Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mardi 19 février 2013

LE PREMIER MINISTRE " IN PECTORE " DE HOLLANDE




Hollande vient de connaître la même mésaventure que le roi Midas. Non pas qu’il possède, comme le  roi de Phrygie, le don de transformer en or tout ce qu’il touche. Hélas, car nos finances publiques s’en porteraient mieux.La ressemblance tient plutôt à une particularité physique. Le roi Midas avait de grandes oreilles, punition infligée par Apollon parce qu’il avait voté pour la flûte de Pan, contre la lyre du dieu de la musique. Hollande, lui, doit sa disgrâce à son appendice nasal qui ne cesse de s’allonger depuis que les français ont voté pour lui, sur une promesse qui se révèle un mensonge.
L’un et l’autre, afin de se protéger des railleries, avaient érigé en secret d’état leur défaut physique. Mais impossible d’empêcher la rumeur de courir, la vérité finit toujours par éclater. Le barbier qui avait découvert les grandes oreilles du roi, se sentant incapable de garder en lui ce terrible secret, alla l’enfouir dans un champ. Mais les roseaux alentours, qui l’avaient entendu, le répétèrent à tout vent, ridiculisant le pauvre Midas.
Pour Hollande, la révélation du secret fut moins poétique. Elle fut publiée dans le rapport annuel de la Cour des comptes, tellement ennuyeux qu’il passe généralement inaperçu. Mais le président de cette institution s’est fait un plaisir d’aller la crier à tout vent, comme les roseaux de la légende, sur les places publiques.
Le messager de mauvaises nouvelles connaît souvent une fin tragique. Pas lui. Chacun, à commencer par le monarque lui-même, opine gravement et le félicite d’avoir eu le courage de dire tout haut ce que tout le monde savait depuis longtemps. Bizarre !
Le secret de Hollande était un mensonge. Pas possible, en effet, de parler d’erreur ou d’ignorance compte tenu de la compétence de l’intéressé et de tous les avis d’experts dont il a bénéficié. C’est ce mensonge qui a permis au candidat Hollande de se faire élire président de la République, qu’il a réitéré une fois installé à Élysée et que tout ce qui compte en socialie, du premier ministre au dernier des élus, rabâche, en toutes occasions, comme une vérité révélée.
Ce mensonge est structuré comme un syllogisme irréfutable : ce n’est pas la crise qui est responsable de nos malheurs, c’est Sarkozy. Donc, une fois la gauche au pouvoir, la confiance reviendra et les mesures promises par Hollande ramèneront la croissance, ce qui réduira le déficit budgétaire et résorbera le chômage. Tellement évident que l’on a même pu en évaluer les effets chiffrés à la décimale près ! La croissance ? 0,80%. Le déficit : 3% de PIB. Le chômage ? Regardez la courbe qui s’inverse…
Qu’a dit le barbier de Hollande, Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes ? Des choses vraiment pas  agréables à entendre pour le pouvoir.
Par exemple, que la situation de la  France en 2012 est moins bonne que celle de la moyenne de l’Union européenne. Que si des économies ont bien été réalisées, elles sont dues, pour une part non négligeable, aux  mesures prises sous la législature précédente. Que les prévisions de recettes du Gouvernement pour 2013 sont trop optimistes.
Mais surtout, et c’est la révélation du secret d’état, que l’engagement des 3% et donc ceux qui en découlent ne seront pas tenus.
Après tout, la Cour est dans son rôle quand elle juge les politiques publiques. Également, quand elle émet un avis, tel que celui-ci : la priorité absolue est désormais d’intensifier les économies… l’effort prévu pour 2013 est déséquilibré car il repose pour moins de 25 % sur la maîtrise des dépenses et pour plus de 75 % sur des hausses d’impôts…
Mais Didier Migaud va beaucoup plus loin quand il explique au gouvernement ce qu’il doit faire. Le voilà qui déclare qu’il faut fiscaliser les allocations familiales, geler les retraites, poursuivre le travail de réduction des niches fiscales,  réduire les aides aux entreprises…sans parler de tous ses projets pour maitriser les dépenses des collectivités locales et limiter les dépenses de santé. Son credo : « L’essentiel de l’effort doit porter sur les dépenses. Des économies sont possibles sans remettre en cause le modèle social français.» C’est clair et courageux !
Au fond, c’est la déclaration de politique générale que nous aurions aimé entendre du premier ministre.
Du premier ministre ? Mais, c’est bien sûr, le voilà le prochain premier ministre de Hollande ! Ce n’est pas pour tout de suite, il faut attendre que la gravité de la situation se soit imposée à sa propre gauche et que l’Europe ait remonté les bretelles de la France. Que l’heure des sacrifices ait vraiment sonné. Que le moment soit venu, comme dans d’autres pays malades, de faire appel à un technicien pour administrer le remède de … cheval qu’aucun politique n’oserait prescrire, bref d’aller chercher un Mario Monti français.
Qui mieux que Migaud pourrait tenir le rôle ? Que ce socialiste compétent, unanimement apprécié par ses camarades, qui a été un très respecté président de la commission des finances (imposé par Sarkozy qui souhaitait que cette importante commission parlementaire soit dirigée par un député de l’opposition) avant d’être nommé (par Sarkozy toujours) à la tête de la Cour des comptes où il a fait preuve de courage et d’indépendance. A l’époque, la droite n’avait pas vraiment apprécié mais aujourd’hui  la gauche ne bronche pas(1).
Hollande, lui-même, n’a montré aucun agacement, pas la moindre réserve, ni lancé la moindre blagounette. S’il n’a pu s’empêcher d’en faire une, douteuse, sur le pape, il pourrait bien, en revanche, s’inspirer du pouvoir dont dispose ce dernier de nommer secrètement  un cardinal (il conserve sa décision " in pectore ", en son sein, tant que les circonstances l’exigent).
Cela pourrait bien être le cas de Didier Migaud qui serait le" primus minister in pectore" de Hollande. Ou alors, pour ceux qui trouveraient cette référence catholique trop ringarde, " l’imam caché ", le sauveur attendu …



(1) Enfin, pas officiellement et pas toute la gauche… Cahuzac, par  exemple : « La cour des comptes est parfaitement légitime pour juger de l’efficience et des coûts des politiques menées. Est-elle dans son rôle en indiquant ce qu’il faudrait faire en lieu et place d’un gouvernement investi et de députés élus ? » Finement dit, mais attendons que les autres, ceux qui briguent Matignon, aient compris la menace…


Aucun commentaire: