Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

samedi 17 septembre 2016

MONTEBOURG NOUS PIQUE NOTRE BOULOT !

  Ce n’est pas bien ce que vient de nous faire l’ancien ministre du redressement productif, désormais candidat de gauche à la présidentielle. Au moment où nous étions en train d’écrire un article sur les difficultés du site Alstom de Belfort et sur les cafouillages du pouvoir, il déclare que le gouvernement avait été "informé" des menaces de fermeture ... Le gouvernement "savait" parce qu’il détient 20% du capital de la société et que deux hauts fonctionnaires siègent au conseil d’administration.
 Il insiste : « des gens sérieux, que je connais (...) Ils savaient et ont dûment informé leur ministre, et donc le président de la République et le Premier ministre, des menaces qui planaient sur Belfort » et il enfonce le clou : « Lorsqu'on est actionnaire de la SNCF (...) quand on est actionnaire de référence pour Alstom, quand on est des deux côtés, on sait tout. Et je crois que les multiples courriers qui ont été rendus publics par des élus du territoire de Belfort, les interventions des organisations syndicales, démontrent à l'évidence que le gouvernement savait tout. Je regrette qu'il n'ait rien fait. »
 Devant ses camarades frondeurs à La Rochelle il en rajoute encore une couche,  : « on a laissé faire, on ne s'y est pas intéressé, on a reçu des rapports, on ne les a pas lus », visant cette fois, plus précisément, son successeur, Emmanuel Macron à qui il reproche  de « très graves fautes eu égard aux intérêts industriels et patriotiques de notre pays. »
  À se demander à quoi sert l’opposition quand on a des amis comme ça ! Quant à nous, il nous a coupé tous nos effets…
  Bah, le président va prendre les choses en main. Il va imposer à la SNCF des dépenses supplémentaires sous forme de commandes pour  Alstom-Belfort et, en contrepartie,  il va alléger la dette de la SNCF. 
  Le site de Belfort sera sauvé. Pour quelques mois, au moins jusqu'aux prochaines élections et, comme il en a l'habitude, c’est le contribuable qui va payer…
  Voilà ce que l’on appelle de la bonne gestion.

Aucun commentaire: