Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mardi 1 décembre 2015

LE FARDEAU DU PRÉSIDENT

Nous ne pouvons pas résister à la satisfaction de  citer l’introduction de l’éditorial du journal Le Monde daté du 28 novembre. Satisfaction purement intellectuelle parce que, sur le fond, il n’y a vraiment  rien de réjouissant. Mais la caution du "Monde" à ce que nous disons depuis 3 ans démontre que nous ne nous complaisons pas dans le "french bashing" mais que le chômage est bien un échec français, celui de Hollande.

« La courbe du chômage, ou le fardeau du président
L'embellie n'a été que de courte durée. Après un recul significatif en septembre  (- 23.800), le chômage est reparti à la hausse en octobre. Violemment.
Avec 42.000 chômeurs de plus et 3.589.800 personnes en France métropolitaine n'ayant désormais aucun emploi, le taux de chômage est de 10  %. Pour le pays, ce chiffre est un désastre.
Depuis que François Hollande est entré à l'Elysée, en mai  2012, le nombre des demandeurs d'emploi de catégorie A (aucune activité) a augmenté de 667.000. Il fait jeu égal avec Nicolas Sarkozy, qui a vu le nombre des chômeurs s'envoler de 750  000 durant son quinquennat. Mais, à la décharge de ce dernier, il avait dû affronter la pire crise financière et économique depuis 1929. La France alors était dans une tendance européenne.
Ce n'est pas le cas pour François Hollande : le chômage, cancer français, continue de progresser alors qu'il a diminué de moitié en Allemagne. Après une terrible purge, l'Espagne de Mariano Rajoy revendique 500  000 emplois créés en un an tandis que l'Italie de Matteo Renzi en affiche 190  000. La France, elle, n'en a créé que 50  000 en un an, selon l'Insee.
L''échec est donc patent.

Alors on fait quoi maintenant ? Comment Hollande, qui a lié sa candidature à un second mandat à une amélioration "durable et significative" du chômage, va-t-il s’y prendre pour honorer, même de façon symbolique, son engagement d’inversion de la courbe ? Il serait injuste de mettre en cause les ministres successifs du travail qui ont fait preuve d’un grand courage à démontrer chaque mois que plus le chômage montait plus cela rendait possible sa baisse future. Même sur le plan technique ils ont fait preuve de créativité en multipliant les emplois aidés, souvent fictifs, toujours coûteux budgétairement. Ils sont même devenus experts en manipulations  statistiques, comme nous l’avons maintes fois signalé. Comme le disait Mitterrand à propos du chômage lui-même, on a tout essayé mais sans succès.
Parier sur la croissance? C’est évidemment la bonne réponse économique mais il faudrait dépasser le taux de 1,5%. Possible en 2016 mais l'effet ne sera pas immédiat d'autant plus qu'il faudra passer d’abord par la case investissement.
Transformer le code du travail pour faciliter les embauches ? On en parle… c’est ce que l’on fait de mieux.
D'ici aux élections présidentielles, il reste 17 statistiques mensuelles à paraître. Pour absorber les 700.000 chômeurs supplémentaires depuis le début du mandat de Hollande il faudrait 41.000 de chômeurs en moins, chaque mois,  sur toute la période. Oublions.
La promesse d'inversion de la courbe du chômage a été faite en septembre 2012 quand il y avait 3 millions de chômeurs. Elle devait intervenir avant fin 2013. A cette date le chômage était monté à 3.300.000. Pour revenir à ce simple niveau il faudrait une baisse continue de 18.000 chômeurs chaque mois. On peut rêver …
Il reste alors une dernière solution, bien difficile à mettre en œuvre pour un gouvernement qui se dit encore de gauche, les radiations administratives. Après tout avec l’état d’urgence la gauche a mis en pratique des mesures sécuritaires qu’elle n’aurait jamais envisagées dans ses pires cauchemars. Pour faire baisser le chômage elle va donc réduire de manière administrative et autoritaire le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi. Il suffisait d’y penser.
Rassurez-vous on trouvera une présentation moins brutale mais la décision est prise et cela vient de démarrer. On appelle cela le "contrôle renforcé des chômeurs". Depuis quelques jours des contrôleurs de Pôle emploi sont chargés de vérifier que les chômeurs sont réellement en recherche active. Examen des démarches de recherche d’emploi. En cas de doute, demande de pièces complémentaires et interrogatoire. Si le contrôleur n’est pas satisfait de la réponse, c'est la sanction: quinze jours de suspension de droit pour le premier manquement et, en cas de récidive, jusqu'à six mois de radiation et donc d'interruption du versement des allocations chômage pour ceux qui en perçoivent.
Pas de panique, il ne s’agit en aucun cas de flicage mais « de remobiliser ceux qui peinent dans leurs démarches. » Bon d’accord, cela permettra également de lutter contre la fraude et… de diminuer le nombre de chômeurs mais c’est pour leur bien.
Imaginez que ce soit la droite qui fasse la chasse aux faux chômeurs. Scandale ! Entendez la gauche qui gronde : « Parce que vous croyez que l’on s'inscrit au chômage par plaisir ? Ne comprenez-vous pas qu’après des mois et des mois de vaines et démoralisantes formalités on ait un coup de mou et que l’on soit un peu moins actif dans la recherche d’emploi ? Il faut vraiment être de droite pour harceler ainsi des gens dans la difficulté. Quelle brutalité et quel mépris ! »
L’inconvénient de la démocratie, c’est qu’à force d’être dans l’opposition et même si l’on raconte et promet n’importe quoi, on finit un jour par être élu et se trouver contraint de gouverner. Cela peut-être douloureux.
Le Pen (Le Pépé) a raconté la panique qui l’avait saisi au soir du 21 avril 2002 (et si j’étais élu ? J’aurais été bien incapable d’assumer le pouvoir…). Alors soyez gentils, évitez ce malheur à tantine et à cousinette…







Aucun commentaire: