Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 4 octobre 2013

PROPOS EXTRÊMES

Les signes de la montée du FN dans l'électorat se multiplient. Le PS et l'UMP reconnaissent le phénomène et le redoutent. Ce sera, à n'en pas douter, le sujet majeur des prochaines élections en France, municipales et européennes. L'enjeu n'est plus la sanction éventuelle du gouvernement mais l'annonce d'un séisme historique qui menace les institutions de la cinquième République.
Et c'est le moment que choisissent deux "personnalités" du Parti de gauche, Raquel Garrido, Secrétaire nationale à la VIe République, porte-parole de Mélenchon lors de le dernière présidentielle, et Clément Sénéchal, Coprésident de la Commission VIe République, pour tenir des propos pour le moins surprenants. Leur nom n'est pas très connu mais on sait pour qui ils roulent. Pour une fois, Mélenchon fait parler les seconds couteaux, ce qui n'enlève rien à la gravité de ce qu'ils disent, accrue par le lieu où ils le disent.
Le lieu est, en effet, le journal "Libération" (édition du 2 octobre: "des sondages liberticides") qui accueille leur "tribune", apparemment sans gêne aucune.
Que disent-ils ? Oh, une vieille rengaine contre les sondages d'opinion qui sont, comme chacun sait, truqués, manipulés, achetés...
Ce ne serait pas grave, c'est même la règle du jeu quand ils ne vous sont pas favorables, s'il n'y avait ces propos accablants:
-« L’opinion publique n’existe pas : elle est un produit. »
-« Dans l’optique d’une refondation démocratique au sein d’une VIe République, il faudrait faire en sorte que nul organisme ne puisse prétendre communiquer l’opinion des citoyens à leur place. »
C'est vrai, il y a des pays où les enquêtes d'opinion sont impossibles mais on n'a pas vraiment envie d'y vivre...
C’est bien Bertolt Brecht qui parlait de dissoudre le peuple ?
À d'autres moments, la droite de la droite de la droite (puisque Madame Le Pen menace de représailles judiciaires ceux qui utiliseraient le terme d’"extrême droite" pour parler du Front national), tenait les mêmes propos antidémocratiques et injurieux pour les citoyens.
En vérité, il est vain aujourd'hui de disserter sur la transparence et la pertinence des sondages, il suffit de regarder les résultats des dernières élections partielles et les scores du FN, plus parlants que toutes les enquêtes d’opinion et qui sont difficilement contestables, sauf à infantiliser les citoyens comme le font les auteurs de cette tribune.
La vague, à l'approche de nos côtes, pourrait bien se transformer en tsunami, avec ou sans sondages. A se demander si le Front de gauche rencontre de temps en temps d’autres français que leurs propres partisans, ceux qui ne sont pas encore passés à l’autre extrémité ...
L'extrême gauche (ou la gauche de la gauche de la gauche de la gauche, si Monsieur Mélenchon récuse lui aussi l’appellation d’extrême) devrait réfléchir un peu avant de tenir ce genre de propos, car c'est avec de tels arguments que l'on légitime la théorie du "ni-ni" qui consiste à refuser le "pacte républicain" au motif que les extrêmes, de droite et de gauche, se valent bien (si l'on peut dire....) et qu'il est aussi grave de chercher à racoler les voix du Front de gauche que celles du Front national.
Quelqu'un à gauche (et à "Libération"!) condamnera-il ces propos ou continuera-t-on de réserver au seul FN la prude indignation républicaine ? Pour le plus grand profit de l'extrême droite.
Voilà, c'est dit ! Rendez-vous au prétoire...
 « Les extrêmes marquent la frontière au-delà de laquelle la vie prend fin, et la passion de l'extrémisme, en art comme en politique, est désir déguisé de mort. »
Milan Kundera  ("L’insoutenable légèreté de l’être").

Aucun commentaire: