Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

jeudi 25 février 2016

GUERRE DE SÉCESSION OU DE SUCCESSION ?

Un véritable attentat, une bombe à fragmentation, une tentative d’assassinat, un suicide réussi. La sidération est générale depuis la publication hier soir dans "Le Monde" d’un Manifeste signé par de nombreuses personnalités de gauche, socialistes, écologistes, intellectuels non pseudos…Martine Aubry en tête accompagnée de Benoît Hamon, Daniel Cohn-Bendit, Axel Kahn et 14 autres.
Maintenant les choses sont claires et l'on sait que la réconciliation des deux gauches vers un socialisme moderne n'est pas pour demain. Cet événement marque donc une date essentielle dans nos chroniques sur l'avenir du socialisme français. On craignait qu'il ne disparaisse, que l'on se rassure on en aura deux...
La guerre est donc ouverte entre les "neo" et les "chrypto", entre les réformateurs et les conservateurs (c’est ainsi que dans les anciens pays communistes on appelle les partis qui continuent à se proclamer marxistes). Et elle a déjà fait une victime de marque: François Hollande lui-même ! S’il n’est pas épargné, on voit bien que la cible privilégiée est le premier ministre. D’ailleurs, les critiques portent sur les deux dernières années, comme si le président n’était déjà plus dans le jeu. Les socialistes ont maintenant deux chefs : Valls et Aubry. Plus de quartiers, l'issue ne peut être que la mort de l'un des deux ou de tous les deux, mais comment pourrait-il y avoir réconciliation ?
Que dire devant une telle charge ? Il est vrai que nous ne faisons pas ici preuve d'indulgence à l'égard du président, de son premier ministre et du gouvernement. Mais jamais nous aurions osé une telle violence.
Il faudra du recul pour en mesurer les dégâts mais cela confirme notre dernière chronique : peut-on encore envisager la candidature d'un président sortant tellement rabaissé par une partie importante de la gauche ? Mais aussi, quelle chance reste-t-il à une candidature de substitution de Manuel Valls qui ne pourra jamais obtenir un soutien unanime du parti socialiste, sans parler des autres partis de gauche ? Comment enfin, envisager une candidature de Martine Aubry, qui de toute façon n’osera très probablement pas affronter le jugement des français, et qui, si jamais elle s’engageait enfin dans la présidentielle, concourrait contre Valls non pas pour la seconde place mais pour la troisième ou la quatrième, voire même la cinquième ?


Le sujet est si grave qu'il nous faut reproduire ici, pour en conserver la mémoire, les principaux passages de ce texte qui, sans aucun doute, fera date :

SORTIR DE L’IMPASSE
Trop, c'est trop ! Les motifs d'insatisfaction sur les politiques menées depuis 2012 n'ont pas manqué… Ce n'est plus simplement l'échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s'il n'est pas mis un coup d'arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés…
La gauche avait déjà assisté, incrédule, en janvier  2014, au pacte avec le Medef qui se révéla un marché de dupes. … Ces 41  milliards d'euros mobilisés pour rien…
Puis, nous nous sommes vu infliger, à l'hiver 2015, ce désolant débat sur la déchéance de nationalité. …À Versailles, le président de la République a émis l'idée d'une peine de déchéance de nationalité pour les terroristes. Très vite, chacun a compris l'impasse : réservée aux binationaux, elle est contraire au principe d'égalité ; appliquée aux mono-nationaux, elle fabriquerait des apatrides. Et, si ce débat nous heurte tant, c'est qu'il touche au fond à notre conception de l'identité de la France. Pour la gauche, l'identité française doit être républicaine, elle se définit comme une communauté non pas d'origine, mais de destin, fondée sur les valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité et de laïcité. Le texte adopté par l'Assemblée nationale a gommé les aspérités sans en supprimer les effets, et en les aggravant en étendant la déchéance de nationalité aux délits. Aller au Congrès de Versailles dans ces conditions serait une fêlure profonde pour la gauche et d'ailleurs aussi pour certains démocrates.
Par une regrettable accélération du temps, la semaine dernière, ce fut la meurtrissure de l'indécent discours de Munich*, à propos des réfugiés. Se revendiquer d'une liberté de ton n'autorise pas tout. Non, Angela Merkel n'est pas naïve, Monsieur le premier ministre. Non, elle n'a pas commis une erreur historique. Non, elle n'a pas mis en danger l'Europe, elle l'a sauvée. Elle l'a sauvée du déshonneur qui aurait consisté à fermer totalement nos portes à toutes ces femmes, ces hommes et enfants fuyant les persécutions et la mort et en oubliant ceux qui chaque jour perdent la vie en Méditerranée…La mission de la France n'est pas de dresser des murs, mais de construire des ponts
Et, aujourd'hui, voici que l'on s'en prend au code du travail !...
C'est pour l'avoir ignoré que, partout au sein de la gauche, l'avant-projet de loi dit " El Khomri " a provoqué non plus de la déception, mais de la colère !...
Et à qui fera-t-on croire … qu'on favorisera ainsi l'emploi ? Réduire les protections des salariés face au licenciement conduira plus sûrement à davantage de licenciements !
Qui peut imaginer que, en généralisant les possibilités de ne plus payer les heures supplémentaires en heures on améliorera la situation de l'emploi en France ? Qui peut faire croire qu'augmenter le temps de travail va diminuer le chômage ? Moins de pouvoir d'achat pour les salariés, moins d'embauches pour les chômeurs en cas de surcroît d'activité, est-ce bien cela que l'on veut dans un pays de plus de 3,5  millions de chômeurs et dont les entreprises souffrent de carnets de commandes trop peu remplis ?
Que le patronat institutionnel porte ces revendications, pourquoi pas, …  Mais qu'elles deviennent les lois de la République, sûrement pas ! Pas ça, pas nous, pas la gauche !...
Et puis, disons-le, la méthode n'est plus supportable. On brandit à nouveau la menace de l'article  49-3….Tout cela est déraisonnable. Une France gouvernée sans son Parlement est mal gouvernée. La démocratie est atteinte. Redonnons tout son pouvoir au Parlement, respectant ainsi la Constitution, les textes qui en sortiront n'en seront que meilleurs et leur légitimité renforcée.
Les valeurs, l'ambition sociale, les droits universels de l'homme, l'équilibre des pouvoirs, que restera-t-il des idéaux du socialisme lorsque l'on aura, jour après jour, sapé ses principes et ses fondements ?
Il ne suffit pas de se revendiquer du réformisme social pour en mériter le titre. Il n'y a ni vraie réforme ni social dans nombre de politiques qui sont menées depuis deux ans. On y trouve des propositions puisées dans le camp d'en face, qui n'ont rien de moderne, et qui sont inefficaces. Et, puisqu'on nous parle du serment de Versailles, rappelons-nous de celui du Bourget, mis à mal une fois de plus, et qui pourtant fonde la légitimité au nom de laquelle le pouvoir est exercé depuis 2012.
Pour sortir de l'impasse, il faut de vraies réformes, synonymes de progrès économique, social, écologique et démocratique. Elles doivent être porteuses d'émancipation pour chacun et de vivre-ensemble pour tous. C'est ce chemin qu'il faut retrouver ! Celui de la gauche, tout simplement !


*Discours prononcé par Valls le 13 février : « Je suis venu faire passer un message d’efficacité et de fermeté…L’Europe ne peut accueillir davantage de réfugiés. »

Aucun commentaire: