Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

dimanche 15 janvier 2017

SAUTER EN MARCHE

  Pourquoi tant d’argent gaspillé, tant de temps gâché pour tenir un second débat de ce que l’on ne peut même pas appeler une primaire de la gauche ? Son utilité est nulle puisque le vrai débat se tient ailleurs et que les plus sérieux candidats n’adhérent pas à la "Belle alliance populaire".  Si l’on exclut les trois figurants qui ne représentent que des groupuscules et que personne ne connaît, il ne reste que quatre anciens ministres de Hollande que l’on ne connaît que trop bien.
  Le second débat, ce dimanche soir, aura été aussi terne et ennuyeux que celui de jeudi dernier. Les candidats eux-mêmes, essayant d’afficher un semblant d’optimisme, donnaient l'impression de se demander ce qu’ils faisaient sur ce plateau. Ils ont bien compris que leur véritable adversaire, celui dont dépend leur avenir politique, n’était pas sur scène, derrière l’un des sept pupitres.
  Du débat lui-même, nous ne dirons qu’une seule chose : Ah, les braves gens ! Qui les croiraient aujourd'hui ?
  Le véritable débat avait déjà eu lieu la veille. En fait, c’était un monologue. Le contraste était saisissant entre le plateau de la salle Wagram de la belle alliance et le meeting qui a réuni plus de 4.000 sympathisants enthousiastes dans une salle archicomble de Lille.
  On peut toujours sous-estimer le phénomène, comme on le fait chez Valls ironisant sur le fait que "le but est de remplir les urnes pas les salles". Certes, mais qui ne voit que Macron continue de monter dans toutes les enquêtes d’opinion (on le sait, le but est de gagner l’élection, pas de l’emporter dans les sondages) au point de le qualifier, dans certaines hypothèses, au second tour de la présidentielle. Chaque jour apporte son lot de ralliements (on le sait, le but est de rallier les électeurs pas des personnalités) d’origines et de milieux très différents.
  En fait, une seule question occupe tous les esprits : Jusqu’à quand le candidat socialiste pourra-il tenir dans le wagon de queue alors que Macron est à la porte de la locomotive ? Il risque, en effet, de s’y retrouver bien seul alors que les passagers se rapprocheront progressivement de la tête du train ; on déteste rester dans les travées vides…
 Que feront tous ceux qui vivent de la politique, à commencer par les élus et les postulants à la députation ? Resteront-ils autour du candidat socialiste sachant que les derniers wagons seront décrochés et détournés vers des gares de triage ou se rapprocheront-ils de la voiture-restaurant où l’on commencera à déboucher les bouteilles et à distribuer les plats ?
  Déjà la question des ralliements est posée dans les médias. Le JDD, qui donne une liste impressionnante de ministres, parlementaires, journalistes, économistes, va jusqu’à annoncer le rapprochement effectif de Macron avec Ségolène Royal et cite les propos d’un proche de Hollande qui annonce un soutien, avant l’élection, de ce dernier à Macron. Horresco referens…

  De quoi avoir envie de sauter du train "En marche !"

Aucun commentaire: