Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

lundi 16 décembre 2013

FAIRE FRONT

Nous ne tomberons dans le piège. Nous ne suivrons pas sur leur terrain les bâtisseurs du monde merveilleux de la Socialie qui, prétendant "faire société commune",  contribuent, en réalité, à "faire Front national ".
Ce n’est donc pas ici que nous débattrons du rapport présenté par les "groupes de travail" sur la refondation de la politique d’immigration. Nous chercherons, plutôt, à comprendre le sens politique qui se cache derrière cette opération.
Nous avons bien reçu le message du président de la République précisant que les rapports en question n’exprimaient pas la position du gouvernement et assurant que les propositions que ce dernier fera sur l’intégration ne seront « ni le différentialisme ni le communautarisme. » Inutile de rajouter de l’huile sur le feu.
Et oublions, surtout, le désolant spectacle que nous ont offert le président du premier parti d’opposition, par ses excès, et le chef du gouvernement, par ses injures.
Reste que le mot d’ordre qui est devenu la ligne officielle du gouvernement – « circulez, il n’y a rien à voir »- parait un peu court.
Car c’est bien sur le ″Portail du Gouvernement″  que l’on a pu lire, le 13 novembre 2013 (1) : « Annoncée par Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en février dernier, la refondation de la politique d’intégration a été lancée début juillet, avec la constitution de cinq groupes de travail thématiques, auxquels ont participé des représentants des services de l’Etat, des collectivités territoriales, des associations, des partenaires sociaux ainsi que des chercheurs et experts du sujet.
Les personnalités qualifiées qui ont présidé ces groupes de travail ont remis leurs relevés de conclusion au Premier ministre, qui salue la grande qualité de ces travaux et remercie l’ensemble des personnes qui y ont contribué. Leurs préconisations serviront de base au travail que le gouvernement engage désormais, pour définir les grands axes de la nouvelle politique d’intégration de notre pays, qui sera annoncée d’ici la fin de l’année. »
Ces travaux,  réalisés par des ″personnalités qualifiées″,  ont donc bel et bien été cautionnés par le premier ministre. Comment est-ce possible ? En réalité, deux pistes s’offrent à nous.
Première piste, la grosse bourde. Matignon nous a habitués aux couacs, dissonances et erreurs de communication. La panique qui a saisi les sommets de l’Etat milite en ce sens.
Mais il existe une seconde piste, tout aussi consistante, le coup politique. Ce serait un message adressé à " La France de demain ".
On se souviendra que cette formule a été inventée par un think tank de gauche, Terra Nova. Ce groupe de pensée, proche du PS, s’est fixé comme objectif de « contribuer à la refondation de la matrice idéologique de la gauche progressiste » (le même jargon que dans les rapports...). Il a publié, en mai 2011, un article signé notamment par Olivier Ferrand, son président aujourd’hui décédé, qui a exercé une grande influence sur la pensée socialiste. Voilà le commentaire de Terra Nova sur ce document intitulé  « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? » :« En France, comme partout en Europe et en Amérique du Nord, l'électorat de la gauche est en mutation. La coalition historique de la gauche centrée sur la classe ouvrière est en déclin. Une nouvelle coalition émerge : "la France de demain", plus jeune, plus diverse, plus féminisée. Un électorat progressiste sur le plan culturel. Une population d'outsiders sur le plan économique, variable d'ajustement face à la crise d'une société qui a décidé de sacrifier ses nouveaux entrants. Il constitue le nouvel électorat "naturel" de la gauche ... »
La nouvelle stratégie électorale proposée au PS est donc de se concentrer prioritairement sur cette nouvelle France constituée des "outsiders" (les milieux populaires déclassés, chômeurs, exclus, discriminés) et non plus, comme c’était la tradition socialiste, aux "insiders" des milieux populaires (ceux qui ont un emploi stable mais qui « craignent le déclassement et sont tentés par le repli identitaire »). Ces derniers- la classe ouvrière, puisqu’il faut bien l’appeler par son nom- sont majoritairement partis à droite, à l’extrême droite même.
On comprend mieux maintenant refiscalisation des heures supplémentaires et l’engagement sur le droit de vote pour les étrangers non communautaires. On découvre l’habileté du coup de billard à trois bandes,  qui éclaire d’un jour nouveau les rapports sur la refondation de l’intégration.
Première cible, Valls leader incontesté du clan des républicains face aux communautaristes, candidat au fauteuil d’Ayrault.
Seconde cible, l’UMP, que l’on contraint à se positionner sur les terres de l’extrême droite, façon d’accentuer ses divisions internes.
Troisième cible et point gagnant, propulser le Front national devant la droite classique en vertu de l’adage qui veut que les français préfèrent l’original à la copie.
Quand on n’a plus de projet, on a des idées électoralistes...
Habile, vraiment ?
Les socialistes devraient regarder de plus près les résultats des 8 élections législatives partielles qui sont intervenues depuis le renouvellement de l’Assemblée nationale en juin 2012. Elles ont toutes été gagnées par la droite et, surtout, lors des deux dernières, le candidat socialiste éliminé a dû céder la deuxième place au candidat Front national. A force de renforcer le FN, c’est bien ce qui pourrait arriver à Hollande en 2017.
On dirait que ça sent le Jospin...
 
(1)Ce communiqué vient d’être retiré du site mais, par la magie d’internet, nous offrons le lien qui permet encore d’y accéder :
http://www.gouvernement.fr/presse/refondation-de-la-politique-d-integration-releve-de-conclusions

Aucun commentaire: