Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

samedi 21 février 2015

FAIRE FRONT

La gauche française a les yeux de Chimène pour Tsipras et son parti Syriza. Pourtant il a dévoré le PASOC (le parti socialiste panhellénique), renié les engagements interna-tionaux de la Grèce, ne veut plus rembourser les emprunts que son pays a sollicités, relancé la machine à dépenser remettant le pays sur la voie des déficits et de la banqueroute. Mais la gauche est contente. Les grecs se sont exprimés, ils sont souverains: on doit les écouter. 50 députés socialistes ont donc adressé à Hollande un appel public à "respecter le vote des Grecs".
Donc le peuple grec s'est exprimé. Quel est le score réalisé par Syriza pour obtenir cette victoire historique qui va, parait-il, changer le pays et la donne en Europe ?  Environ 36% des voix. Suffisant pour gagner les élections, enfin presque, puisqu'il lui a fallu s'allier avec le parti nationaliste des "Indépendants Grecs" (plus à droite, il n'y a que le micro parti néo-nazi "Aube Dorée"). Alliance de l’extrême droite et de l’extrême gauche, cela ne vous rappelle rien ? Mais enfin, nous sommes démocrates, Tsipras est donc légitime.Point!
Combien pèse aujourd'hui le FN en France ? Environ 30% si l'on en juge par les sondages sur Marine Le Pen et le résultat obtenu par le candidat frontiste au premier tour de l'élection législative du Doubs. De gauche à droite, un seul cri d’horreur : la République est en danger ! Ces voix ne sont pas comme les autres, elles ne représentent pas le peuple souverain. Tout le monde doit s'allier dans une croisade pour faire barrage aux candidats du front national, partout, en toutes circonstances et à tous les échelons de représentation nationale. Cette association à but répulsif n’a pas vocation à former un gouvernement de coalition, c’est une société informelle à objet social unique : empêcher le  FN d’avoir des élus.
Rien à voir avec Tsipras et, surtout, ne vous aventurez pas à faire remarquer que sur l'Europe et sur les questions économiques et sociales, Syriza et le FN ont des programmes similaires (comme le front de gauche, d'ailleurs). On dira qu’au moins Tsipras ne fait pas de l’immigration un combat et ne pratique pas la xénophobie; c’est vrai. Ce volet-là, il le laisse à son allié des Indépendants Grecs, avec l’antisémitisme en prime. On pourrait en rire si le sujet s’y prêtait.

Alors, on continue avec le front républicain ?

Ou l’on essaye plutôt de réfléchir en se posant deux questions : qu’est-ce que le Front national aujourd’hui et qui sont vraiment ses électeurs ?
Difficile de dire ce qu’est devenu le Front national. Il est évidement tentant de faire comme si Papy était toujours le patron. Avec lui, de "détail de l’histoire" en "four crématoire", il était inutile d’argumenter, la nausée constituait le meilleur rempart. Fifille est plus habile. Pas gagnés les procès en racisme, antisémitisme et islamophobie… On peut, certes, lui reprocher des liaisons douteuses et souhaiter longue vie à Jean-Marie. Mais l’efficacité n’est plus garantie. Avant, il était admis que le FN était le mal absolu et ses électeurs des beaufs égarés. Seulement, voilà : à moins de 10% les électeurs FN sont des fachos mais plus de 30% ce sont des français.
Quant à attaquer le FN sur ses propositions, personne n’a encore trouvé le bon angle. L’ennui est, en effet, que le FN n’a pas de programme (officiellement il en a un, il est même publié sur son site, mais qui l’a lu et qui en fait la critique ?). Il n’a pas vraiment d’idées non plus, il a simplement des sujets qui font mouche. Au FN on n’a pas de projets, on a des rejets. Et ça marche…
Ceux dont c’est le métier n’ont pas encore trouvé comment attraper cet oursin, ce n’est donc pas ici que l’on donnera la solution. Nous nous contenterons d’évoquer les principes de bon sens du combat frontal qu’il va bien falloir mener puisque le FN ne fait plus mystère de sa détermination à détruire à la fois la droite et la gauche parlementaires. Voici donc nos cinq piliers de la sagesse politique.
-Premier pilier : rassembler son camp. La gauche plurielle doit être reconstituée. La droite doit s’allier au centre, Modem compris (le Bayrou, c’est comme l’huile de foie de morue : difficile à avaler mais nécessaire pour la croissance.)
-Deuxième pilier : Régler sans tarder la question du leadership. Droite et gauche doivent se donner rapidement (avant que les postulants ne se soient autodétruits) un chef incontesté et incritiquable. Cette condition est nécessaire, si non, autant abandonner tout de suite. Mais elle n’est pas suffisante. En théorie, l’enjeu est clair : les électeurs de droite veulent se débarrasser de Hollande, ceux de gauche ne veulent plus de Sarkozy. Primaire ou non, ils choisiront donc comme candidat celui qui, le moment venu, aura le plus de chance d’arriver placé au premier tour et gagnant au second. La gauche devra se méfier car elle pourrait très bien choisir un candidat susceptible de se placer au premier tour mais d'être battu au second par Marine Le Pen. Responsabilité historique...
-Troisième pilier : Cesser de trembler devant Marine. En démocratie il y a toujours un avatar populiste, démagogue et bouffon à la fois. Tsipras ce serait plutôt Mélenchon mieux luné tandis que Marine fait plutôt penser à Beppe Grillo, ce comique italien qui, confronté aux réalités du pouvoir grâce à ses 163 sièges au parlement gagnés en 2013, n’a pas tardé à apparaître pour ce qu’il est, ridicule. Tel est leur destin... Inutile donc de se focaliser sur elle et encore moins la suivre dans ses délires. Même pas peur…
-Quatrième pilier : Respecter les électeurs qui votent ou envisagent de voter FN. On disait jadis que tout le monde a été, est ou sera gaulliste. Voilà ce qu’il faut absolument éviter avec le lepénisme. Cela implique de chercher à connaître leurs motivations, les écouter, leur proposer d'autres solutions, à chaque fois, et sur tous les sujets, sans langue de bois. Ils existent et au final, ce sont peut-être eux qui décideront pour la France.
Cinquième pilier : Relire Machiavel et l’art de la guerre. Il faut une stratégie pour battre l’adversaire. Hollande a été élu grâce à l’antisarkozysme. Exactement ce qu'il faut éviter avec Marine Le Pen qui n’ayant jamais rien fait peut difficilement être attaquée sur un bilan. Ne pas non plus chercher à contrer le FN sur les terrains de l’immigration, de la nationalité, de l’identité, de l’islamisme. Maintenant que la gauche a levé l’interdiction que la bien-pensance lui imposait et qu’elle fait son coming out, le débat est ouvert en France. Le Front national n'a plus le monopole, n’est plus l’interlocuteur incontournable. C’est sur l’économie et le social qu’il faut le contrer. Sortir de l’Euro, rétablir les droits de douanes sur les importations, augmenter le smic de 200 euros, ramener l’âge de la retraite à 60 ans, baisser les prix du gaz et de l’électricité, la liste des propositions délirantes est sans fin. Facile de démontrer que nous regretterons rapidement le taux actuel du chômage, aussi élevé soit-il, le niveau de vie des français, qui s’est malgré tout maintenu depuis le début de la crise et la stabilité de la monnaie. La majorité des français est persuadée que les prix ont augmenté avec l’euro. Avec le "franc-fn" la d'évaluation sera immédiate et dévastatrice (20/30% dès les débuts ). Si vous avez envie d’un IPhone, achetez-le tout de suite…
Le slogan est bien médiocre, nous en convenons.  Et certains penseront qu’il n’est pas digne de jouer avec les peurs, même si le Front national en a fait sa spécialité. Ce n’est pas faux.
Mais à la guerre, il faut d’abord faire front… et ensuite le percer.
 

Aucun commentaire: