Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

dimanche 10 février 2013

NOUS SOMMES TOMBÉS DANS LE RUISSEAU, C’EST LA FAUTE À L’EURO

Si nous tombons dans le ruisseau, Hollande est formel, c’est la faute à l’Euro.
Nous nous demandions, dans nos vœux du 1er janvier, comment la France se sortirait de ses engagements budgétaires alors qu’ils reposaient sur l’hypothèse  irréaliste d’une croissance de 0,80% en 2013. Nous avons maintenant la réponse.
On va effectivement revoir à la baisse cette prévision mais l’excuse est toute trouvée. Ecoutons le chef de l’Etat. Il faut, dit-il : « engager l'indispensable réforme du système monétaire international, car sinon nous demandons à des pays de faire des efforts de compétitivité qui sont annihilés par la valorisation de l'euro. »
Reformer le système monétaire international, rien que ça ! Il suffit d’y contraindre l’Allemagne, l’Angleterre, la Chine, le Japon, les USA… En attendant, Hollande pourra dire que la France et sa politique n’y sont pour rien. Ses promesses sont impossibles à tenir, c’est la faute à l’euro…
On veut bien croire qu’il vaut mieux une monnaie faible qu’une monnaie forte pour exporter. Mais est-ce si simple ?
On peut d’abord se demander pourquoi, il y a quelques semaines à peine, Hollande se réjouissait de la bonne tenue de la monnaie européenne qui confirmait, selon lui, la fin de la crise de l’euro, alors qu’il considère aujourd’hui que c’est mauvais pour la croissance.
Se demander, aussi, pourquoi les allemands s’accommodent fort bien d’un euro à 1,35 $. Merkel n’aura pas tardé à contredire Hollande en déclarant que le gouvernement allemand est  « convaincu que l'euro n'est pas surévalué par rapport à sa moyenne historique. » Et son porte-parole d’enfoncer le clou : « La politique de change n’est pas un instrument adapté pour améliorer la compétitivité ». Pan sur la France ! Qu’elle commence, dit-on outre-Rhin, par procéder aux réformes structurelles indispensables et à réduire ses dépenses publiques.
Comment expliquer, en effet, que l’Allemagne enregistre un excédent commercial de 190 milliards  et la France un déficit de 67 milliards ? L’euro fort n’explique pas tout puisque quand l’euro était à son sommet, en 2008 (jusqu’à 1,60 $), l’Allemagne avait un excédent de 178 milliards et la France un déficit de 56 milliards. Et quand il était très bas, en 2010 (au-dessous de 1,20), les chiffres étaient comparables, respectivement +155 milliards et – 52 milliards. Pas de doute, il y a un truc.
Certains économistes ont trouvé l’explication : l’Allemagne exporte des produits de qualité (deutsche qualität !), et innovants, tandis que la France propose du moyen de gamme où la concurrence est plus forte. Pas très agréable à entendre…
Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’avec un euro fort les importations coûtent moins cher(1). Avec un euro qui vaudrait un dollar, combien faudrait-il payer le litre d’essence ? 30 à 40 centimes de plus ? On se souvient du psychodrame de l’automne dernier, lorsque  l’Etat avait jugé bon pour faire baisser les prix à la pompe de consentir un effort budgétaire de 100 millions par mois. Pour 3 centimes de baisse ! Pour 30 ou 40 centimes, cela pourrait coûter près de 15 milliards d’euros par an …
Le voilà donc  le truc, mais tout le monde connaît : si une monnaie faible peut soutenir les exportations, elle renchérit les importations. Or, en France, nous sommes fortement dépendants des importations pour de nombreux produits de consommation courante ou d’équipement et si l’on devait  les remplacer par du "made in France"  (pour autant que cela soit possible) il faudrait payer encore plus cher !
Au fond, même si c’est inconscient, les socialistes regrettent le bon temps où la dévaluation redonnait un peu de compétitivité sans imposer des réformes impopulaires et où l’inflation- sa conséquence directe- faisait baisser la charge de la dette. Malheureusement, ou plutôt heureusement, aujourd’hui, notre dette est libellée en euro et ce n’est plus nous qui en fixons la parité à l’égard des autres monnaies.
Donc la question de la valeur de l’euro n’est pas près d’être tranchée. Mais, on l’aura compris, ce n’est pas vraiment le sujet.
Ce qui compte, c’est d’avoir une bonne explication lorsque le gouvernement annoncera qu’il revoit ses prévisions de croissance à la baisse (2) et que, par conséquent, l’objectif de ramener le déficit budgétaire à 3% du PIB ne sera pas tenu.
Cela tombe bien car, avec le temps qui passe, il devient de plus en plus difficile d’invoquer le bilan du prédécesseur. Surtout quand il faut expliquer que les engagements pris, fin 2013, par l’actuel président,  ne seront pas tenus.
 
(1)  en 2012, la facture énergétique de la France (69 milliards) était supérieure à son déficit commercial (67 milliards).
(2)  Pierre Moscovici a déjà évalué à 0,30 % du PIB le "coût" de la hausse de l’euro. Afin  de préparer les esprits à une première baisse de la prévision de croissance de 0,80 à 0,50 % ?

Aucun commentaire: