Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mercredi 2 mars 2016

ON EST MAL PATRON, ON EST TRÈS MAL

Ce n’est pas seulement la publicité d’une grande chaîne de distribution "low cost", c’est aussi l’avertissement que Cambadélis adresse tous les matins à Hollande.
La majorité est mal, très mal.
Certes, ce n’était pas très brillant jusqu’à présent mais deux énormes erreurs (fautes ?) ont été commises quasiment coup sur coup, tellement graves que l’on ne voit pas bien comment Hollande et le parti socialiste pourraient s’en remettre.
On imagine le choc, la violence, subis par un homme ou une femme de gauche, pas seulement, en fait, apprenant qu’un président socialiste avait décidé et annoncé, sans information ni discussions préalables avec qui que ce soit, y compris dans son propre camp, primo : la possibilité de déchoir de sa nationalité un français uniquement français et de le rendre apatride, secundo : une réforme du droit du travail à faire se retourner dans sa tombe Madame Thatcher.
Nous nous étions abstenus de commenter le projet de loi "Pour les libertés et nouvelles protections pour les entreprises et les actifs", dit loi el Khomri, parce que pas une seconde nous n’avons cru qu’elle serait appliquée telle qu’elle nous avait été présentée. Nous étions convaincu que c’était, une fois de plus, une annonce politique et une triangulation tordue dont notre président a le secret et que, comme pour la loi Macron, elle accoucherait à la fin d’une souris. Nous nous trompions, le plus probable aujourd’hui est le retrait pur et simple du texte qui restera pour la gauche comme une meurtrissure. Il faut dire que le projet dans sa version première décoiffe. Il prévoit, en effet :
-La possibilité d’heures supplémentaires au-delà des 35 heures, avec une majoration pouvant être limitée à 10%,
-L’élargissement des motifs de licenciements économiques,
-Le plafonnement des indemnités de licenciement selon l’ancienneté de l’employé : 3 mois les deux premières années, 6 mois de 2 à 5 ans et jusqu’à 15 mois de salaire maximum au-delà de 20 ans,
-L’extension des raisons justifiant la signature avec les représentants du personnel d’accords pour moduler le temps de travail et la rémunération non plus, comme c’est déjà le cas, pour faire face à des difficultés conjoncturelles mais pour développer l’entreprise et conquérir de nouveau marchés,
-Et le must : la possibilité de faire approuver par référendum, au niveau de l’entreprise, un texte d’accord paraphé par des syndicats représentant au moins 30% (50% actuellement) des voix sans que les syndicats majoritaires ne puissent y faire opposition.
Le MEDEF, la droite, l’Union européenne, le FMI, l'OCDE, enfin tous ceux qui pensent que pour créer de l’emploi il faut libéraliser le marché du travail, en avaient rêvé, Hollande l’a fait. Plutôt, annoncé qu’il allait le faire.
Comment s’étonner si, avec toutes ces provocations, on ne jette pas dans la rue les syndicats, les intellectuels de gauche, les étudiants, les élèves… On entend déjà les cris : “Hollande, t’es foutu, la jeunesse est dans la rue” !
Vous l’aurez compris, ce fut pour nous une divine surprise. Enfin, il avait compris et la France allait retrouver le chemin de la croissance et des emplois, avec des réformes semblables à celles qu’ont faites tous les pays qui jouissent d’une bonne situation économique. Mais difficile d’y croire. On n’a pas oublié le discours du Bourget et les promesses du candidat sur le retour aux 35 heures dans leur pureté originelle et la suppression des heures supplémentaires défiscalisées mises en place par Sarkozy et tout le mal dit sur les patrons et la finance et tout le reste.
Il est bon de reconnaître ses erreurs mais si c'est pour en rajouter d'autres.... On sait que les présidents de gauche (François 1er et François II ) se sont, une fois au pouvoir, parfaitement accommodés d’une constitution qu’ils avaient honnie mais le pouvoir personnel porté à ce niveau c’est du jamais vu ! Même le général de Gaulle qui n’avait pas besoin de comités Dudule ou Théodule pour décider de ce qui est bon pour la France se donnait la peine d’aller à la télévision pour expliquer longuement, de manière compréhensible pour tous, la réforme qu’il allait faire et qu’il soumettrait au vote des français. Pas Hollande, qui se contente de laisser publier le projet de texte, incompréhensible pour la plupart, accompagné de commentaires fumeux de son premier ministre qui, du haut de son menton, prévient qu’il ne reculera pas. Avant de repousser la présentation du texte pour en discuter en séminaire avec les élus socialistes et aussi, quand même, "consulter" les syndicats. Pas question de retrait donc mais il y aura des "adoucissements". D’ores et déjà on a changé le nom qui est devenu :"avant-projet de loi sur les nouvelles protections pour les entreprises et les salariés". Disparues les "libertés" et les "actifs" redeviennent des "salariés", ce qui évidemment change tout !
Pourtant, quand on voit la mine de Hollande au salon de l’agriculture et des ministres (rares) qui se risquent sur les médias on se dit qu’ils feraient mieux de passer en urgence la loi sur le "burn out" avant qu’ils n’en soient eux-mêmes victimes.

C’est vrai, ils sont mal, très mal…

Aucun commentaire: