Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

jeudi 1 décembre 2016

L'ABDICATION

Donc Hollande renonce à solliciter un renouvellement de son mandat. Il tire les conséquences de son incapacité à rassembler la gauche. 
Le temps des commentaires viendra mais nous ne résistons pas à publier, ci-dessous, la chronique que nous avions préparée pour une publication demain matin.
Nous aurons passé six ans à suivre François Hollande avec l'espoir qu'il serait le Schröder français. C'est donc raté et nous nous nous dirigeons vers un tremblement de terre au parti socialiste.
  Nous avions salué son arrivée avec ce seul espoir de la modernisation du socialisme français.
  Ce soir, nous saluons son départ qui mérite le respect.

"L’IMPITOYABLE ALTERNATIVE DU PRÉSIDENT
Dramatique, pitoyable, désespérant !
  Hollande, tout le monde le sait, déteste décider. Mais cette fois il va bien falloir, alors qu’il est confronté à une alternative insoluble : une défaite au second tour de la primaire socialiste ou une élimination au premier tour de la présidentielle. La différence entre les deux ? Trois mois. Dans le premier cas cela se fera fin janvier, dans le second fin avril.
  On comprend qu’il hésite mais on ne peut pas accepter qu’il laisse pourrir la situation ; cette fois-ci Hollande a franchi la limite extrême. Jusqu’à présent on pouvait considérer que ce n’était que sa réputation qui était en jeu, désormais c’est l’avenir du PS qui se joue, de la gauche en général. Il devait être le sauveur du socialisme français, il en sera le fossoyeur. Mais il y a pire, c’est la France elle-même qui risque une crise de régime qui menacerait ses institutions.
  On pourrait s’amuser du spectacle que nous donne la gauche en ce moment. Tous les jours un nouveau candidat s’engage contre le président, une quinzaine au total aujourd’hui, la première moitié à la primaire, la seconde à la présidentielle directement. Les sondages sont accablants : dans toutes les hypothèses testées le candidat socialiste à la présidentielle est encalminé au-dessous de 10%, la 5ème place lui est promise !
  Les "Hollandais" en plein désarroi accumulent les lapsus révélateurs. C’est le patron du PS, J-C Cambadélis qui appelle à une « "prière" de masse » au lieu d’une "primaire" et le président du groupe parlementaire socialiste au sénat, Didier Guillaume, qui confirme que Hollande « donnera sa "démission" » mi-décembre au lieu de "décision" ! Il est vrai que seul un miracle peut sauver le PS, ce qui vaut bien une prière, et parler de démission révèle la gravité de la situation politique. Comment continuer de diriger la France après un tel rejet et quelle crédibilité internationale ?
  Il y aurait bien sûr une solution : faire du Hollande et ne rien décider jusqu’à la date limite de dépôt des candidatures pour la présidentielle, mi-mars. Mais cela ne règlerait pas le problème de la primaire. Si elle se tient sans lui, le vainqueur deviendra le candidat légitime du PS et ce serait aussi grave que s’il avait été battu. Il parait, d’ailleurs, bien tard pour annuler la primaire, mais si cela devait advenir le nombre de candidatures de division et le rejet quasi général de Hollande augmenterait à gauche et il pourrait bien se retrouver sixième au premier tour de la présidentielle…
  On se dit évidemment qu’il vaudrait mieux envoyer Valls mais si sa côte est meilleure que celle de Hollande chez les sympathisants, il reste paradoxalement aussi bas que lui dans les intentions de vote.  On n’en sort pas ! 
  Il n’y a donc qu’une seule façon de s’extraire dignement de ce bourbier dans lequel il s’est lui-même fourré : annoncer rapidement qu’il ne sera pas candidat à un second mandat et qu’il gérera sereinement, jusqu’à la fin de sa présidence, les affaires de la France. Il pourra alors défendre de manière plus crédible son bilan.
  Bien sûr ce sera la foire d’empoigne entre les candidats de gauche et des divisions destructrices au sein du PS. Mais ne faudra-t-il pas, de toute façon, en passer par là en attendant la grande recomposition ?
  En tout cas, Hollande aura sauvé l’essentiel, sa dignité. Il pourra espérer devenir dans quelques années, comme Chirac, l’"Ex" préféré des français. Après tout, n’a-t-il pas comme lui raté sa présidence ? (01/12/2016)
                                                                     

Aucun commentaire: