Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 8 avril 2016

LA CHIENLIT

Le contraste est saisissant ! Pendant que  le gouvernement s’étripe sur un projet d’aéroport provincial qui remonte à un demi-siècle on assiste à l’atterrissage spectaculaire d’un objet politique non encore identifié qui annonce la fin de vie du vieux parti socialiste et peut-être la recomposition du paysage politique français. L’avenir contre le passé, discordance des temps…
Quand on pense que le projet de Notre-Dame des Landes (NDdL) avait été conçu à la gloire du Concorde qui devait relier l’ouest français à l’Amérique et qu’il est aujourd’hui devenu un sujet de discorde majeur au sein du gouvernement qui bouleverse l’édifice institutionnel ! Il est certes intéressant de savoir quel est l’aéroport le mieux adapté à la région nantaise mais ce n’est qu’une question technique qui devait aisément trouver une solution.  Avant évidemment que la politique ne s’en mêle et que l’on abandonne le terrain aux squatteurs casseurs.
Hollande, personne n’en sera surpris, n’a pas su ou pas osé trancher et, comme pour la déchéance de nationalité lorsqu’il a renvoyé le bébé au parlement, il a cherché à s’en sortir, cette fois, en organisant un référendum remettant aux populations  concernées la responsabilité du choix. Oui ou non, dans tous les cas Hollande se débarrassait de l’oursin.
Passons sur le fait que l’organisation d’une telle consultation n’est pas juridiquement légale et qu’il faudra donc commencer par  changer les textes, uniquement pour la rendre possible. Passons également sur les débats picrocholin sur la définition des populations concernées. L’agglomération nantaise, le département de Loire atlantique où se trouve NDdL, les départements limitrophes, la Bretagne ? Mais pour que la confusion soit totale il fallait que Ségolène Royal s’en mêle. Ce qu’elle fit évidemment ! Elle commande donc un rapport à des experts judicieusement choisis dont les conclusions installent définitivement la chienlit.
Nous avions deux solutions, le rapport en propose quatre : garder l’actuel aéroport de Nantes,  procéder à son extension, réaliser le projet NDdL, le réviser pour un nouveau projet plus modeste. Le référendum était une drôle d’idée pour choisir entre deux projets relevant de la responsabilité de l’État, mais sur quatre projets, dont deux n’ont même pas donné lieu aux études préalables, c’est carrément absurde. Qu’ils votent oui ou qu’ils votent non, ils ne sauront pas pourquoi ils votent puisque les projets alternatifs n’ont pas été définis. Mais c’est bien la marque du quinquennat que de décider sans avoir réfléchi à la question…
Il y a pire : les ministres se divisent et se déchirent sur les conséquences à tirer du rapport. Pour Ségolène, le projet de NDdL doit être abandonné car surdimensionné, Valls se félicite du rapport qui justifie la réalisation du nouvel aéroport, Ayrault, le Duc de Nantes, est en rage contre la Ségolène qui saborde l’œuvre de sa vie et la nouvelle ministre du logement, Emmanuelle Cosse demande que l’on renonce purement et simplement à NDdL. Le combat oppose donc le N°1, le N°2 et le N°3 du gouvernement plus la ministre du logement qui ne sait plus où elle habite depuis qu’elle a été expulsée de son parti pour traitrise.
Revenez, mon Général, ils sont devenus fous.
Pourtant, tout cela est dérisoire à côté du tsunami qui menace non plus le gouvernement mais le régime lui-même. Pendant que les vieilles chapelles socialistes invoquent Notre Dame, un événement autrement plus important intervient qui ramène la tragédie à sa juste valeur, celle de l’incompétence et du ridicule. Un autre ministre et pas des moindres, celui de l’économie, le plus populaire de la gauche, annonce benoitement qu’il crée un mouvement politique "ni-de-gauche-ni-de-droite" et qui ambitionne de réunir les progressistes du parti socialiste et les réformateurs du parti des Républicains pour une nouvelle manière de faire de la politique. Les observateurs avisés cherchaient du côté des fêtards nocturnes de "Nuit Debout" le renouveau de la politique, à l’image des Indignados et de Podemos espagnols, mais c’est de l’intérieur que l’attaque la plus sérieuse contre l’establishment est lancée.

Nous avions prévu de traiter la bombe lancée par Emmanuel Macron dans cette rubrique consacrée à la chienlit au sein du pouvoir car cela y contribue évidemment mais, à la réflexion, l’événement nous parait mériter plus d’attention et justifier à lui seul la prochaine chronique que nous intitulerons : « Il est né le divin enfant ».

Aucun commentaire: