Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

samedi 2 novembre 2013

L’HEURE H

En général, nous essayons de ne pas trop tomber dans la politique politicienne, la politique fiction, la politique people. Mais aujourd’hui une question éminemment politique se pose dont on ne peut nier la gravité. Nous sommes à l’Heure de vérité !
La vérité c’est que nous sommes entrés dans une crise politique très sérieuse, dont  il est impossible d’imaginer l’issue.
La vérité c’est que rien ne va plus au sommet de l’État et que l’exécutif est sérieusement affaibli. Ce n’est pas qu’une question de sondages, de grands hommes d’état (Margaret Thatcher, par exemple !) ont affronté, dans la durée, une forte impopularité qui ne les a pas empêchés de poursuivre leur politique. L’exécutif est affaibli parce qu’il n’a plus prise sur les événements tant il est ballotté par les faux-pas, couacs, reculades et renoncements.
Il y a quelques titres du journal "Le Monde" qui rentrent dans l’histoire. Souvenez-vous de « la France s’ennuie », à la veille de mai 68. Le titre du 30 octobre 2013 est de ceux-là : « Hollande peut-il encore agir ? ».
La vérité c’est que le gouvernement est divisé, discrédité, inaudible. A-t-il un chef ? Lui obéit-on ? L’écoute-t-on, simplement ?
La vérité est qu’il n’y a plus de majorité politique. L’aile gauche du PS ne retient plus ses coups, les communistes votent régulièrement contre les textes du gouvernement, Mélenchon a élu domicile entre Caracas et La Havane, les écologistes ressemblent à un ballon de rugby dont on ne sait jamais comment il va rebondir et dont on attend qu’il se retrouve hors du terrain.
La vérité est que Hollande a fait de la France ce qu’il avait fait du PS, une ONG, une organisation non gouvernée.
La vérité, est que cela ne peut plus durer. On ne peut pas faire comme si de rien n’était car nous ne sommes pas en fin de mandat, encore moins de deuxième mandat et Hollande ne bénéficie ni du respect dont jouissait Mitterrand, ni de la sympathie que suscitait Chirac. Voici donc venue l’Heure du changement.
Hollande doit choisir, ce qu’il déteste, et décider maintenant, ce à quoi il répugne. Il est vrai qu’à force d’avoir tant louvoyé il ne sait plus quel cap adopter. On en est donc réduit à dérouler les hypothèses, nouveau jeu dont la presse devient friande :
-Un referendum constitutionnel sur un sujet emblématique des valeurs de gauche (laïcité ou droit de vote des étrangers non communautaires, par exemple) ? Mais Hollande n’est pas aventureux.
-Une dissolution de l’Assemblée nationale ? Mais Hollande n’est pas suicidaire.
-Un remaniement ministériel style IVème république où l’on remplace des personnalités plus ou moins connues par d’autres choisies en fonction des sensibilités diverses qu’elles représentent ? La gauche plurielle, quoi...
Mais nous sommes sous la Vème République et changer de gouvernement est un message politique fort dont découle le choix des membres. Or, de messages, il n’y en a que deux possibles :
Soit le grand bond en avant, c’est-à-dire à droite toute, vers la social-démocratie. L’arrivée du messie, le jugement dernier et la résurrection.
Soit le grand bond en arrière, c’est-à-dire le retour vers les valeurs ( ?) traditionnelles de la gauche. 81 après 83, le contraire de Mitterrand...
Les personnalités retenues pour constituer le nouveau gouvernement dépendront naturellement de la politique choisie.
Avec la première, les champions de la dream team s’appelleront Valls, Rebsamen, Collomb, Destot, Vallini...bref des barons d’un socialisme canada dry, le cercle rapproché du Président, avec, pourquoi pas, une ouverture au centre (on trouvera bien  un ou deux centristes socialo-compatibles).
Dans la seconde, nous verrons s’avancer au son de la carmagnole, Aubry, Bartolone, Lienemann...bref tous ceux qui n’ont toujours pas digéré de ne pas être ministres. Se joindront au cortège d’autres écologistes nommés pour qu’ils se taisent enfin (Vincent Placé ?) et des communistes pour rappeler le bon vieux temps de l’union de la Gauche (Marie-Georges Buffet ?)
Dans les deux cas de figure, Delanoë, ambidextre et que l’on annonce depuis longtemps au gouvernement, fera une entrée triomphale. A moins qu’il n’hérite du parti ...
Seul problème, aucune des deux branches de l’alternative ne permettra de surmonter la crise qui, bien au contraire, risque de devenir paroxystique. Dernière manifestation de la maladie congénitale du socialisme, cette dyslexie incurable qui l’a toujours empêché de coordonner sa gauche et sa droite et fait peser sur lui la sombre perspective d’un pronostic vital engagé.
Alors ? Reste Hollande qui a compris depuis longtemps que si l’on vous dit "de deux choses l’une " il faut immédiatement chercher la troisième. Il y a chez lui la certitude qu’il a de la chance et que tout finira par s’arranger. Peut-être  se dit-il tous les matins en se rasant : « Pourvu que ça dure ». Mais on a compris que cela ne pouvait plus durer.
Il est minuit Docteur H !

Aucun commentaire: