Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 13 septembre 2013

LIBERTÉ, ÉGALITÉ , FRATERNITÉ, FISCALITÉ

Hollande a été élu sur la promesse de rénover le pacte républicain. Mais personne ne croyait que là résidait le changement. La République, on pensait la connaitre, bien commun des français, depuis longtemps incontesté.
Liberté, égalité, fraternité. La France, quoi...Eh bien, on se trompait, tout cela est en train de changer.

La liberté, que l'on définissait comme le droit de circuler, de s'exprimer, d'entreprendre, d'être propriétaire, est aujourd'hui bridée par les interdits, les règlements et la mise à l'index des mal-pensants. 
La liberté d'expression ? Gare à qui ne parle pas le politiquement correct.
Aller et venir quand on a peur de marcher dans la rue le soir, de prendre la métro avec une chaînette autour du cou, de traverser un quartier où ne règne plus l'état de droit ?
Entreprendre quand les investisseurs croulent sous les charges, les règlements et les prélèvements, sans compter l'opprobre qui  pèse sur les patrons ?
Innover quand on vous oppose le principe de précaution et expérimenter quand on risque l'excommunication environ-nementale ?
Jouir de ses biens quand la propriété est menacée par des prélèvements confiscatoires et leur usage encadré et limité ? 

En vérité, la liberté est devenue suspecte pour une partie de la gauche, qui la redoute comme une arme offerte à l'opposition et à ceux qui ne pensent pas comme elle.
L'égalité, est devenu le premier principe de notre république socialiste. Tout le monde pareil ! Pas de riches ni de pauvres, pas de patrons ni d'employés, on en vient même à supprimer la différence entre les sexes, plus de garçons ni de filles, même genre pour tous. Tout le monde a les mêmes droits et
personne ne doit posséder  plus que les autres. L'égalité des chances a été remplacée par l'égalité des situations individuelles.

La fraternité tend à s'exprimer, désormais, par le laxisme et l'assistanat. Dès lors que l'on ne reconnaît plus le mérite il n'y a plus de raison de sanctionner la faute et puisque tout le monde à droit aux mêmes choses, il est normal de prendre le maximum à ceux qui ont plus pour donner  à ceux qui ont moins.
Difficile de critiquer une telle générosité apparente, mais comment faire concrètement ?
La fiscalité est le moyen d'y parvenir. Dans la tradition républicaine chacun doit payer l'impôt en fonction de ses moyens afin de contribuer équitablement au financement des dépenses publiques. Aujourd'hui, il est utilisé d'une manière de plus en plus confiscatoire, donnant le sentiment qu'il s'agit plutôt de punir ceux qui ont plus que de donner  à ceux qui ont moins.

Générosité ou jalousie ? Fausse route en tout cas.
Toutes les sociétés qui ont pratiqué cette idéologie égalitariste ont connu la dictature avant de s'effondrer. Celles qui ont survécu se sont camouflées derrière un gigantesque décor idéologique, comme Christo qui emballait les monuments publics dans un paquet cadeau, afin de dissimuler les grandes inégalités sociales, la corruption généralisée et les pratiques dictatoriales extrêmes qui les caractérisent.

Il faudrait se demander pourquoi la gauche française, si sûre d’elle-même et si fière de ses bons sentiments, est incapable de citer un seul endroit dans le monde où un modèle comparable au sien aurait réussi.
Sauf, bien sûr, Melenchon qui idolâtre Chavez et Besancenot qui a fait de Guevara son dieu. Deux grands démocrates !
Mais pourquoi chercher ailleurs ce que l'on  possède déjà,  nous qui avons "le rêve français" de Hollande et "le nouveau modèle français de Ayrault ?

LE TROISIÈME CERVEAU
Alors que nous rédigions cette chronique, nous avons pris connaissance d'une tribune publiée dans Le Figaro du 2 septembre, intitulée «Liberté, égalité, fraternité ne sont pas des acquis sociaux !» L’auteur, Jean-Michel Oughourlian, n’est ni un polititologue, ni un journaliste, il est neuropsychiatre et psychologue. Un passage, en particulier a retenu notre attention. En voici la citation : 
« Malheureusement, en considérant l’égalité comme un acquis social, on a voulu étendre cette notion et aboutir à ce que les citoyens ne soient plus égaux par rapport à une entité, un droit, une loi, mais à ce qu’ils soient égaux entre eux. Là encore, le "désir mimétique" a rongé les structures sociales pour abolir les différences entre les citoyens, dans l’illusoire projet de supprimer ainsi les rivalités, celles-ci étant dues aux différences, si minimes soient-elles, qui aimantent sur elles le désir mimétique, c’est-à-dire l’envie, la jalousie et donc engendrent le conflit.
La Révolution voulut « raccourcir » ce qui dépassait, d’où la guillotine. De nos jours on veut aller plus loin, abolir la différence entre riches et pauvres, entre hommes et femmes, entre cultures. C’est ainsi qu’insidieusement l’égalité est peu à peu remplacée par l’équivalence : tout le monde est identique. Il n’y a donc aucune raison que certains aient le bac et pas d’autres. Les médecins seront déclarés identiques et interchangeables, de même pour les plombiers, les pâtissiers, les couturiers, etc. La théorie du genre sera chargée d’abolir toute différence entre hommes et femmes, etc. »
Evidemment nous nous sommes sentis confortés dans ce que nous écrivions et nous avons donc cherché à en savoir plus sur ce "désir mimétique". Cela nous a entrainé au cœur d’un monde inconnu, terrifiant mais passionnant, mêlant la neurologie et la psychanalyse, dans lequel nous avons croisé d’éminents savants spécialistes des neurosciences : l’italien Giacomo Rizzolati, qui a découvert dans notre cerveau des "neurones miroirs", René Girard, l’inventeur du désir mimétique et Jean-Michel Oughourlian, l’auteur de 
«Notre troisième cerveau », récemment publié chez Albin Michel.
Nous nous garderons bien de développer cette école de pensée qui a la folle ambition de  "revisiter" les théories freudiennes. Nous nous limiterons, en conclusion à cet article, à une considération personnelle qui nous ramènera à notre sujet du jour grâce à une découverte surprenante.
Mais avant il nous faut digérer la nouvelle : nous avons trois cerceaux ! Dire que l’on en était venu à douter que certains en aient un et voici que nous découvrons que tous les hommes en ont trois et que ces cerveaux gèrent, de conserve,  notre comportement. ..
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, au fond, c’est assez clair.
Premier cerveau : le «cerveau rationnel», du latin "rationalis", conforme au bon sens, logique. C'est le domaine de la raison qui, selon Descartes, inventeur du rationalisme, permet de distinguer le vrai du faux.
Deuxième cerveau, « le cerveau émotionnel » où se forment les réactions de plaisir, de passion, de colère, de haine… C'est le domaine des passions.

Troisième cerveau, le « cerveau mimétique » qui a donné son nom à la théorie dont nous parlons, le désir mimétique. C’est la partie de notre cerveau où se trouvent les "neurones miroirs", qui réagissent à l’altérité ou, pour le dire plus simplement, qui gèrent la relation à autrui. C’est lui qui provoque le désir d'être ce que d'autres sont ou d'avoir ce que les autres ont. Il peut jouer un rôle positif en poussant à l’imitation, car il favorise l’apprentissage et l’éducation. Mais il peut, au contraire, jouer un rôle négatif en suscitant la jalousie, la compétition, la violence…
Nous ne sommes pas dotés, au hasard de la génétique, de l'un de ces trois cerveaux. Nous sommes tous les heureux propriétaires de ces trois cerveaux qui fonctionnent en synchro… Mais ils ne sont pas activés dans l'ordre de leur numéro. Le premier cerveau à entrer en action est, en réalité, le troisième (on l’appelle ainsi car il été identifié après les deux autres) : c'est lui qui crée le désir. Le second apporte alors l’émotion que suscite le désir : plaisir ou apathie, jalousie ou antipathie. Quant au cerveau rationnel, il est là pour essayer de mettre un peu d’ordre dans notre comportement et de lui donner de la cohérence.
Si vous avez eu le courage de nous accompagner jusque-là, nous allons maintenant vous faire  partager la découverte surprenante à laquelle cette théorie nous a conduit.
En fait, il s’agit bien plus que d’une théorie puisqu'elle est déjà mise en pratique dans le domaine médical pour le traitement de certaines maladies neurologiques comme l’autisme, la bipolarité ou Alzheimer. On est donc loin de la plaisanterie et de grands développements sont annoncés dans l’avenir. Mais on imagine aisément les nombreuses applications qu’elle pourront également avoir dans les relations sociales. 
Pour notre part, nous avons eu une révélation : la théorie du désir mimétique explique parfaitement  la différence entre les principaux courants politiques et pourquoi nous sommes plutôt de droite ou de gauche, voire révolutionnaire.
A droite, le cerveau rationnel est dominant, ce qui explique son attirance pour le réalisme, la logique et le pragmatisme. La tête...
Le socialisme, vous l’avez déjà deviné, est directement branché sur le cerveau mimétique, celui de la recherche forcenée de l’égalité pour supprimer toutes les différences. Le coeur...
Quant au cerveau émotionnel, c’est évidemment celui de la révolte, de la colère, de la violence. Le poing...
A ce stade, il serait fort intéressant de distinguer lequel des différents cerveaux de nos lecteurs est, à la lecture de ce que nous venons d'écrire, entré en sur-régime !
Si ce sont les trois cerveaux qui ont été activés, comme le veut la théorie, voici quelques liens qui ouvrent bien des horizons et qui donneront, peut-être, l'envie d’approfondir le sujet et de consulter les ouvrages cités.

1-« Notre troisième cerveau », Jean-Michel Oughourlian -  Albin Michel, mars 2013.
2-Tribune de J.M Oughourlian dans Le Figaro du 2 septembre 2014: « Liberté, égalité, fraternité ne sont pas des acquis sociaux !»  http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2013/09/01/10001-20130901ARTFIG00130-liberte-egalite-fraternite-ne-sont-pas-des-acquis-sociaux.php (Article réservé aux abonnés).
3- http://www.philolog.fr/le-desir-mimetique-rene-girard/
4-« http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-le-troisieme-cerveau
http://www.rene-girard.fr/offres/gestion/actus_57_16502-617/notre-troisieme-cerveau-de-jean-michel-oughourlian.html
5-http://www.lexpress.fr/culture/livre/notre-troisieme-cerveau-meninges-a-trois_1263111.html
6- http://joel-hillion.eklablog.com/-a92907961
7-http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Michel_Oughourlian


Aucun commentaire: