Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 15 mai 2015

PLAUDITE, CIVES !


Applaudissez citoyens ! Habemus auctum, nous avons la croissance ou, comme l’on dit en hollandais : « la croissance, elle est là ».
C’est l’INSEE qui l’annonce : la croissance, en France, a été de 0,6% au premier semestre. Grosse surprise, excellente nouvelle. D’autant plus que si cette reprise concerne la zone euro, elle y est, en moyenne, moins forte que chez nous (0,4%). Pire (ou mieux) encore elle n’est que de 0,3% en Allemagne et au Royaume-Uni. Nous avons toujours dit que l’important était de faire aussi bien que les autres, eh bien, pour une fois, nous faisons mieux que les autres (sauf l’Espagne : +0,9%). Alleluia !
Mais ne nous emballons pas. Felix potuit rerum cognoscere causas, heureux celui qui a pu pénétrer le fonds des choses. Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, demande de « débrancher les rabat-joie et les grincheux ». Irritare crabones, irriter les frelons n’est sans doute pas recommandé mais il convient, ne lui déplaise,  de chercher à comprendre ce qu’il y a derrière ce beau chiffre de + 0,6%.
Il faut d’abord savoir qu’en même temps que l’INSEE faisait cette annonce elle révisait à la baisse de +0,4% à +0,2% la croissance de 2014. Un peu moins d’un côté, un peu plus de l’autre…Reste qu’un rayon de soleil après un long hiver est malgré tout bon à prendre.
Ce qui mérite réflexion ce sont les causes de cette hausse du PIB. On se souvient de la conversion de Hollande en faveur d’une politique de l’offre qui consiste à favoriser la production pour relancer la demande. D’où le CICE et le Pacte de responsabilité qui devaient restaurer la compétitivité des entreprises. Or ce n’est pas du tout ce qui s’est passé.
Si l’on regarde la composante du PIB c’est la consommation des ménages qui a augmenté entraînant une reconstitution des stocks des entreprises tombés au plus bas. L’investissement, en revanche, est en recul et la balance commerciale se détériore sous l’effet d’une forte hausse des importations.
On pourrait se dire : De minimis non curat praetor, peu importe le détail ce qui compte c’est la hausse du PIB. Sauf que la hausse de la consommation des ménages tient à des phénomènes extérieurs, la baisse du pétrole et de l’euro, qui ne se reproduiront pas et qui, d’ailleurs, ont commencé à s’inverser (le baril vient de passer de 45 à 60 $ et l’euro qui était revenu quasiment à parité avec le dollar le dollar est remonté au-dessus de la barre des 1,10). La cause n’est donc ni reproductible ni durable. En revanche, que l’investissement ne reprenne pas et que les importations progressent fortement prouve que l’augmentation de la consommation ne profite pas suffisamment à notre économie et que la compétitivité n’est pas au rendez-vous. C’est Eurostat qui le dit « Le doute demeure sur la capacité de la France à produire une expansion décente, compte tenu des problèmes de compétitivité sous-jacente.»
In cauda venenum, le pire est à la fin : l’INSEE nous dit dans la même étude que l’emploi marchand a diminué de 13.500 postes au premier trimestre.
Les choses sont donc plus compliquées que l’on voudrait nous le faire croire et il faudra être attentif aux prochaines statistiques si l’on veut éviter d’y perdre son latin.

Mihi cura futuri : ma préoccupation c’est le futur.

Aucun commentaire: