Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mardi 26 février 2013

LES VACANCES DE MONSIEUR PEILLON

Avec la SNCF, tout est possible !
Nous avons reconnu être mal à l’aise avec l’école. Faute de compétence et d’expérience, mais aussi parce que nous n’avons jamais trouvé de repères fiables, de maîtres qui fassent vraiment autorité. Sauf un intellectuel de gauche, très unanimement respecté, Jacques Julliard, que nous avions cité dans notre précédent blog (1) et dont nous donnons ici la conclusion : « Il ne sert à rien, cher François, de déverser des fleuves d’argent dans le tonneau sans fond de l’éducation nationale si l’on n’éradique pas le bordel dans les classes, si l’on n’apprend pas le français aux gamins ».
S’il y avait un sujet sur lequel nous étions prêts à faire crédit à la gauche, c’était bien celui de l’éducation. Mais aujourd’hui nous sommes totalement perdus et nous ne nous comprenons plus rien au débat.
Avant d’accabler ce pauvre Peillon et de le soupçonner d’avoir inhalé de la  fumée, faisons plutôt un petit retour en arrière, vers les fondamentaux qui devraient nous remettre sur les bons rails : les  60 engagements du candidat Hollande.
Qu’avait-il promis aux français sur ce sujet qui constitue sa première priorité, puisqu’elle concerne au premier chef la jeunesse ?
-Engagement 36 : « Je créerai en cinq ans 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation … Pour tous, je rétablirai une formation initiale digne de ce nom. »
- Engagement 37 : « Je donnerai la priorité à l’acquisition des savoirs fondamentaux et d’un socle commun de compétences et de connaissances. Nous transformerons, avec les enseignants, les méthodes pédagogiques. Les élèves les plus en difficulté bénéficieront d’un accompagnement personnalisé pour que, à la fin du quinquennat, le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire soit divisé par deux. Je renforcerai et valoriserai les filières d’enseignement professionnel et technologique… J’offrirai à tout jeune déscolarisé de 16 à 18 ans une solution de formation, d’apprentissage ou un service civique. »
- Engagement : 38 « Dans l’affectation des nouveaux personnels, ma priorité ira aux écoles maternelles et primaires, car c’est là que les premières difficultés se manifestent et que l’échec scolaire se forme, ainsi qu’aux zones en difficulté. Dans l’intérêt de nos enfants, je reverrai les rythmes scolaires, qui n’ont aucun équivalent en Europe. »
Evidemment, nous étions dans le registre électoral, avec des promesses de moyens  supplémentaires et l’expression de bons principes. Mais il y avait l’annonce d’une réforme qui apportait l’espoir d’un débat national.
De quoi parle-t-on, depuis dix mois, au sujet de l’école ? Des rythmes scolaires, exclusivement. Combien de demi-journées de travail dans la semaine, combien de semaines de vacances dans l’année. C’est, sans doute, un sujet important, mais  ce n’est pas, nous semble-t-il, celui que Hollande avait placé au premier rang de son projet (c’est, d’ailleurs, sa toute dernière phrase).
Où trouve-t-on, chez Peillon, l’acquisition des savoirs fondamentaux, le socle commun des compétences,  les méthodes pédagogiques, l’apprentissage, … enfin tout ce qui fait une politique éducative ?
Mais puisqu’on est dans les horaires de vacances, la solution ne serait-elle pas de regarder du côté de la SNCF, qui annonce, dans son slogan,  avoir « des idées d’avance » !  et de connecter toutes les écoles à  « voyages-sncf.com ». Au moins une activité qui ferait consensus….
Quant à Monsieur Peillon, nous nous permettons de lui conseiller de ne pas fixer les vacances en se basant uniquement sur le choix des horaires. Il ferait mieux de proposer d’abord une destination. De s’assurer qu’elle convient aux enfants. De vérifier que les parents pourront les accompagner. Et de contrôler, enfin, que la voie n’est pas bloquée par une grève des personnels.

    
      La vacance des grandes valeurs n’enlève rien à la valeur des grandes vacances.
      (Edgar Morin, philosophe français, cofondateur du PSU- L’esprit du temps, 1975.)

 

Aucun commentaire: