Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 21 août 2015

DEVOIRS DE VACANCES, exercice N°3 : LA DISLOCATION DE GAUCHE

Il disloque ses phrases, comme il divise la gauche.
Nous n’allons pas, pour ce 3ème et dernier devoir de vacances, jouer à KIADI. C’est trop facile et de toute façon il s’agit d’une QCU (question à choix unique). C’est la même personne qui a tout dit et vous avez déjà deviné de qui il s’agit. La question est donc:
Pourquoi Hollande utilise-t-il si souvent comme figure de style la "Dislocation" et de surcroît, toujours la même, la "dislocation de gauche" ? 
-Parce qu’il est de gauche ? Ça se saurait…
-Pour montrer à ceux qui l’énervent à gauche qui c'est Raoul. "Aux quatre coins de Paris qu'on va les retrouver, éparpillés par petits bouts, façon puzzle. Moi, quand on m'en fait trop, je correctionne plus : je dynamite, je disperse, je ventile !" Ce ne serait pas un comportement normal…
-Serait-ce un problème psychiatrique qui définit la "déstructuration" comme  une désorganisation touchant les aspects affectifs, intellectuels, et, dans une moindre mesure, morphologiques du sujet ? Difficile d’y croire même si deux feuilletons de l’été parus dans Les Echos et Le Figaro ont pour thème un bouleversement de la personnalité du président, suite à un AVC dans le premier cas et à la disparition de sa chienne Philae, dans le second cas. Mais il est bien précisé qu’il s’agit d’œuvres de fiction…
-Est-ce pour retenir l’attention de l’auditeur qui pourrait être pris par un début de somnolence ? Un peu éventé, depuis le temps…
-Cause-t-il simplement mal le français ? Question subsidiaire : le fait-il exprès ou est-ce "pour faire peuple" ?On ne le saura pas, sauf que pour la plupart des grammairiens la déstructuration n’est pas un effet de style mais une faute de français. Enfin, c’est son droit, comme disait Buffon, « le style c’est l’homme… »
Sans doute faudrait-il commencer par préciser ce qu’est la déstructuration. Nous avons cherché la définition la plus claire : "La dislocation de la phrase : un ou plusieurs mots sont mis en tête ou en fin de phrase et repris par un pronom : Le gâteau, il l'a mangé tout seul ou Il l'a mangé tout seul, le gâteau. Dans ces deux exemples, le groupe nominal le gâteau est détaché en tête ou en fin de phrase et est repris par le pronom personnel l'."(Yann Houry, professeur de français.)
Mais, pour ceux qui préfèrent, voici la plus compliquée : "Le redoublement d’un nom ou d’un pronom qui est détaché de la proposition s’appelle « dislocation ».Si le nom ou le pronom est détaché à droite de la proposition, on parle de dislocation à droite. Exemple : « Elle est belle, la France ». Si le nom ou le pronom est détaché à gauche de la proposition, on parle de dislocation à gauche. Exemple : « La France, elle est belle ». (Sandrine Campese, auteur littéraire- http://laplumeapoil.com/- Livres et Blog savoureux !).
Pour essayer de clarifier ce qui précède voici une phrase sous trois formes :
*Normale: Le président disloque la gauche
*Dislocation de gauche: Le président, il disloque la gauche
*Dislocation de droite: Il disloque la gauche, le président
Voyons maintenant la syntaxe du président, et certaines de ses dislocations de gauche: 
- « La France, sur tous ces sujets elle est à l'initiative. »
- « Cette politique, elle coûte à la croissance. »
-«  La France, elle va faire 50 milliards d’économie et ce n’est pas si facile. »
- « La France, elle ne fera pas davantage parce que ce serait mettre en cause la croissance. »
- « L’Europe, elle a besoin de la France parce que nous sommes la deuxième économie de l’Europe... Alors la France, elle compte.»
- « Les résultats, ils tardent à venir, je le sais, je le vois.»
- « Le scepticisme, bien sûr, il est grand.»
- « La France, elle a des atouts. »
Sans être aucunement grammairien et encore moins expert en syntaxe, il nous semble évident que la dislocation est un dérivé de l’anaphore : il s’agit de se mettre en valeur soi-même ("moi président"), ou le sujet que l’on prétend maîtriser, la France, l’Europe, le chômage… Ce qui démontre une certaine confiance en soi et même une réelle autosatisfaction.
Nous terminerons donc sur cette dislocation de gauche qu’il a personnellement prononcée et dont il faudra se souvenir le moment venu : « Un président qui ne respecte pas ses engagements, il ne peut pas être à nouveau candidat. » (Conférence de presse du 5 février 2015).

Aucun commentaire: