Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

jeudi 4 juin 2015

LA LOI DU CHÔMAGE

"La loi du marché" est un film français primé au festival de Cannes grâce à Vincent Lindon qui a obtenu prix d’interprétation masculine pour un rôle dont le héros est confronté à un dilemme moral : pour conserver son emploi, faut-il tout accepter ?
Le gouvernement français vient de nous présenter sa dernière production, une interprétation libre des "Lois de Newton" (titre exact de l'ouvrage, pour Najat Valaud-Belkacem : "Philosophae naturalis principie mathematica") et plus particulièrement la troisième loi, selon laquelle "à toute action correspond une réaction d’intensité égale mais en sens opposé".
Il n’y a que la France pour guetter, chaque mois, et commenter à plus soif, les statistiques du chômage. Spéculations d’autant plus absurdes que tout le monde connaît le scénario du film : elles continueront à être mauvaises, avant de se stabiliser, puis de s’améliorer. La sagesse populaire rappelle que les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel et que, quand on plonge, on finit toujours par heurter le fond avant de remonter.
La "gravité" de l’affaire, pour rester avec Newton, est l’attitude du gouvernement. Comme toujours, il fait les choses à l’envers. Il aurait dû appliquer la troisième loi de Newton : réagir face à la situation et passer à l’action. Aujourd’hui tout le monde sait ce qui marche contre le chômage : fluidifier le droit social pour favoriser l’embauche. C’est ce que font, avec succès, les principales démocraties européennes (pas toujours des Républiques !) qui ont compris que l’on peut tout à la fois favoriser le retour au travail sans remettre en cause la solidarité.
Pas en France. Le même jour le ministre du travail (?) cédait devant les syndicats en assurant que l’on ne simplifierait pas le code du travail et que l’on ne réformerait  pas  le contrat de travail. Et, commentant les statistiques du chômage, il faisait cette déclaration dont on a du mal à comprendre la logique :
-Primo:« Il y a incontestablement un décalage entre l'amélioration de l'activité économique et la création d'emploi"
-Secundo:« Je viens d’obtenir un arbitrage du Premier ministre pour la création de 100.000 emplois aidés supplémentaires. »
Résumons : puisque le chômage va prochainement baisser, l’État va se substituer à l’économie pour créer des emplois !
Mais où a-t-on vu que l’État créait des emplois ? L’État peut tricher avec les statistiques en instituant des emplois virtuels. Mais ce sont les entreprises qui créent des emplois. L’État peut inventer des emplois fictifs, c'est-à-dire augmenter les dépenses publiques financées par la dette et/ou l’impôt(*). Ou par des économies sur d’autres postes mais on avait cru comprendre que réduire les dépenses publiques était "récessif", c'est-à-dire mauvais pour la croissance…Difficile de comprendre la "Loi de Hollande".
À l’école nous avions une plaisanterie de potaches sur la poussée d’Archimède (qui s’exprime en … newton[N]) : « Tout corps plongé dans l’eau et qui ne remonte pas à la surface doit être considéré comme perdu.»
Si l’on en croit les enquêtes d’opinion : « Tout président tombé au fond du trou de la confiance doit être considéré comme battu. »
 (*) Le budget 2015 a prévu 450.000 emplois aidés nouveaux pour un coût de 3,5 milliards. Avec 100.000 de plus on va battre le record historique, jusqu’à présent détenu par Jospin, et dépasser les 4 milliards…









                                                  Je l'aurai un jour, je l'aurai...













Aucun commentaire: