Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mercredi 28 décembre 2016

LA POST-BAISSE DU CHÔMAGE

  On s’était imaginé que Hollande avait compris que les français étaient lassés de ses carabistouilles. L’inversion de la courbe du chômage elle est là, la croissance elle est là, la France elle va mieux… Bobards ! Et qu’il en avait tiré la conséquence en renonçant à se représenter. Pourtant, il continue et cherche maintenant à faire croire que son quinquennat est un succès.
  Et le voici qu’il nous remet le couvert sur le chômage. On sait que dans sa boite à outil il avait deux instruments de mesure, les statistiques de Pôle emploi et celles de l’INSEE calculées selon les normes internationales du BIT. Il a toujours fait référence aux premières ou aux secondes selon qu’elles lui étaient plus ou moins favorables. Sans complexe, comme le démontre les deux citations suivantes :
 - 8 mars 2014 : Michel Sapin affirme que  « les statistiques du chômage "au sens du BIT" sont les plus sérieuses. La statistique regardée par le monde, par l'Europe, et reconnue par le FMI et la Commission, c'est celle publiée ce matin par l'Insee. »
-30 juin 2015, Rebsamen, alors ministre du travail : « Pôle emploi, c’est pas les statistiques du chômage. Les statistiques du chômage, c’est les comparaisons internationales. C’est Le BIT. Au premier trimestre 2015, le taux de chômage en France a reculé de 10,1% à 10,0%, significatif de la croissance.» Et il avait insisté : « À Pôle emploi, ce ne sont pas forcément des chômeurs, ce sont des demandeurs d’emploi…Je conteste cet outil statistique… »
  Nous ne développerons pas par le détail les chiffres de Novembre que vient de publier Pôle emploi et qui ont fait sauter les bouchons de champagne à l’Élysée. Il suffit de relire notre chronique du 24 septembre dernier : http://www.francois-2.com/2016/09/6513900-chomeurs-halo-quoi.html .
  Résumons donc simplement :
*Catégorie A : 3.447.800, soit – 0.9% en un mois, -3,1% au dernier trimestre, -3,4% depuis un an (-126.600). Sonnez trompettes !
*Sous-total des catégories A,B,C : 5.475.800, soit + 0,5% en un mois, -0,8% au dernier trimestre, + 0,3% depuis un an (+ 28.100). Le mieux est de ne pas entrer dans le détail car B et C sont des demandeurs d’emplois qui occupent des petits boulots, mal payés et précaires. Et l’on voit bien que ces deux dernières catégories augmentent plus que ne baisse la catégorie A ! Faut-il s’en réjouir ?
*Total général des catégories A,B,C,D,E : 6.238.400, soit,+ 1,5% en un mois, -0,6 au dernier trimestre et + 0,4% depuis un an. (+ 93.900). Ne pas y regarder de trop près non plus car on découvrirait que les transferts des catégories A, B, C (formation, stages, emplois jeunes, etc.) vers les catégories D et E ont augmenté de 87,8% en un an !
  Puisque nous sommes à l’heure du bilan, retenons trois chiffres seulement qui se suffisent à eux-mêmes. Depuis le début du quinquennat :
-Il y a 525.000  chômeurs de plus en catégorie A.
-Le nombre total de demandeurs d’emplois a augmenté de 1.278.000.
-Quant aux moins de 25 ans, si leur nombre a bien baissé de 9% depuis un an, merci les emplois aidés, il y en avait 458.000 en mai 2012, il y en a 473.000 en novembre 2016, soit 15.000 de plus ! Réduire drastiquement le nombre de jeunes chômeurs était la priorité absolue du président…
  La vérité vraie est donc que sous le mandat de Hollande, le chômage a fortement augmenté dans toutes les catégories. Le reste est de la post-vérité. On comprend pourquoi il a renoncé à briguer un second mandat !
  Mais au fait, pourquoi ne pas avoir plutôt choisi les chiffres de l’INSEE/BIT ? Sans doute devinez-vous la réponse : parce que si en catégorie A le nombre de demandeurs d'emploi a effectivement baissé de 0,3% en novembre par rapport à septembre (Pôle emploi), le taux de chômage a augmenté de 0,1 point sur le denier trimestre publié par l'INSEE, remontant de 9,6% à 9,7%. Outre-mer compris, le taux de chômage atteint 10% de la population active (+0,1 point également). Voilà pourquoi on a, cette fois-ci, préféré retenir les chiffres de Pôle emploi (*). Il faudra attendre les prochaines statistiques trimestrielles de l'INSEE, en février prochain, pour savoir si ce sont eux, ou ceux de Pôle emploi que l'on commentera...
   
  Nous allions oublier. Le traitement social du chômage coûte très cher, notamment les 500.000 formations. Eh bien, le gouvernement n’a inscrit au budget 2017 que les crédits nécessaires jusqu’au 30 juin !  
  Quelle meilleure preuve que le chômage aura été, à cette date, terrassé par une gauche injustement évincée ? 

(*)  La ministre de l'emploi, Myriam El Khomri, a bien reconnu : " cette légère hausse trimestrielle des chiffres du chômage de l'INSEE ", mais elle a insisté sur le fait " qu’il fallait tenir compte des évolutions à long terme "... 

Aucun commentaire: