Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

jeudi 2 mars 2017

ET À DROITE, ÇA FUIT DE TOUTES PARTS

  Si les vannes sont ouvertes au PS, comme nous le disions dans notre précédente chronique, c’est autour de la droite de se trouver entraînée dans une tourmente qui met à mal son unité.
  L’affaire Fillon ressemble de plus en plus à une affaire d'état impliquant la classe politique, la justice, les médias et, bien entendu, le sommet de l’État. La querelle est grave et le paradoxe est qu’elle repose  sur un problème à priori banal mais qui fait maintenant trembler les institutions démocratiques.
  Nous ne reviendrons pas sur le fond de l'affaire parce que l’on n’en peut plus d’entendre tout le monde, des experts évidemment, dire tout et son contraire. Mais au point où nous en sommes, il est  impossible de prétendre raconter le règne de François 2 sans aborder le sujet.
  C’est une guerre qui est en cours entre les grands pouvoirs démocratiques. Un favori à la présidentielle, candidat de l'opposition, accusé d'avoir rémunéré son épouse et deux de ses enfants en tant qu’attachés parlementaires, dont la défense s’est révélée pour le moins maladroite et les engagements imprudents. Une justice à qui la droite reproche de poursuivre des objectifs politiques, d'être instrumentalisée par le pouvoir, et animée d'une haine tenace contre les leaders de l'actuelle opposition avec la complicité d’une presse qui s’est transformée en auxiliaire de justice. C’est, cette dernière, qui a lancé la procédure judiciaire, poussant le parquet financier à intervenir et c’est elle qui fait office d’agence de communication en livrant au public les secrets de l’enquête.
  Si Fillon est connu pour ses talents de pilote de course, la justice bat dans cette affaire tous les records de vitesse. Soit, elle a enfin obtenu les moyens supplémentaires qu’elle réclame depuis toujours et les citoyens sont en droit d’espérer qu’ils bénéficieront à leur tour de cette efficacité nouvelle, soit elle réserve à cette affaire un traitement particulier. N’en doutons pas, elle ne saurait être soupçonnée d’arrières pensées politiques et son indépendance est garantie par le président de la république lui-même. Quant à la presse, qui "fait son travail", elle n’a pas à justifier de sa neutralité.
  Fillon est donc convoqué chez les juges d’instruction le 15 mars pour, très probablement, être mis en examen. La date n’a pas été choisie en fonction du calendrier électoral puisque l’élection présidentielle ne saurait interférer avec la marche de la justice. Pas de bol, comme dit Hollande, le processus électoral ne laissera aucune chance à la droite d’en tirer les conséquences et son candidat entrera dans la compétition pieds et poings liées.
  Alors évidemment, c’est la panique et le début du sauve qui peut. Effrayées à l’idée de faire campagne pour un candidat mis en examen les troupes commencent à déserter. Le Maire vient de quitter l’équipe de campagne, suivi par les députés qui avaient soutenu sa candidature à la primaire, puis ce fut le tour de la vice-présidente LR de l’assemblée nationale, Catherine Vautrin, de nombreux députés, et enfin l’UDI qui décide de "suspendre" sa participation à la campagne. Il n’y a pas qu’à gauche que cela promet un beau foutoir pour les législatives.
  Curieusement, le FN, embourbé jusqu’au cou dans des affaires bien plus vastes, se pourlèche les babines à l’idée de dévorer tout cru le tendre Macron au deuxième tour de la présidentielle.
  La gauche morcelée, la droite éclatée, le FN en position d'accéder au pouvoir, au minimum de devenir la première force d'opposition, Hollande aura laissé derrière lui le chaos. À moins qu'il n'en ait été la première victime...

  Bravo à tous

Aucun commentaire: