Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

lundi 17 février 2014

LES MARXISTES RÊVAIENT DU DÉPÉRISSEMENT DE L’ÉTAT, AYRAULT L’A FAIT !

Panique au sommet de l’État ! Plus l’échéance se rapproche, plus on semble tétanisé par les prochaines élections municipales. Ce n’est pourtant pas vraiment ce que disent les sondages, mais c’est ce qui semble remonter du terrain. En fait, les socialistes redoutent une forte démobilisation de leurs électeurs, mal remis de l’affaire Léonarda, de la reculade sur la loi famille, du virage social-démocrate, de toutes leurs déceptions en somme. Alors, quand la grogne monte chez les derniers électeurs qui semblent leur rester fidèles, les fonctionnaires, c’est le branle-bas de combat.
Retour sur une semaine de folie dont on n’a pas fini de mesurer les conséquences sur la crédibilité du gouvernement et sur l’État lui-même.
Le premier coup est venu de Peillon qui a fait le buzz avec sa proposition de geler les avancements individuels dans la fonction publique. Quand on sait que les augmentations générales des salaires liées à l’inflation seront  gelées pour la quatrième année consécutive, on comprend que les syndicats s’étranglent.
D’ailleurs, Peillon ne tarde pas à faire marche arrière et à nier avoir fait cette proposition malgré les témoignages des journalistes à qui il s’adressait. Bon, a-t-on pensé, une gaffe de plus...
Mais la balle est reprise par Bruno Leroux, le président du groupe parlementaire socialiste à l’assemblée nationale : « Je sais que c’est sur la table. Je sais que Bernard Cazeneuve aujourd’hui envisage ces mesures… » Il tentera, lui aussi de rétropédaler mais c’en est trop, la gaffe est devenue un gros couac.
Ayrault doit monter au créneau. Il déclare donc « Ce n’est pas vrai. Pourquoi annoncer de fausses nouvelles ? On n’est pas au concours Lépine des économies. Je ne suis pas favorable à la baisse du pouvoir d’achat des fonctionnaires. »
Fin du vaudeville ? Non. Les syndicats exigent du premier ministre qu'il confirme par écrit ! Injurieux pour le chef du gouvernement que les syndicats ne croient même plus sur parole. Inouï.
Pourtant, c’est ce qu’il va faire. Ayrault s'exécute et il leur écrit lui-même  : « Je vous confirme ce que j’ai déclaré publiquement(sic !) , à savoir qu’il n’y aura pas de baisse du pouvoir d’achat des fonctionnaires et qu’aucune mesure ne sera prise qui aurait pour objet de geler l’avancement des agents publics. »
La voilà donc la République exemplaire. Celle où un premier ministre, en l’absence du président, sans débat en conseil des ministres, sans consultation du parlement qui vote le budget, prend seul une décision qui pèse plus d’un milliard et prive le gouvernement de toute marge de manœuvre sur le premier poste de dépenses publiques (les charges de personnel représentent plus de 40% du budget).
Mais plus grave encore est l’abaissement du chef du gouvernement obligé de confirmer par écrit ses engagements publics. Pourquoi ne pas écrire aux taxis qu’il suspend les immatriculations de VTC ? Aux organisateurs de la Manif pour tous qu’il n’y aura ni PMA, ni GPA ? Et pourquoi pas, tant qu’on y est, à Léonarda qu’elle peut revenir en France quand elle le souhaitera ?
En fait, c’est l’État lui-même qu’il vient d’abaisser !
On sent bien qu’il ne va pas fort en ce moment, Ayrault. La peur de perdre les prochaines élections ou son fauteuil ?

Aucun commentaire: