Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 10 avril 2015

LE CHANGEMENT, C'EST PAR RAPPORT AUX ENGAGEMENTS

Le candidat Hollande nous avait promis le changement et avait pris 60 engagements.Trois ans plus tard, voici l'heure de l'aveu : les promesses ne seront pas tenues ! Bien entendu l'annonce est plus subtile, elle ressemble même à de bonnes nouvelles. 
Comme tous les ans à pareille époque la France, ainsi que les autres états membres, présente à la commission européenne ses prévisions en matière économique et budgétaire; cela s'appelle le "Programme de stabilité".
L'heure est grave parce que le gouvernement avait pris (à l'égard de l'Europe cette fois) des engagements financiers qu'elle n'a pas tenus. Nous avons mendié et obtenu des délais mais il est clair que nous avons épuisé notre capital d'indulgence. Il faut maintenant s’exécuter. C'est l'objet de ce document.
Il y a malgré tout quelque chose de bizarre ! Il existe un principe que M.Valls qualifierait assurément de "républicain" : ce texte qui engage la France est chaque année présenté aux parlementaires avant d'être envoyé à Bruxelles. C'est la tradition et la moindre des choses. Mais pas cette année...Il y a un problème technique, parait-il. Rien à voir avec le prochain congrès socialiste et le fait qu'un débat sur le sujet serait l'occasion rêvée pour les frondeurs de fronder...
Qu'y a-t-il de grave dans ce document ? A vrai dire rien que nous ne sachions déjà. La seule surprise c'est la grande modestie avec laquelle le ministre des finances en parle et le fait que ce qu'il dit est exact.
Ce qu'il dit ?
-Que la croissance sera  de 1% cette année et de 1,5% en 2016 et 2017,
-Que le déficit public sera abaissé à 3,8% en 2015, 3,3% en 2016 et 2,7% en 2017.
-Que la dette publique restera au-dessous de 100% du PIB.
-Que le chômage va se stabiliser cette année et commencer à baisser à partir de 2016. 
Tout cela parait fort raisonnable et va plutôt dans le bon sens. Quand en plus c'est dit sans triomphalisme on se dit que quelque chose a changé...
Nous n'allons pas assommer le lecteur avec des commentaires indigestes. Voici plutôt quelques images tirées des "60 engagements pour la France", le programme du candidat Hollande, sur lequel il a été élu.
Courbes et chiffres en bleu et rouge, ce sont les promesses; les annotations en vert correspondent à ce qui s'est réellement passé depuis l'entrée en fonction du président et aux engagements qu'il vient de prendre à l'égard de Bruxelles pour la suite du quinquennat.

Première image : la croissance.



On nous avait promis pour la période de 2013 à 2017 entre 11,2% et 10,45 % d'augmentation de la richesse nationale. On nous annonce maintenant 4,8% soit environ 6 points de moins. Un point de croissance = 20 milliards.
6 points = 120 milliards !





Seconde image : le déficit public

On nous avait annoncé le retour à 3% du PIB dès 2013 et l'équilibre budgétaire en 2017. Maintenant on promet à Bruxelles de ramener le déficit à 2,7% en 2017.
Au total 9,6 points de PIB de déficit supplémentaire = 192 milliards !




Troisième image : La dette publique

Promesse: une dette à 80,2% du PIB
Réalité: une dette de 96,9% du PIB
Endettement supplémentaire: 16,7% de PIB,
soit 334 Milliards !





Quant au chômage, si l'on a bien compris, on stabilise en 2015 et on "commence" à baisser ensuite. Donc, au mieux, les 600.000 chômeurs de Hollande seront 500.000 en fin de mandat !
Comme nous le disions dans une précédente chronique, cela aurait pu être pire si cela avait été plus grave.
Ce qui n'est pas faux. C'est pourquoi nous avons toujours dit que l'on ne pouvait juger de l'état de la France que par comparaison avec ses voisins et concurrents.
On sait que le nuage de Tchernobyl s'était arrêté aux frontières de la France. Espérons qu'il n'en sera pas de même pour la croissance...





Aucun commentaire: