Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 31 juillet 2015

TRICKY HOLLANDE

Ça y est, on a compris ! On a débusqué le loup. On a la réponse à notre devoir de vacances N°1…
Les économistes affirment que seule la croissance fait baisser le chômage et qu’elle doit être d’au moins 1,5% pour créer des emplois. Eh bien, ils se trompent !
En France, c’est Hollande, avec son ministre du travail et ses statisticiens, qui fixe le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi. Évidemment, ce ne sont que des artifices, parfois ingénieux, mais toujours trompeurs.
Le principe est simple(*), il s’agit de contrôler le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A de pôle emploi, thermomètre politique du chômage en France et il suffit pour cela d’adapter les règles d’éligibilité aux objectifs fixés. Jusqu’à présent le gouvernement jouait avec les modalités de radiation, c'est-à-dire de sortie des statistiques de Pôle emploi. Il vient d’inventer une nouvelle technique : revoir le classement des chômeurs pour en transférer un certain nombre de la catégorie A vers les catégories D et E dont on parle peu car elles sont des fourre-tout regroupant des situations diverses et disparates. C’est ce qu’il vient de faire au mois de juin, en transférant 10.000 demandeurs d’emploi de la catégorie A vers les catégories D et E, permettant ainsi de stabiliser le nombre de chômeurs à 3.553.500.
Bien entendu, toutes ces "manips" se font dans la plus grande opacité dont on peut avoir une idée en consultant l’article mentionné en renvoi.
Ce qu’il faut retenir c’est que l’administration dispose de nombreux moyens techniques pour faire monter ou descendre le nombre de chômeurs. Et si cela ne suffit pas, le gouvernement possède un autre moyen : créer des emplois aidés supplémentaires. Évidemment cela coûte cher au budget mais tel est le prix pour tenir ses engagements. C’est également ce qu’il vient de faire, le mois passé, en rajoutant 100.000 emplois aidés et en envoyant 60.000 personnes de plus en formation. Ce sont donc 160.000 chômeurs qui sortiront  de la catégorie A. L’inconvénient est que pour trouver les structures d’accueil, sélectionner les bénéficiaires, mettre en place les financements, cela prend du temps, au moins 6 mois, et les effets ne se feront pas sentir avant l’an prochain. D’ici là, il faut absolument éviter que le nombre de ces chômeurs n’augmente au cours du second semestre 2015. Voilà pourquoi Pôle emploi fait le ménage en tripatouillant les catégories.
On stabilise d’ici la fin de l’année, on engrange les 160.000 emplois subventionnés en 2016 et l’on est candidat en 2017. Au fond, c’est assez simple la politique !
Bien sûr, il y a des risques. D’abord, que les français confirment qu’ils ne sont pas idiots, eux qui savent non seulement observer la situation autour d’eux mais aussi compter. Il se trouvera bien quelqu’un capable de faire l’addition de 5 chiffres et qui se rendra compte qu’en cumulant tous les "clients" de Pôle emploi (catégories A,B,C,D,E) le nombre de chômeurs ne baisse pas vraiment et que ceux qui sortent de A entrent D ou E…
L’autre risque d’être démasqué tient à l’existence d’un second thermomètre, très maladroitement mis en lumière il y a quelque temps, le "taux de chômage". Or, ici, les tripatouillages sont impossibles car les chiffres sont établis par L’INSEE, conformément aux règles du BIT et publiés par Eurostat, organisme européen. Michel Sapin n’avait-il pas déclaré en mars 2014 que : "Le chômage au sens du BIT, qui est le seul qui soit retenu au niveau international et européen, n'est pas soumis aux aléas administratifs, contrairement au nombre d'inscrits à Pôle emploi" ! Et l’on sait déjà ce qu’il montrera d’ici 2017. Que le taux de chômage va bien baisser mais de très peu, de 10.3% à 10% au mieux. Et que cette baisse sera très inférieure à celle de nos principaux concurrents. Hollande pourra-t-il considérer qu’il s’agit d’une « baisse crédible, longue et répétée » ?
Sinon il lui restera la fumée. Plus on compliquera le sujet et plus l’on pourra raconter des histoires. Et ça, il sait faire notre président.
On se souvient de "Tricky Nixon, nous on a "Hollande-le-rusé".

(*) En fait, c’est beaucoup plus complexe ! Ceux qui souhaitent plus de détails peuvent consulter notre article de ce jour sur le blog "Enfumages-2017" intitulé : "CHÔMAGE, ENFUMAGE ET TRIPATOUILLAGE" par le lien suivant :


Aucun commentaire: