31%), Fillon (24%), Le Pen (17%), Mélenchon (15%) et Hamon (11%). Hamon et Mélenchon qui veulent rassembler une nouvelle gauche extrême, au sens de totalement différent de la gauche classique, ambitionnent de créer un Podemos ou un Syriza français et ont pour modèle le travailliste britannique Corbyn ou le démocrate Américain  Sanders Ils ont fait leur deuil du parti socialiste.
  Chez les Le Pen la vraie question est de savoir si après le meurtre du père il faut s’attendre à l’assassinat de la tante. En tout cas, cette dernière aura accompli un exploit hier soir: siéger tout naturellement au milieu des leaders de la classe politique française actuelle sans même personne pour la contredire vraiment et faire apparaître sa singularité. Ce fut la principale erreur des quatre autres candidats. Voici donc la bande des 5 !
  En réalité, les téléspectateurs ont bien compris que s’il y avait cinq acteurs sur scène il y avait deux postulants à l’Élysée et trois seconds rôles qui se cherchent un espace pour la recomposition politique à venir.
  SI l’on juge le débat d’hier soir comme un spectacle, Mélenchon surtout, grande bête de scène, et Marine Le Pen, dont le one woman show est maintenant parfaitement rodé, sont les acteurs qui ont été les meilleurs dans leur rôle. Macron, même s’il n’a pas toujours été clair, mais c’est sa marque de fabrique, comme Hollande l’indécision, conserve son maillot jaune. Fillon, tétanisé au début dans l’attente des scuds sur les affaires, s’est détendu une fois passée la séquence sur la moralisation de la vie publique et a été bon et ferme sur son programme. Hamon a déçu, le revenu minimum d’existence a déjà pris un coup de vieux et il n’est même pas parvenu à placer ses idées originales sur la démocratisation de l’Europe.
    Le public a vu juste en le plaçant dernier sur les deux questions du sondage.
   Voici ce que nous avons retenu sur chacun des candidats, avec mention de leur slogan qui est souvent révélateur de leur nature.

Fillon : Une volonté pour La France.
  Il redoutait tellement qu’on lui parle des affaires qu’il était presque absent la première partie du débat. Mais personne ne s’y est risqué et il a lui-même a reconnu avoir "commis des erreurs, qui n’en commet pas ?"
  Avec lui pas de place pour le rêve. Le pays va mal, la première des priorités c’est le redressement. Il est le seul à parler des grands déséquilibres qui minent la nation : les dépenses publiques, la dette, le chômage, la perte de compétitivité, les prélèvements obligatoires… Pour y parvenir, il veut faciliter la liberté d’entreprendre, libérer de la bureaucratie, protéger les français contre les désordres intérieurs (restaurer l’autorité de l’État) et extérieurs (totalitarisme islamiste).
  Il ne veut pas de VIème République, (L’actuelle constitution a permis à Hollande de rester 5 ans !). On peut moderniser la constitution avec prudence mais ce n’est pas la  priorité. Il est le seul candidat à pouvoir disposer d’une majorité stable et cohérente.
  L'école primaire doit enseigner les fondamentaux, le respect et la discipline. Il souhaite l’uniforme à l’école primaire. Il veut développer la formation professionnelle et les filières d’alternance. Augmenter le temps de présence à l’école des enseignants.
 Sur la sécurité, on ne peut pas promettre toujours plus d’effectifs mais on peut créer 5 000 postes sur le terrain en supprimant des tâches administratives. Instaurer des polices municipales armées et formées dans toutes les villes de plus de 5 000 habitants. Rendre la chaîne pénale plus efficace et rétablir les peines plancher. Ramener la responsabilité pénale à 16 ans.
  Sur l’immigration il veut réguler les flux. Limiter au maximum l’entrée sur le territoire des immigrants économiques (mais pas pour le droit d’asile) en faisant voter par le parlement des quotas.
  Sur la laïcité, il va lutter contre la montée de l’islamisme intégriste par un contrôle administratif des imams et du financement des associations salafistes et des Frères musulmans.
  Sur le nucléaire, il entend respecter la Cop 21. Pas d’idéologie sur l’atome : pas de risque mais moderniser les centrales en fonctionnement. En même temps développer les énergies renouvelables. Il veut "décarboniser" notre économie en taxant la tonne de carbone à 30 €.
  Il supprimera les 35H et la durée légale du travail (dans la limite fixée par les instances européennes). Il donnera la liberté de négocier le temps de travail par accords majoritaires dans les entreprises.
  Pour le pouvoir d’achat, il relancera les investissements qui sont seuls susceptibles de créer de la richesse à répartir. Il rétablira les avantages familiaux supprimés par la gauche. Il poursuivra la baisse des charges avec un forfait sur le SMIC pour augmenter le pouvoir d’achat des salariés.
  Pour la santé, il veut remettre les généralistes au cœur du dispositif, lever les contraintes sur les maisons de santé et donner l’autonomie aux hôpitaux.

Macron : "Libérer la France, protéger les français".
  Malgré ses airs de chérubin, il y a du loup chez cet homme-là, tant c’est souvent flou. Normal pour quelqu’un qui représente la branche cadette de la dynastie hollandaise. Il est bien souvent ambigu. Excellent dans les idées, confus dans leur réalisation. Nous aurons l’occasion de relever les non-dits.   
  Il confirme son accord sur une loi de moralisation de la vie publique et se défend de conflits d’intérêt liés à des financements par de grands groupes économiques. Sa campagne n’est financée que par des personnes physiques dans le plafond de 7 500€. Il évoque 30 000 dons d’un montant moyen de 50€. Il a transmis les détails à la commission nationale.
  Sur les institutions, il pense comme Fillon que ce n’est pas la priorité.
  Il est pour la réduction de la dépendance énergétique au nucléaire mais de manière progressive et grâce au développement des énergies renouvelables.  Il va aligner la fiscalité du diesel sur celle de l’essence sur le quinquennat avec une prime de remplacement des véhicules diesel. Il lancera un investissement massif pour la rénovation des logements.
  Il ne supprimera pas les 35 Heures mais renverra à l’accord majoritaire d’entreprise mais sans supprimer la durée légale. Il parle de salaire décent mais n’indique pas si la loi fixera un montant d’augmentation pour les heures supplémentaires. Premier loup !
  Pour lui aussi le pouvoir d’achat passe par la relance de l’investissement. Il est opposé au Revenu unique d’existence " Il faudrait que quelqu’un paye l’addition". Lui, propose 60 milliards d’économies mais prendra une mesure importante (10 milliards) pour le pouvoir d’achat : la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des français. Second loup (voir notre précédente chronique).
  Sur la retraite, il garde l’âge légal actuel et la durée de cotisation. Il annonce l’instauration de la retraite par points d’ici 5 ans et progressivement sur les 5 années suivantes. Encore un loup, d’ailleurs relevé par Fillon : comment l’État fixera–t-il et revalorisera-t-il la valeur du point ? (voir notre chronique du 5 mars).
  En matière d’éducation il veut créer des zones prioritaires avec plus d’heures de cours en primaire, consacrées aux savoirs fondamentaux, et des enseignants dont le salaire serait porté à 3 000€. Il soumettra un projet pour développer l’apprentissage.
  Sur l’immigration, il veut renforcer les contrôles aux frontières et faire notre devoir pour les réfugiés. S'agissant des immigrants illégaux il pratiquera une politique de reconduite plus efficace et plus rapide. Il demande une plus grande implication de l’Europe dans la politique du droit d’asile.
  Sur la laïcité, il s’en tient à une stricte application de la loi de 1905. Pas de signes religieux à l’école mais il ne dit rien pour les autres endroits. Il précise que la loi de 1905 "protège ceux qui ne veulent pas croire". Condamnation du communautarisme ? Autre sujet sur lequel on aimerait en savoir plus.
  Sur la délinquance, il souhaite que la sanction reste proportionnée ( !). Comme Fillon, il veut donner aux forces de l’ordre du "temps utile" afin de faciliter une présence quotidienne sur le terrain. Il propose d’instituer pour la police, sous le contrôle du juge,  "un pouvoir d’amende immédiat". Toute peine prononcée doit être exécutée mais il est opposé à l’abaissement à 16 ans de la responsabilité pénale.
  Au total, rien qui décoiffe vraiment, sauf la taxe d’habitation, et une grande pudeur sur les modalités concrètes.
  Le très récent ministre de l’économie n’a pas eu un mot sur les grands équilibres, taux de croissance, chômage, dette, dépenses publiques. Il faut donc aller sur le site de "En marche !" Ou attendre le prochain débat ...

Le Pen : Au nom du peuple
  Nous avons déjà longuement parlé du programme de Le Pen ("Marinette et le pot au lait"). Nous ne retiendrons donc que ce qui vient le compléter. 
  Mais avant une réaction personnelle pour dire combien cette référence au peuple nous gêne. Peuple, que de crimes a-t-on commis en ton nom ! Dans les dictatures fleurissent les tribunaux populaires. Quand on veut violer la constitution pour établir un pouvoir personnel on fait un "appel au peuple" comme le président Louis-Napoléon Bonaparte qui, en opposition avec l’assemblée, a fait approuver directement par le peuple, en 1851, une série de mesures qui conduiront, par un autre plébiscite, à l’établissement du second Empire (coup d’État du 2 décembre 1852). On connaît les heures noires du siècle dernier avec "Un peuple, un Reich, un Führer", puis Staline "le petit père des peuples" et Pétain, "le bon père du peuple". Quand j’entends le mot peuple, je sors mon gilet pare balles…
 Nous montrerons dans notre prochaine chronique, consacrée au projet de révision de la constitution, les dangers qu’il ferait courir à notre démocratie, précisément par un usage abusif du référendum.
  Donc, dès sa première intervention elle fait référence à l’art. 5 de la constitution en indiquant que le Président de la République est garant de l’indépendance nationale et de l’intégrité du territoire. Elle en déduit que cela donne le droit aux français de décider par eux-mêmes et notamment de lutter contre le fondamentalisme islamiste. Elle propose donc d’instituer un référendum d’initiative populaire.
  Du pur Le Pen ! Voici exactement ce que dit cet article : « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'Etat.
Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités. » 
  Où a-t-elle vu qu’il instituait le droit pour les français de décider par eux-mêmes ? Bien au contraire la constitution définit très strictement les domaines et moyens d’expression de la volonté populaire. Or, le Président veille au respect de la constitution et l'évoquer pour justifier la lutte contre le fondamentalisme islamique n’a aucun sens. Elle aurait mieux fait de lire jusqu’à la fin cet l’article qui confie au Président la responsabilité du respect des traités. Elle est inquiétante, non ?
  Sur l’éducation elle veut 100% d’apprentissage en français et 0% en langue d’origine ! Les petits anglais scolarisés en France pourront-ils alors apprendre l'arabe ? Elle demande aussi l’abandon de la réforme des rythmes scolaires, la revalorisation de l’enseignement professionnel, la fin du collège unique et le respect de la laïcité.
  Pour la sécurité, elle propose de réarmer les forces de l'ordre en effectifs et matériels, d’instituer la présomption de légitime défense pour la police, de créer 40 000 places de prison, de rétablir les peines plancher et sur la fixation de la responsabilité pénale à 16 ans elle répond : pourquoi pas plus tôt ?
  Elle veut supprimer l’aide sociale aux parents de mineurs récidivistes, arrêter l’immigration légale et illégale, rétablir les frontières nationales, supprimer toutes les "pompes aspirantes" l'AME, l'accession au logement, etc.).
  S’agissant de la laïcité, elle approuve la loi de 1905 mais considère qu'elle ne répond pas à l’islamisme et à ses revendications incessantes. Il faut lutter contre les communautarismes et appliquer partout les règles de l’école, sur le voile donc. Le Burkini est une polémique créée par Macron alors  qu'il  n’y a aucune difficulté : c’est un problème d’ordre public qui est de la compétence des maires.
  Le peuple toujours : elle instaurera un référendum d’initiative populaire qui permettra à 500 000 électeurs de susciter un référendum pour voter une loi ou revenir sur une loi déjà votée. Les députés seront ramenés à 300 et les sénateurs à 200.
  Sur la pollution elle refuse toute augmentation de la fiscalité sur le diesel.
  Le modèle économique général doit être totalement réformé par un retour à l’État stratège qui promouvra le patriotisme économique, luttera contre la concurrence déloyale, établira un protectionnisme économique.
  Le pouvoir d’achat ? On paye trop d’impôts ! Il faut supprimer le RSI, augmenter le minimum vieillesse de 20%, les aides aux handicapés d’autant, instaurer une prime de pouvoir d’achat de 180€ par mois, interdire la publicité aux mutuelles ce qui abaisserait leurs coûts de 8 milliards.
  Pour la retraite, c’est le retour à 60 ans et 40 années de cotisations.
  Tout cela sera financé par des économies : suppression de l’Aide Médicale de l’État, arrêt de l’immigration, lutte contre la fraude fiscale, économies sur les médicaments, sur notre contribution à l’Union européenne.
  Populisme ? Vous avez dit populisme ?

Mélenchon : La France insoumise
  Lui, au moins, parle de la France. Mais d’une partie de la France, celle qui est en révolution. Pas de doute, nous sommes dans le marxisme-trotskisme, ceux qui distinguent, entre les citoyens, les bons et les méchants. Mais ce Brassens sans musique est si brillant et si amusant…
  Il attaque fort : il est le dernier président de la Vème République ! Sitôt élu, il convoque une assemblée constituante (dont une partie des délégués sera tirée au sort) qui mettra fin à la monarchie présidentielle. Il veut le référendum révocatoire (il en veut toujours à Hollande !), le vote obligatoire, le vote blanc et le droit de vote à 16 ans.
  Dans la constitution figureront des droits nouveaux : IVG, suicide assisté. Et une "règle verte" avec cette jolie formule : « Ne pas prendre à la nature plus qu’elle ne peut reconstituer. »
  Il veut sortir de tout : de l’OTAN, des traités européens actuels, du chômage, de la misère. Le peuple (tiens, le revoilà !) insoumis reprendra la place qui lui revient.
  L’éducation, ce n'est qu'un problème de moyens. L’apprentissage n’est pas la voie royale. L’enseignement professionnel doit être public. Il versera une allocation jeunesse dès 16 ans pour ceux qui choisiront l’enseignement professionnel public.
  Moralisation de la vie publique : il est le seul à refuser de jouer les vierges effarouchées et à donner les noms des "deux d’entre nous" qui sont concernés. Sur le fond, c’est simple, il suffit d’appliquer les règles d’ANTICOR…
  Pollution : Passer de l’agriculture chimique à l’agriculture paysanne. Le nucléaire à 50% en 2025, c’est impossible mais il faudra bien arrêter les centrales arrivées en fin de vie… Et, bien entendu, développer les énergies renouvelables.
  Emploi : il veut créer un droit opposable au travail par la création de coopératives d’emploi pour les gens arrivés au bout de l’indemnisation (en fait, nous n’avons pas compris…). Il veut carrément mettre fin à la politique de l’offre pour passer à celle de la demande et donc lancer un programme de 100 milliards de dépenses d’investissement, renchérir les heures sup’ au-delà de 35 H et fixer le SMIC à 100€ au-dessus du seuil de pauvreté (le problème est que si on augmente le SMIC on relève le seuil de pauvreté - qui est de 60% du salaire médian des français - et donc on augmente le nombre de pauvres…).
  Il est opposé au revenu minimum d’existence mais il veut passer de 5 tranches d’imposition à l’impôt sur le revenu à 14 tranches afin que les plus riches des riches paient plus que les moins riches des riches. Logique…
  Sur la retraite, revenir à 60 ans et 40 annuités. C’est fou ce qu’il a en commun avec Le Pen !
  Santé : la sécu doit rembourser à 100% et on rapatrie les complémentaires. On supprime le RSI et on fait rentrer les indépendants dans le système général.
  Pour lui lutter contre l’insécurité, c’est combattre la délinquance fiscale, la corruption et les puissances d’argent. Il comprend le mal-être des policiers mais ils font peur, il faut revenir à la logique des gardiens de la paix. Un jeune de 16 ans doit être ménagé, il peut voter mais s’il commet un crime un juge peut passer outre, un jeune est un jeune.
  L’immigration ? C’est un exil forcé. Il faut les traiter quand ils sont là comme nous aurions aimé l’avoir été (Mélenchon est un rapatrié du Maroc) …
  La laïcité ? 60% des français sont athées. La laïcité ne doit pas être un prétexte pour s’en prendre aux musulmans. Quant au voile, pas de police du vêtement sur le trottoir.

Hamon : Un avenir désirable.
  Une émouvante introduction : « Quel peuple (encore !) voulons-nous être ? Belliqueux ou fraternel ? Paix et coopération plutôt que concurrence et nationalisme. Indépendance par rapport à l’argent. Un président juste qui ne demande pas les mêmes efforts toujours aux mêmes. Un futur désirable et possible. » On pourrait s’arrêter là mais ce ne serait pas équilibré par rapport aux autres. Alors, un petit bout de rêve avec lui.
  Éducation : finies les classes surchargées, pas plus de 25 élèves en CP, CE1 et CE2. Recrutement de 200.000 enseignants supplémentaires.
  Sécurité : la détention n’est pas la solution car elle multiplie par 2 le taux de récidive. La responsabilité à 16 ans, non ! Mais une justice qui permette d’être moins dangereux à l’issue de la peine (?).
  Immigration : il faut s’adapter aux nouveaux types de migrations, guerres et climat. La part des migrants qui se dirige vers l’Europe est faible (4% du total dont 3% en Allemagne), donc pour nous ce n’est pas un problème !
  Sécurité : rétablir la police de proximité. 5.000 postes de gendarmes et policiers supplémentaires. Versement de primes. La police rencontre l’hostilité des populations ? Il faut arrêter toute discrimination à l'occasion des contrôles d’identité et délivrer des récépissés.
  Laïcité : la loi de 1905 toute la loi, seulement la loi. Protéger une femme dans ses habits (pas certain d’avoir compris !).
  Le 49.3 citoyen : avec 450.000 votants (battu de 50.000 par Le Pen) on pourra invalider une loi votée par le parlement. Vote blanc. Une part de proportionnelle pour l’élection des députés avec une prime majoritaire ( ?)
  Nucléaire : fermer les centrales en fin de vie. Investir dans la transition énergétique.
  Économie : du fait de l’impact numérique il y aura moins de travail humain nécessaire. Le revenu minimum d’existence permettra de compléter la feuille de paye. Dès 18 ans et jusqu’à la retraite un complément de salaire sera versé ou un revenu unique quand on n’a rien. 18 milliards injectés dans l’économie.
  Personne n’aura rien compris ! Ni si le RUE est pour tous ou sous condition de ressources. Ni quand il se généralisera, ni comment il sera financé (plus de 350 milliards selon les experts). Hamon a laissé entendre que ce serait par redéploiement du CICE. Si c’est le cas, quel aveu d’abandon de la politique de l’offre et de retour a celle de la demande que l’on pratique depuis 30 ans avec les succès que l’on sait!). Il va lui en falloir des débats pour expliquer ce truc…
  Il faut réduire le temps de travail en contrepartie de la baisse des charges (il n’a pas compris ce que compétitivité signifiait, surtout si le CICE est réutilisé pour financer le RUE !).
  Retraites : maintenir le compte pénibilité. Autoriser une personne en couple à faire don d’une partie de ses annuités pour permettre à l’autre de partir plus tôt. À moins que ce ne soit pour compenser la pénibilité du couple ? On n’a pas bien compris non plus…
  Santé : Accompagner le vieillissement et la perte d’autonomie par une augmentation de l’APA de 30% (ce sont les départements qui payent) et créer une "allocation de bien vieillir" dans les EHPAD. Reconnaître le droit à l’endormissement mais aussi à l’euthanasie de fin de vie pour mourir dans la dignité.

  Voilà, c’est terminé. Nous ne nous sommes pas endormis et avons résisté dignement. Le but de cet exercice long et fastidieux était de permettre à ceux de nos lecteurs qui avaient séché l’émission de connaître ce que nous préparent les uns et les autres, au cas où …

 La présentation par candidat est destinée à ceux qui, par réalisme ou par paresse, ne s’intéresseraient qu’à l’un d’entre eux.  

Aucun commentaire: