Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

dimanche 14 septembre 2014

L'ARRACHEUR DE DENTS

Ce ne sont pas les événements qui ont manqué ; l’envie seulement. Fallait-il, avec tout le monde, aboyer derrière l’ambulance ? Pauvre François II ! Aucune pitié, ni pour sa personne, ni  pour sa politique. Ni à droite, ni (surtout) à gauche. Il est donc nul et pas sympa… fermez le ban.
Nous n’en rajouterons donc pas mais nous poserons une question qui nous obsède depuis trois ans. On dit que Hollande a fait une bonne campagne. C’est sûrement vrai puisqu’il a été élu. Mais pourquoi a-t-il multiplié les promesses ou plutôt, pourquoi a-t-il senti le besoin de faire des promesses chiffrées avec une rigueur de statisticien ?
Faire des promesses est naturel, les promesses sont aux hommes politiques ce que la graine est au couscous. Mais pourquoi prendre le risque insensé de les chiffrer ? Il ne s’agissait pas d’ordres de grandeur ni d’objectifs quantifiés. Non, des chiffres précis à l’unité près, parfois même avec une décimale ! « Voila ce qui sera » nous disait-il.
Souvenez-vous.
La croissance : 0,5% en 2012 (c’est la faute à Sarko), 1,7% dès 2013, 2% en 2014, jusqu’à 2,5% en fin de mandat. Résultat ? Les 0,5% sont devenus 0%, les 1,7% de 2013 : 0,3%, les 2% de 2014 : 0,4%, les 2%-2,5% de 2015 : 0,9% selon Sapin lui-même.
La dépense publique devait reculer de 56,5% du PIB en 2012 à 55,8% (admirez la décimale) sous le mandat de Hollande. Elle dépasse désormais les 57%.
L’engagement pris devant nos partenaires européens (le Pacte de stabilité que le candidat s’était engagé à renégocier et qu’il a signé sitôt installé à l’Elysée) de ramener le déficit de la France sous les 3% en 2013 : nous sommes à 4,4% !
La dette vient de franchir la barre des 2.000 milliards, 200 milliards de plus depuis son arrivée. Il avait promis de la ramener de 88,7% du PIB à 85,6% (quelle précision !). En 2015 elle atteindra les 100%.
Sur le chômage, il avait annoncé des lendemains qui chantent en évitant, pour une fois, de chiffrer cette promesse. Mais, c’est décidemment plus fort que lui, peu de temps après son élection il a comblé cette lacune en annonçant l’inversion de la courbe avant la fin de 2013. Résultat, le chômage ne cesse d’augmenter et depuis son élection il y a en France 500.000 personnes de plus sans travail.
Le désastre absolu !
Mais il y a une explication, nous dit-on : la crise. Vraiment ?
Certes, la conjoncture européenne n’est pas folichonne. Mais la Grande-Bretagne enregistre une croissance supérieure à 3% et un chômage inférieur à 7%. L’Allemagne, malgré un coup de mou au 2ème trimestre, devrait voir son PNB augmenter encore de 1,6% cette année et elle n’a plus de déficit budgétaire. L’Italie, rendez-vous compte, a tenu l’engagement européen du pacte de stabilité avec un déficit public inférieur à 3%. Et la malheureuse Espagne enregistre une croissance accélérée de + 1,5%.
Bref, il y a partout un coin de ciel bleu. Sauf en France. Tout chez nous est catastrophique et la conjoncture ne saurait tout expliquer.
Alors, évidemment, quand on relit les promesses on se demande pourquoi diable a-t-il pris de tels engagements.
La réponse parait claire : pour se faire élire ! Il lui fallait discréditer Sarkozy et prouver que malgré son inexpérience ministérielle il était compétent. Franchement, quand un candidat à la présidence de la République, qui a fait l’ENA, vous dit après avoir sûrement tout calculé avec l’aide des ses amis experts de la promotion Voltaire, que la dépense publique ne représentera plus que 55,8% (pas 56% ni 55%) du PIB en 2017, comment ne pas le croire ?
Donc il s’est engagé sur des chiffres précis. Sur quelles bases ? Un principe simple : l’économie est cyclique. Alors, si va mal sous Sarkozy, ça ira bien sous Hollande. Il suffit d’attendre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie …
Ce n’est, d’ailleurs, pas totalement faux. Sauf en France, incapable de se réformer pour se remettre en position de compétitivité. Réelle et non verbale…
Il a joué, il a perdu. Plus exactement, il a gagné l’élection mais il a perdu sa présidence. Voilà ce qui arrive à mentir comme un arracheur de dents, comme dit la sagesse populaire…

Aucun commentaire: