Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

lundi 28 novembre 2016

BATTRE EN RETRAITE

 Nous nous sommes souvent interrogé sur la logique de cette expression.  "Sonner la retraite", on comprend, on entend même le clairon ordonnant de reculer face à l’ennemi pour lui abandonner le terrain.
  Mais pourquoi associer "battre" et "retraite" ? Il y a là une forme d’oxymore : si l’on bat quelqu’un, c’est qu’on l’a dominé ; si on fait retraite, c’est que l’on est dominé. Logique, non ? Et puis nous avons compris à quoi servait une primaire et ce que signifiait l’expression battre en retraite : mettre à la retraite les candidats battus. Libérer le terrain pour d’autres.
  C’est ce que vient de faire la droite en poussant à la retraite deux de ses plus anciennes et illustres figures. Certes, le vainqueur n’est pas non plus un perdreau de l’année mais il fallait bien quelqu’un pour faire le boulot puisqu’il est apparu que la relève n’était pas encore prête.
 Fêtons donc, comme il est d’usage en pareilles circonstances, le départ de Sarkozy qui l’a fait avec une élégance telle que l’on pouvait se demander s’il n’était pas soulagé, puis celui de Juppé, une semaine plus tard, qui paraissait pressé de céder enfin à la tentation de Venise. Ils méritent notre reconnaissance pour avoir si longtemps servi la France malgré les contraintes et les difficultés. Nous leur offrons donc ce message que Voltaire pourrait avoir écrit à leur intention « Une retraite heureuse amène au fond des cœurs l’oubli des ennemis et l’oubli des malheurs. »
  Pour arriver à ce résultat la droite a pris de gros risques. Nous avions fait part de nos profondes réserves sur le principe des primaires dont celle de gauche, en 2011, avait montré l’effet dévastateur qu’elle pouvait avoir sur le vainqueur. Hollande y a perdu son prestige et elles ont durablement suscité dans son camp des groupes frondeurs qui auront pollué son quinquennat. Par chance, ou par sagesse, la droite n’est pas tombé dans ces travers, même si pendant 48 heures elle n’en est pas passé loin. Mais tout le monde a vite compris que ses sympathisants n’accepteraient plus les querelles de chefs. Elle l’avait d’ailleurs montré dès le premier tour en gratifiant Copé de 0.3% de voix…
  Maintenant tous les regards sont tournés vers la gauche. Logiquement elle devrait tirer les leçons ce ces expériences et mettre immédiatement fin au lamentable spectacle qu’elle donne avec ses querelles d’ego et ses manifestations de haine recuite.
  Dans Le Monde daté du 29 novembre, Jacques Attali lance un appel « Faites une primaire des gauches ! ». Cher François, cher Jean-Luc, cher Emmanuel… Au premier, il demande : « Cher François, est-il raisonnable, d’être candidat à une primaire, celles des socialistes, qui ne peut désigner qu’un perdant ? » Sans doute cherche-t-il à lui faire comprendre que mieux valait battre en retraite dignement que de subir une humiliante défaite. Au second et au troisième il demande, à l’inverse, de participer à cette primaire « plutôt que de vous autoproclamer candidat à l’élection suprême sans avoir d’autres ambitions concrètes que d’être, en fin de course, le premier battu au premier tour de l’élection présidentielle. »
  On a envie d’applaudir. Quel service, rendraient-ils, en effet, au pays si, en se présentant unis derrière un seul candidat, ils reléguaient Marine Le Pen à la troisième place ! Les français auraient alors un choix clair entre une vraie droite et une vraie gauche. Les débats prendraient de la hauteur.
  Malheureusement il s’agit d’Attali. S’il est toujours clairvoyant dans ses analyses, ses propositions ne restent jamais que des songes. Il est bien tard pour organiser cette primaire "des" gauches, bien tard pour que Macron y participe, bien tard pour que Mélenchon aille dissoudre son capital de voix dans une telle aventure. Et trop tard pour que Hollande renonce.

  Evidemment, ce n’est qu’un avis et puisque tout le monde donne le sien et que ces derniers temps il est de bon ton de faire des prédictions erronées, nous allons nous lancer : nous prédisons donc que Hollande annoncera sa candidature le 6 décembre à 17 heures. Non, ce n’est pas une blague, nous avons des arguments. Dont on reparlera plus tard, peut-être …

Aucun commentaire: