Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

jeudi 27 juin 2013

LE MUR DES COMPTES

Les noms d'oiseaux volent.
Le ministre de l'économie traite de menteur le président de la commission des finances de l'assemblée nationale, Gilles Carrez, qui a osé annoncer que le  déficit public serait, en réalité, supérieur de 20 milliards aux prévisions du gouvernement.
Le ministre du budget, Bernard Cazeneuve, maintient sa " stratégie de sérieux budgétaire " en dépit des " manifestations de mauvaise foi " et des " vociférations ".
Le rapporteur socialiste du budget à l'Assemblée, Christian Eckert, se dit déterminé à " tordre le cou aux mensonges anxiogènes, alarmistes et politiciens tenus ce jour par ceux qui soufflent sur les braises de l'incendie qu'ils ont eux-mêmes allumé ".
Mention spéciale doit être décernée au Ministre de l’économie, Pierre Moscovici. Ses déclarations constituent un véritable joyau ! Ecoutez bien :
-« L’opposition est singulièrement gonflée, elle n’a pas de leçon à donner ». C’est de bonne guerre …
-le montant exact du déficit public ? « C’est à l’automne que nous constaterons tout cela ». Il est exact qu’il est plus facile d’établir un budget à posteriori…
-Mais sur les dépenses dont on anticipe un dérapage ? « C’est un énorme mensonge de la droite » ! Discours en bande organisée…
-Ecoutez bien la suite : « Jean-Marc Ayrault va présenter aujourd’hui les lettres de cadrage aux ministères. Elles montreront que les dépenses de l’Etat baisseront pour la première fois … en 2014 » !
-Et, le Tag de génie à l’égard des français, que l’on a bien tort de prendre pour ce qu’ils ne sont pas : « Il n’y aura pas de collectif budgétaire car nous ne voulons pas ajouter de l’austérité à la crise » !
Voilà vraiment matière à un beau commentaire de texte sur le discours socialiste à l’égard des français : ça va mal ? Oui, nos prédécesseurs n’étaient pas à la hauteur ; Mais aujourd’hui, après plus d’un an de gouvernement ? Il est trop tôt pour le dire, on verra plus tard ; Mais comment ça va vraiment ? Bien... en 2014! 
C'est à qui s'affichera en plus gros sur le mur des comptes.
Pourtant, on ne comprend pas bien la raison de la querelle. Le gouvernement a déjà reconnu que le déficit ne serait pas ramené à 3% du PIB dès cette année comme s'y était engagé le président  et il a été contraint de quémander l'accord de Bruxelles sur 3,7%, alors que la Cour des comptes évalue, dans un document officiel qu'elle vient de publier, le déficit public 2013 à 4% (hypothèse moyenne) .
Pourquoi donc tant de bruit ? Inutile de sortir de la promotion Voltaire de l'ENA, comme le président, son secrétaire général et son ministre du travail, ni d'être conseiller-maître à la Cour des comptes, comme le ministre de l'économie, pour comprendre que la différence entre 4 et 3 est 1 et que 1% d'un PIB qui s'élève à 2.000 milliards cela fait 20 milliards. Le déficit prévu par la loi de finances était légèrement supérieur à 60 milliards. Tout le monde s’attend aujourd’hui à un résultat proche de 80 milliards. 80-60= 20 ! On n’en sort pas…
Pourquoi tourner autour du pot ?
Les socialistes, depuis 1936, évoquent le mur de l'argent pour justifier leurs échecs. Hollande a érigé la finance au rang d’ennemi N°1. Aujourd'hui, la gauche est plaquée contre le mur des comptes ce qui réduit quelque peu ses marges de manœuvre. On peut comprendre qu’elle n’apprécie pas.
Ils sont donc furieux que l'on annonce que le budget voté pour 2013 est, d'ores et déjà, totalement obsolète : les impôts prévus ne rentrent pas et les dépenses sont en dépassement (il faut bien financer les emplois aidés!). En bonne logique démocratique d'une République exemplaire il faudrait donc rectifier dès maintenant, au moyen d'un collectif budgétaire, selon l'usage. Mais cela signifierait plus d'impôts, contrairement  à l'engagement présidentiel, et une réduction des dépenses, ce qui conduirait à rouvrir le débat sur l'austérité.
Il vaut donc mieux s'en prendre à l'opposition et à son bilan passé.
Cela fait combien de temps, déjà, que la gauche, est au pouvoir ?
Quand comprendra-t-elle que la campagne électorale est terminée et que c'est elle maintenant qui est au pied... du mur ?
Mais si elle se plaît tellement dans l'opposition, rien de plus facile: il suffit à Hollande de consulter le peuple français, dissoudre l'Assemblée et procéder à de nouvelles élections législatives.
Comme on vient de le voir avec les élections partielles, elle devrait y parvenir sans trop de difficulté...

Aucun commentaire: