Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mardi 7 février 2017

MACRON NE MARCHE PAS, IL COURT

  Après Hamon, il nous faut aujourd’hui parler de Macron. Nous ne parlerons pas de l’homme, nous l’avons déjà fait en avril dernier alors qu’il venait de créer son mouvement "En Marche !" Il était alors ministre de l’Économie et ne s’était pas encore lancé dans l’aventure présidentielle.
  Si vous avez la curiosité de relire ce que nous écrivions, on peut y accéder par le lien suivant :
  Nous venons de le faire et nous nous sommes rendu compte d’une évidente sympathie à son égard qui nous faisait écrire en conclusion : "Valls a un successeur". N’est-ce pas ce qui s’est produit ?
  Au début, que de sarcasmes ! Qui croyait alors que cette aventure solitaire pourrait avoir un avenir au-delà du coup de pub ? Pourtant depuis qu’il s’est mis à marcher, il ne s’est pas arrêté et, comme le Divin enfant, il ne cesse d’être rejoint par des disciples de plus en plus nombreux, une foule en marche ! Les ricanements se font de plus en plus jaunes. Il faut dire qu’en plus du talent il a de la chance : le renoncement de Hollande d’abord qui lui ouvre la voie, l’élimination de Juppé qui plaisait bien aux centristes, puis les malheurs de Fillon dont une partie des sympathisants regardent dans sa direction et enfin la victoire de Hamon à la primaire de gauche qui va également envoyer vers lui les déçus de la sociale démocratie.
  Aujourd’hui, en cette période d’incertitude où les surprises se font ordinaires, il figure parmi les présidentiables. D’ailleurs, certains le placent en 2ème position face à Le Pen et largement vainqueur au second tour. Nous n’y sommes pas encore et bien des choses peuvent se passer, la droite peut se ressaisir, la gauche du PS et l’extrême gauche peuvent faire alliance, Macron à son tour peut connaître des difficultés. Mais enfin, aujourd’hui, il faut compter avec lui.
  Si l’on sait d’où il vient et quel homme il est, on n’a toujours pas bien compris quelle place il occupait sur l’échiquier politique. "Ni de droite, ni de gauche" c’est un peu court surtout quand on ne se dit pas non plus centriste.
 En fait, La France a de la chance. Partout en Europe fleurissent les candidats qui se veulent antisystème mais sont en réalité démago-populistes. Tsipras et son parti Syriza ont détruit le parti socialiste grec; en Angleterre un référendum a décidé pour toutes sortes de raisons contradictoires de la sortie de l’Europe ce qui plonge le pays dans l’incertitude et la division alors que les socialistes; le labor party, se voit imposer par ses adhérents un dirigeant qui ne partage en rien les valeurs de ses élus ce qui annonce des jours sombres; en Italie où le meilleur premier ministre que le pays ait connu vient d’être poussé dehors après un référendum perdu, on assiste à l’émergence d’un mouvement qui se rapproche du pouvoir, les "5 Étoiles" du comique Beppe Grillo; en Espagne le mouvement "Podemos" mange la laine sur le dos des socialistes et empêche la constitution d’une majorité de gouvernement; on a vu ce qui s’est passé aux US avec Trump … Partout émergent des mouvements qui suscitent une forte inquiétude. La France n’échappe pas à ce phénomène avec le FN, le socialisme cannabis de Hamon et les délires de Mélenchon mais elle a aussi Macron, ce qui est plutôt réjouissant.
    En vérité, Macron n’est pas hors système, il est hors des partis. Il a tout de même fini par soutenir un parti, le sien : "La France en Marche !" Son analyse est que les idéologies anciennes et les partis traditionnels ne sont plus du tout en adéquation avec le monde moderne et les aspirations des citoyens.
  Il n’a pas encore un programme achevé et chiffré mais il a des projets, il écoute les gens et le pays, il est habile et il intéresse les sympathisants de tous les partis traditionnels. En plus, il est bien élevé, ne méprise ni n’injurie personne. Cela nous change.
  En l’écoutant, lors de son meeting du 4 février au Palais des sports à Lyon, nous avons compris que le "ni de droite ni de gauche" ne correspondait pas à la réalité. Aujourd’hui, à l’écouter, on voit qu’il est à la fois de droite, de gauche et du centre. Selon les sujets il dit à la droite, à la gauche, au centre ce qu’ils veulent entendre.
Par exemples sur les grands hommes qu’il admire :
« Pour s'émouvoir du grand discours de François Mitterrand sur l'Europe, quelques semaines avant sa mort, fallait-il être de gauche ?  Pour éprouver de la fierté lors du discours de Jacques Chirac au Vel d'Hiv, fallait-il être de droite ? Non, il fallait être Français. 
Emile Zola (gauche) et Charles Péguy (droite), unis dans leur combat en faveur du capitaine Dreyfus, de Gaulle qui a fédéré communistes, chrétiens et francs-maçons. Une loi telle que celle autorisant l'IVG, portée par Simone Veil, a pu être votée grâce au rassemblement de la droite et de la gauche. Aujourd'hui, gauche et droite sont divisées en leur sein sur des questions fondamentales : la croissance, le travail, les inégalités, la laïcité, le rôle de l'état ou l’Europe. Mais toutes les grandes choses, nous les avons faites à chaque fois en apportant chacun ce qui nous faisait ».
Laïcité
Sur la laïcité Macron n’accepte pas que des hommes refusent de serrer la main à des femmes (droite) mais à propos d’une jeune femme qui déplore de ne pas pouvoir porter son voile au travail : "Qu'elle perde un peu de sa liberté et nous perdons de la nôtre"(gauche).
Travail
  Il s’oppose à Hamon : "candidat du travail contre l'oisiveté" et critique vigoureusement le revenu universel : "Je ne veux plus entendre qu'il est intéressant de faire autre chose que travailler" (droite). Le revenu universel existe déjà : "Ça s'appelle le RSA" …et s'il était possible de le doubler, j'ose espérer que ce serait déjà fait" (gauche.)
   "Les gens ne me demandent pas un revenu universel mais un travail". "Lorsqu’un emploi décent est proposé, il doit être accepté" (droite).
  Alléger le coût du travail : Pour rendre plus simple la création d'entreprise et ainsi relancer l'économie supprimer le RSI (Régime social des indépendants) (droite et gauche).
  Favorable à la négociation au sein même des entreprises concernant le temps de travail notamment, comme cela a été initié avec la fameuse "loi travail", il entend adapter le droit du travail "pour être au plus près du terrain". Il propose "un travail moins cher, avec un allègement des charges patronales jusqu'à 2,5 SMIC et un allègement de charges de 10 points au niveau du SMIC (droite).
  Pour libérer le travail et qu'il paie mieux : financer différemment la maladie et le chômage et alléger les cotisations payées par les salariés afin d’améliorer le pouvoir d'achat" (gauche).
Priorité à l’innovation
Macron invite les entreprises innovantes, les chercheurs et universitaires américains en butte à l'administration de Donald Trump à venir en France. Plus particulièrement ceux qui luttent contre le réchauffement climatique et la pollution, travaillent sur les énergies renouvelables ou les perturbateurs endocriniens. Amusant ! Mais  c’est aussi une façon de montrer l’appui qu’il apportera à l’innovation (1) et cela peut intéresser les chercheurs et créateurs de start-up à revenir en France (droite et gauche).
Lutter contre le terrorisme
  Faire de la lutte contre le terrorisme la priorité : "Le budget de la Défense doit être porté à 2% du PIB" 10.000 fonctionnaires seront recrutés dans le quinquennat à venir. Réorganisation des services de renseignement français : créer une police de sécurité quotidienne. "Non pas pour jouer au foot avec les jeunes. Mais pour assurer la sécurité au quotidien". (droite/gauche)
Mieux rémunérer les enseignants en ZEP (plutôt de gauche)
  "Je veux que dans nos écoles, nous puissions diviser par deux le nombre d'élèves par classe. En CP et en CE1, dans toutes les zones d'éducation prioritaire, je paierai beaucoup mieux les enseignants qui iront y travailler. Ils auront plus d'autonomie pour conduire leur projet", a-t-il avancé.
Pass jeune (consensuel)  
   Il dotera chaque jeune, dès sa majorité, d'une enveloppe de 500 euros destinés à être dépensés dans des activités culturelles.
Législatives :  parité et exemplarité (consensuel)
Aux élections législatives de juin 2017 des candidats "En Marche !" seront présentés dans toutes les circonscriptions selon deux principes : la parité et l'exemplarité. "Aucun candidat ne sera investi avec un casier judiciaire ou des peines d'inéligibilité. Au moins la moitié de nos candidats seront des femmes.
Les tensions internationales  (consensuel)
  « Le contexte international est grave : Je pense à ces puissances nouvelles, ces régimes autoritaires qui émergent et aujourd'hui conduisent nombre de régions, la Russie, l'Iran la Turquie, l'Arabie saoudite et plusieurs autres. Il nous faut dans ce contexte tenir notre rang, savoir quelle est notre histoire et le fil de celle-ci. Non pas aller conduire toutes les guerres lorsque nous n'en avons pas les solutions. Savoir parler avec exigence avec chacune et chacun, ne jamais rompre le dialogue mais toujours défendre nos intérêts et nos valeurs. »
Son slogan (des divergences à droite et à gauche)
"La France en Marche", évidemment qu’il décline selon la devise de la République : liberté, égalité, fraternité. La liberté est notamment économique, l'égalité c'est aussi celle des chances, la fraternité est européenne (il est le seul candidat à s’afficher clairement européen) et écologique. 
Au total, Droite ou Gauche ?
À la lecture de ce qui précède, est-il plutôt de droite ou de gauche ? La question est stupide, il veut le mieux pour la France. Pour franchir le premier tour, il faut qu’il soit plutôt de gauche mais pour battre Le Pen au second tour, il faudra qu’il entraîne la droite.
  Il n’a peut-être pas encore un vrai programme mais ce qu’il en a dévoilé y ressemble fort et cela devrait séduire une bonne partie de l’espace politique. Et rassurer. Parce que, les programmes et les promesses...



(1)La loi Macron introduit "Le principe d’innovation" (Art. L. 131-1.) : Dans l’exercice de leurs attributions respectives et, en particulier, par la définition de leur politique d’achat, les personnes publiques et les personnes privées chargées d’une mission de service public promeuvent, mettent en œuvre pour l’exercice de leurs missions et appuient toute forme d’innovation, entendue comme l’ensemble des solutions nouvelles en termes de fourniture de biens, de services ou de travaux propres à répondre à des besoins auxquels ne peuvent répondre des solutions déjà disponibles sur le marché. Elles s’attachent, à ce titre, à exercer une veille sur les formes contemporaines d’innovation, y compris celles émanant des petites et moyennes entreprises. »

Aucun commentaire: