Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

dimanche 24 novembre 2013

LA PESTE ET LE CHOLÉRA

Une tribune publiée dans le Nouvel Observateur, sous la signature de Ph.Grosvalet (Président PS du conseil général de Loire-Atlantique), résume une opinion largement partagée : « l’ombre de l’extrême droite plane sur nos valeurs, surfant sur les peurs et les angoisses. Pour une affaire médiatique aujourd’hui, combien d’attaques anonymes demain ? Pour des sifflets lors d’une visite présidentielle, combien de provocations inconnues ? La République, et son gouvernement, sont les remparts de notre vivre ensemble. Faisons en sorte qu’ils ne soient pas la dernière digue avant l’arrivée d’une vague brune au pouvoir. Aucune attaque ne doit être passée sous silence, aucun débordement ne doit rester impuni. »
D’accord, aucun débordement ne doit rester impuni, d’où qu’il vienne, même s’il est injuste d’attribuer à la France entière le comportement de quelques détraqués et de considérer que "Minute" est représentatif de la presse française.
On comprend donc l’attente après l’attentat contre  "Libération", que l’on disait commis par un "individu blanc", et l’on imagine aisément le déchainement auquel on aurait assisté si le responsable avait eu des liens avec l’extrême droite…
Mais "il" (nous l’appellerons AM) est franco/algérien et a, dit-on, longtemps fréquenté les mouvements d’extrême gauche. Surprise !
Il se trouve que "Libération" avait traité, dans son édition du 24 septembre 1998, de l’affaire Rey-Maupin (trois policiers et un chauffeur de taxi tués, en 1994, dans une fusillade à Nation et Vincennes) et évoqué le rôle qu’y aurait joué AD. Dans cet article on peut lire à propos des trois protagonistes : « Ils se retrouvent souvent, à l'été 1994, dans des cafés, squats, associations ou concerts. A discuter Hegel, Marx, philo et politique, avec Audry, militant de la Scalp (Section carrément anti-Le Pen. » Des intellectuels engagés, simplement, comme il y en a dans tous les cafés parisiens…
Dans son édition datée du 23 novembre 2013, "Le Monde" parle d'une "personnalité instable et mythomaniaque" et réussit l'exploit de lui consacrer toute une page sans que ses engagements politiques ne soient mentionnés. C’est à peine si on indique, en incidente, que  l’homme "évoluait" depuis plusieurs années dans la "mouvance autonome". » Pas de quoi fouetter un chat ! On ne nous dira pas que de cette "mouvance" est issu le groupe "Action Directe", responsable de plus  de 80 attentats et assassinats en France, dans les années 80/90.
En fait, on ignore si les motivations d’AM sont politiques et d’ailleurs, ce n’est pas notre propos. Notre sujet est de savoir comment on aurait commenté la même histoire si elle avait mis en scène une personnalité instable et mythomaniaque d'extrême droite. Aurait-on ignoré toute proximité avec des mouvements nationalistes, poujadistes, néo-fascistes ou autres ? N’aurait-on pas suivi toutes les pistes, remonté jusqu’aux origines de tous les groupuscules et sonné le tocsin ?
Admettons que AM ne soit qu’un affabulateur, un mythomane. Il est même très probable que l’on ne trouve aucune manipulation politique derrière cette affaire. Reste que la manière dont elle a été traitée laisse penser que l’on a appliqué le postulat suivant : psychopathe d’extrême gauche, c’est une maladie mentale ; le même d’extrême droite, c’est un cancer social.
On entend déjà les protestations : ce n’est pas la même chose ! On ne doit pas comparer ce qui ne peut l’être ! Vraiment ?
Revenons un instant au « Monde » du même jour, où l’on trouve une intéressante tribune de Chantal Delsol intitulée : "Le peuple perdu par la gauche est dans la rue", dans laquelle elle écrit ceci :
« Depuis quelque temps, comme on sait, la gauche a perdu le peuple. Le Front national recrute davantage que la gauche dans les classes populaires. La gauche a donc mis au point une stratégie gagnante pour répondre à ce problème crucial qui risque de lui coûter le pouvoir. Elle a réussi à ostraciser symboliquement une partie de la droite : à interdire littéralement tout ce qui vient du Front national. La droite en avait fait autant dans les années 1960 et 1970, en repoussant le Parti communiste dans les ténèbres afin de geler une partie de l'électorat de gauche. Le résultat de cette politique d’escamotage est qu’elle engendre des aigreurs et des révoltes en progression constante. »
Droite extrême et extrême gauche, bonnet blanc et blanc bonnet, peste brune et rouge peste. C’est une philosophe, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, qui le dit. Alors…
« Les extrêmes marquent la frontière au-delà de laquelle la vie prend fin, et la passion de l'extrémisme, en art comme en politique, est désir déguisé de mort.»
                                                   Milan Kundera, "L’insoutenable légèreté de l’être".
 
LE MONDE FRANCHIT LE POINT GODWIN !
La loi de Godwin repose sur le principe que, lorsqu’un intervenant est mal à l’aise dans une discussion sur le net et qu’elle ne parvient pas à conclure, elle finit par une comparaison impliquant le nazisme, le fascisme,... En résumé, atteindre le point Godwin, c’est remplacer les arguments par des analogies extrêmes.
C’est ce qu’a fait "Le Monde.fr" dans un article intitulé « Abelhakhim Mekhar : quand les médias sont acteurs et sujet du feuilleton » (par François Béguin et Alexandre Piquard -23.11.2013). A la question :  « Dans quelle catégorie ranger Abelhakhim Mekhar ? », les auteurs répondent : « Le débat sur le traitement médiatique, lui, est loin d'être clos. Maintenant que l'on sait que le suspect, a été condamné avec Florence Rey, proche de la mouvance autonome à l'époque, certains militants d'extrême droite assurent qu'on n'insiste pas assez sur le lien supposé entre M. Dekhar et l'extrême gauche, par exemple. »
Désolé mais nous ne logeons pas dans cette tanière. Que "Le Monde" se demande plutôt ce qu’il aurait écrit si A.M avait eu les mêmes antécédents à l’extrême droite …
Pour finir, une question que nous nous posons : pourquoi prendre le risque de passer pour un facho aux yeux des artilleurs du politiquement correct en traitant un sujet aussi délicat ?
Là, nous avons la réponse : par désespoir. Désespoir de voir les deux extrêmes empoisonner notre vie politique et empêcher les partis au pouvoir de prendre les décisions nécessaires au pays pour de basses raisons électorales. À cause d’un mode de scrutin qui impose à la gauche de ménager l’extrême gauche et à la droite de séduire l’électorat d’extrême droite. Résultat, la gauche socialiste est paralysée, la droite parlementaire est divisée et les extrêmes prospèrent. Est-ce mal de le reconnaître ?

Aucun commentaire: