Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

lundi 30 mars 2015

SALE TEMPS POUR LES ÉLÉPHANTS

Ce sera donc 34 départements pour la gauche alors qu’elle en possédait 61. Comme nous le disions, les chiffres parlent d’eux-mêmes et c’est bien d’une catastrophe dont il s’agit. Un ministre, Thierry Mandon, a choisi de parler de fessée. Soit.
La grande peur du FN, sur laquelle le premier ministre a tant misé, se traduit à l’arrivée par 0 département. Mais le mouvement bleu Marine confirme son encrage local avec l’élection de 108 conseillers départementaux. C’est, en réalité, très peu si l’on considère les suffrages obtenus (25% au premier tour, 22% au second). Comme nous le répétions ce n’est pas encore un danger mais c’est déjà un problème. Ce sera donc l’objet de notre prochaine chronique. 
Si c’est un désastre pour la gauche et si le FN ne gagne aucun département, l’UMP/UDI remporte évidemment un triomphe avec 2/3 des départements. Pour mémoire, la gauche contestataire (EELV, FG, PC) obtient 108 élus exactement autant que le FN avec dix fois moins de voix !
La facture est salée pour le PS mais il y a pire que les chiffres. Le diable est dans les détails et dans les départements perdus ; il y en a, en effet, qui font plus mal que d’autres. Nous évoquions hier la chute de la maison Solférino et c’est bien ce qui est arrivé. Au plan politique les principaux leaders du PS sortent très affaiblis de l’aventure. On trouve, en effet, dans le clan des perdants, c’est-à dire ceux dont le fief électoral a basculé à droite : le Président de la République (Corrèze), le Premier ministre (Essonne), le N° 2 du gouvernement (Fabius en Seine-Maritime) et la N° 3 (Royal dans les Deux-Sèvres). Même les symboles les plus sacrés du socialisme sont profanés avec la perte des deux entités qui représentaient les fédérations les plus importantes du PS, fiefs historiques de la socialie. Le Nord-Pas-de-Calais domaine de Martine Aubry, après avoir été celui de Pierre Mauroy et encore avant, celui de Guy Mollet (cet ancien président du Conseil de la 4ème République qui a eu cette phrase qui pourrait avoir été prononcée par Hollande lui-même : « On nous dit que notre politique a échoué mais est-ce une raison d’y renoncer ? »). Et les Bouches-du Rhône sur lesquelles Gaston Defferre, maire de Marseille, a régné pendant plus de 30 ans (c'est lui l’inventeur de la décentralisation…).
Comme quoi on peut être un éléphant et mourir deux fois…

Aucun commentaire: