Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mercredi 1 février 2017

MORALE, ÉTHIQUE ET EXEMPLARITÉ

   Nous avons pour principe de ne pas intervenir dans les affaires de la droite ni dans les polémiques qui mettent en cause les personnes tant qu’elles n’ont pas été validées par la justice.
  Pourtant nous allons, pour une fois, nous intéresser à la droite bien que ce blog soit dédié aux défis qu’affronte le socialisme français. Mais c’est l’élection présidentielle qui se joue et cela n’est pas indifférent à l’avenir de la gauche. Les conséquences qui en résultent sur le candidat de droite sont de nature à bouleverser cette élection et donc le paysage politique global.
  Disons-le tout net, nous ne sommes pas suspendus à la décision de la justice avec l’éventualité d’une mise en examen ou d’un renvoi en correctionnelle. Que ce que l’on reproche au couple Fillon soit ou non légal importe peu au regard de l’intérêt des français. Peu importe que d’autres aient fait la même chose. D’ailleurs, en quelques heures, nous sommes passés d’une banale histoire de collaborateurs parlementaires à bien d’autres choses.  
Il a gagné la primaire essentiellement sur deux postures : l’engagement d’être un président exemplaire et une réduction des dépenses. Il a donc transgressé ses deux engagements principaux, il risque de trahir les citoyens de droite et du centre en leur volant une victoire attendue et, s’il était élu, il serait dès le départ un président affaibli.
  Un homme d’état soucieux de l’intérêt du pays et respectueux de ses électeurs se grandirait en se retirant tout de suite, sans attendre la décision de justice qui en tout état de cause n’effacera pas ses fautes, et en proposant lui-même aux partis concernés de désigner tout de suite son remplaçant.
  La gauche a été confrontée au même problème avec l’affaire Strauss-Kahn autrement plus grave et qui dépassait les seuls principes moraux. Elle a désigné un autre candidat qui a été élu. Il est vrai qu’elle n’avait pas le choix.
  Donc la considération de l’efficacité électorale ne doit pas l’emporter. Et d’ailleurs, qui aurait les meilleures chances d’être élu, celui qui se maintiendrait au risque de perdre ses électeurs ou celui autour duquel se rallierait tout son camp ?
  La droite a la chance d’avoir en son sein nombre de candidats potentiels d’expérience et de grande qualité. Ce pourrait être l’occasion de faire un grand coup en désignant une femme, Valérie Pécresse qui, du fait des hautes responsabilités qu’elle exerce parfaitement, renforcerait sans doute les chances de la droite et du centre. Mais il y en a d’autres, tout aussi légitimes, par exemple François (tiens, encore un autre !) Baroin, sénateur-maire, ancien député, ancien ministre de Chirac et de Sarkozy, actuel président de l’association de maires de France et aussi Xavier Bertrand, président d’une région chèrement conquise contre l’extrême droite, lui-même ancien maire, député, ministre de Chirac et de Sarkozy, ancien secrétaire général de l’UMP. Que du beau monde ! Que de chances !
  Georges Fenech (LR) a dit aujourd'hui ce qui convenait, à savoir que "la situation est très compromise et que le résultat de la primaire était caduc face à cet événement imprévisible qui se situe non seulement sur le registre judiciaire mais sur le registre éthique et moral". 
Il appelle donc tous les parlementaires, tous les élus de sa famille politique à provoquer un Conseil national extraordinaire. "Nous devons prendre une décision dans l'urgence (…) cette décision ne peut se prendre dans le "petit cénacle du bureau politique mais en conseil national (…) Nous ne pouvons pas continuer avec un candidat aujourd'hui en extrême difficulté, l'intérêt national exige que notre famille politique se ressaisisse". Exactement ce que nous pensons.

Il est encore temps !

Aucun commentaire: