Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

dimanche 8 février 2015

L'AFFRONT RÉPUBLICAIN

OUF ! On a eu chaud ! À quelques voix près nous aurions eu ce soir un député d’extrême droite de plus. Deux au lieu de trois, sur 577…
Évidemment tel n’était pas l’enjeu. Les faits : lors de la législative partielle du Doubs, fief du socialiste Moscovici, son suppléant n’obtient que 51% face à la candidate du FN qui atteint les 49% des voix.
Analyses façon tirade du nez d’Edmond Rostand :
-Lepéniste : le front national est au bord du pouvoir, contre la coalition des partis de l’establishment.
-Socialiste : la reconquête : avec l’esprit du 11 janvier la gauche retrouve des couleurs et grâce à Charlie il n’y a plus que 2 français sur 3 qui considèrent que Hollande est un mauvais président.
-Sarkozyste : notre candidat était nul. Il a été choisi par la troïka qui dirigeait l’UMP avant l’élection du nouveau président. Plus mauvais tu meurs. N’a-t-il pas annoncé avant le premier tour que s’il était éliminé il appellerait à voter pour son concurrent socialiste ? Un vrai séducteur. N’a-t-il pas décommandé une visite du président de l’UMP jugeant qu’elle serait plus productive avant le second tour ? Un vrai stratège.
- le vainqueur : Merci à mon conçurent UMP qui m’a beaucoup aidé et à Juppé et NKM sans lesquels je n’aurais jamais eu les voix de droite qui ont fait la différence.
- Politologue : Front républicain, piège à cons.
En France, on préfère la République à la Démocratie. La démocratie est parfois inquiétante : c'est la souveraineté du peuple ; elle est donc imprévisible. La république, c'est la primauté des principes et comme chacun sait, la fin justifie les moyens (Il faut toujours remonter aux origines : la Première République a commencé avec le Comité de salut Publique, Robespierre et la terreur). Si une partie du peuple est attirée par des tentations malsaines il faut le protéger contre lui-même.
C'est l'idée du front républicain. Il y a dans notre pays un parti extrémiste dangereux pour la République, il faut donc s'organiser pour lui barrer la route. Jusque-là rien à dire, la démocratie mérite que l'on se batte pour elle. Encore faut-il que les moyens soient respectables et que les résultats soient satisfaisants. Apparemment, tel n’est pas le cas.
Pourtant l'idée est vieille comme le suffrage universel : au premier tour on choisit, au second tour on élimine. En l'occurrence, en France, le choix est entre l'extrême droite et le candidat "républicain".
-Simple : au second tour, tout le monde derrière le candidat le mieux placé, c'est à dire arrivé second, pour battre celui du front national.
-Élémentaire : par définition le FN n'a pas eu la majorité absolue au premier tour donc si toutes les voix des autres candidats se reportent sur celui qui est arrivé second il est assuré de gagner.
-Problème : cette subtile stratégie oublie que ce sont les électeurs qui votent. Et la grande nouveauté de ces dernières années, qui marque la suprématie de la démocratie sur la république, c'est que désormais les électeurs n'ont rien à faire, absolument rien, des directives des partis politiques et ils votent comme ils le sentent.
Ce soir, il est impossible de parler de succès de la gauche et de l’effet 11 janvier. C’est raté. Difficile d’invoquer la collusion UMP/FN. La position de la droite dite républicaine a été tellement confuse que personne ne peut dire si elle a soutenu le candidat socialiste, prôné l’abstention ou laissé ses électeurs voter front national. Ce soir, les vainqueurs sont les électeurs qui ont "fait Charlie" en faisant prévaloir leur liberté d’expression.
Message à ceux qui nous gouvernent : cessez vos combinaisons politiciennes et de jouer avec les français. Surtout, oubliez un peu le FN : ne voyez-vous pas que plus on en parle et plus il monte ? Si vous voulez servir la République, plutôt que de crier au loup, essayez de reconquérir la confiance des français. 
C’est le meilleur moyen de faire front.

Aucun commentaire: