Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mercredi 18 juillet 2012

DÉTRICOTAGE ET DÉLESTAGE

On connaît maintenant les deux principes de gouvernement de François Hollande : détricotage et délestage. Au fond, ces deux principes lui ont bien réussi. C’est sur le rejet du sarkozysme qu’il a été élu et c’est sur la recherche du consensus qu’il a conservé son poste de premier secrétaire du parti socialiste pendant dix ans.
A partir de ces deux référents, on peut  déjà faire le bilan des cent premiers jours de Hollande.
Au rayon détricotage : la fin de la détaxation des heures supplémentaires, l’annulation de la TVA sociale, la réforme de l’ISF, la baisse du plafond d’exonération des droits de succession, l’annulation des mesures de rétention contre les clandestins… la liste est déjà longue.
Au rayon délestage : la commission Jospin sur la rénovation de la vie politique, la conférence sociale, la conférence environnementale, la conférence contre la pauvreté et l’exclusion, la mission sur la fin de vie… Manifestement notre président n’aime pas assumer les décisions. Il demande donc, pour le quotidien, au gouvernement de gérer et pour les décisions importantes qui doivent être prises, il organise la concertation.
On peut trouver cela démocratique, mais c’est surtout un moyen de ne pas assumer la responsabilité des mesures.
L’affaire de la CSG est un très bon exemple de la méthode Hollande.
Annuler la TVA sociale, c’est facile. Inutile de réfléchir au problème, il suffit d’appliquer le réflexe conditionné de l’antisarkozysme.
Mais le pouvoir commence à réaliser que les choses ne sont pas si simples qu’il le croyait et que derrière la TVA sociale, il y avait la baisse des charges sur les entreprises.
Or, et c’est assurément l’évènement le plus important de ces 100 jours, Hollande vient de prendre conscience que, contrairement à ce qu’il a rabâché pendant la campagne, la France a bien un problème de compétitivité.
Il faut donc songer à baisser les charges sociales qui pèsent sur les entreprises et compenser d’une autre manière la perte de recettes qui en résultera pour l’Etat. Inutile de chercher, si l’on exclut la TVA, il n’y a que la CSG.
Hollande l’a compris mais il n’est vraiment pas chaud pour en assumer la paternité. Alors, il renvoie le bébé aux syndicats et compte bien que la proposition émanera de la conférence sociale. Mais comme l’on n’est jamais assez prudent il confie, parallèlement, à Louis Gallois une mission sur la compétitivité.
De la sorte, la responsabilité de la CSG sociale sera largement partagée. Normal que je vous suive puisque je suis le chef !
S’il voulait démontrer qu’il est différent de Sarkozy, c’est réussi…



Aucun commentaire: