Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

samedi 2 juillet 2016

LA TRAHISON, C’EÛT ÉTÉ DE LAISSER LE PAYS DANS L’ÉTAT OÙ JE L’AI TROUVÉ

  Cette déclaration faite par Hollande dans l’interview qu’il a donnée aux Échos le 30 juin est un magnifique cadeau qu’il vient de nous faire. D’abord une immense rigolade que nous n’arrivons toujours pas à réprimer ! C’est vrai qu’il est drôle…
  Mais, surtout, il nous offre la possibilité d’un nombre incalculable de chroniques en réaction à ces propos. Il ne sera pas bien difficile de démontrer que sur la plupart des grands problèmes la situation de la France a empiré. Ah, si la France pouvait se retrouver en 2017 dans la situation qui était la sienne il y a 5 ans en matière de dette, de chômage, de dépenses publiques, de pression fiscale, de sécurité, sans parler de l’état du PS, du niveau du FN et de la division du pays qui n’a jamais été si profonde ! Nous aurons donc l’occasion d’y revenir point par point.

Commençons aujourd’hui par le chômage.
  Hollande annoncera, parait-il, sa candidature à un second mandat en janvier 2017 (si toutefois, il n’a pas renoncé à se présenter d’ici là). Il s’y est engagé, il ne sera candidat que s’il y a "une baisse continue, sur plusieurs mois, du chômage ".
Pour juger du caractère continu il faut évidemment retenir une date de départ et une date d’arrivée.
-Premier point possible de départ : son élection en mai 2012. Quand il est arrivé à l’Élysée il y avait en France 2.920.000 chômeurs. C’est sûr que si l’on retient ce critère il ne laissera pas la France dans l’état où il l’a trouvée…
-Second point de départ : l’annonce de l’inversion de la courbe du chômage en septembre 2012. Il y avait alors 3.058.000 chômeurs. Pas bon non plus…
-Troisième point de départ : 31 décembre 2013, date limite fixée par le président pour que l’inversion soit une réalité. Hélas, les chômeurs étaient 3.303.000. Oublions …
-Quatrième point de départ : janvier 2016. Ce sont les 12 mois qui restent pour remettre la France dans l’état où il l’a trouvée avant de faire l’annonce de sa candidature. Aujourd’hui nous connaissons les statistiques du ministère du travail sur les 5 premiers mois de l’année.
  Baisse continue tout au long de l’année et régulière ? En réalité, nous avons enregistré trois baisses et deux hausses. Pour l’instant, nous avons plutôt une baisse "discontinue et irrégulière", ce qui n’est pas tout à fait la même chose…
  Baisse significative ? 3.581.000 en janvier, 3.520.000 en mai soit 61.000 chômeurs de moins. À ce rythme, il pourrait y avoir 3.435.000 chômeurs fin 2016. Ce serait une baisse sans aucun doute, et bonne à prendre, mais c’est encore beaucoup, beaucoup plus mauvais que la situation qu’il avait trouvée en arrivant.
  Baisse crédible ? Il faut préciser que les chiffres jusqu’à présent cités ne concernent que la France métropolitaine. Si l’on ajoute les DOM, ce qui est la moindre des choses quand on parle de la France, le total à fin mai monte à 3.776.000.
  Enfin "total", c’est vite dit puisque nous n’avons encore parlé que des chômeurs de catégorie A (sans aucune activité, tenus de rechercher activer un emploi). Si l’on ajoute les catégories B et C (c’est-à-dire les personnes qui cherchent un emploi mais qui en attendant ont dégoté des petits boulots à temps partiel), on monte à 5.428.000 en France métropolitaine et 5.726.000 en France.
  Mais ce n’est pas fini. Pour avoir un bilan complet du chômage il faut ajouter les catégories D (non tenus de chercher un emploi, sans emploi ; ici se trouvent les chômeurs envoyés en formation dont le gouvernement a décidé d’augmenter le nombre de 500.000) et E (non tenus de chercher un emploi, en emploi ; ici sont enregistrés les divers et nombreux emplois aidés, par exemple les emplois d’avenir). Toutes catégories confondues, il y a donc 6.152.000 demandeurs d’emploi en métropole et 6.484.000 en France.
  Baisse sincère ? Nous avons eu l’occasion à de nombreuses reprises de relever les manipulations auxquelles on a procédé pour faire baisser les chiffres du chômage. Nous aurons l’occasion d’y revenir. Pour aujourd’hui nous nous contenterons d’observer que le total des demandeurs d’emploi en catégories D et E a augmenté de 110.000 entre mai 2012 et mai 2016. C’est dans ces catégories que l’on recense les chômeurs en formation, les emplois jeunes, les stages… S’il n’y avait pas eu cette augmentation on aurait 110.000 chômeurs de plus en catégorie A. Et le gouvernement va accroître le nombre de formations par centaines de milliers qui permettront de dégonfler d’autant la catégorie A ! Retenons donc qu’à fin mai, 723.000 demandeurs d’emploi étaient recensés en D et E. À suivre …
  Ce qui est incontestable, c’est que sous le mandat de Hollande, en 4 ans, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi a augmenté en France métropolitaine de :
-600.000 en catégorie A
-1.081.000 en catégories A, B, C
-1.192.000 toutes catégories confondues
  Deux conclusions : Primo, sa déclaration selon laquelle il ne laissera pas la France dans l’état dans lequel il l’a trouvée, signifie en réalité qu’il la laissera dans un état bien pire. Ce n’est pas une trahison, c’est un désastre…
  Secundo : le match avec Sarkozy dont on n’a pas fini de parler, est assurément plié, au moins en matière de chômage. On peut toujours critiquer l’arbitre, évoquer l’état du terrain, les conditions climatiques mais cela n’a jamais changé le résultat.

À ce stade, Hollande est éliminé.

Aucun commentaire: