Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

vendredi 22 juin 2012

LES SOCIALISTES ALLEMANDS SONT ALLEMANDS, LES SOCIALISTES FRANÇAIS SONT SOCIALISTES


Nous évoquions mercredi les négociations entre Merkel et son opposition sur la ratification du pacte budgétaire et du Mécanisme de Secours (MES) qui l’accompagne, conçus, rappelons-le, par Sarkozy et Merkel.
Eh bien ! Cela n’aura pas tardé. L’accord a été conclu  jeudi avec les principaux partis allemands, dont les socialistes du SPD (et les Verts aussi, d’ailleurs).
Comme prévu, la chancelière accepte la taxe sur les transactions financières, sur le modèle proposé par la commission européenne. Cet impôt sera effectif dès lors que neuf Etats de la zone euro l’auront également adopté.
L’accord prévoit l’augmentation des moyens de la BEI et les  "Project bonds " (voir notre chronique de mercredi). Il confirme également l’instauration d’une règle d’or budgétaire, avec des sanctions en cas de non-réalisation des objectifs qui entrera en vigueur le 1er janvier 2013, si douze Etats au moins l’ont, à cette date, également adoptée.
Pas question, en revanche, des Eurobonds pour mutualiser la dette ni de compétences nouvelles de la Banque centrale européenne pour lui permettre de prêter aux Etats, deux exigences prioritaires de Hollande.
Tout a donc été verrouillé avant la réunion des chefs d’Etat et de gouvernement les 28 et 29 juin (avant également la rencontre Merkel, Hollande,  l'espagnol  Rajoy et l'italien   Monti, à Rome ce vendredi, réunion organisée pour ...préparer le sommet !).
Rien ne sera donc changé dans le texte qu’avait signé Sarkozy. Et Hollande ne tiendra pas son engagement de renégocier le traité. Il lui faudra bien procéder à sa ratification tel qu’il est.
De quoi va-t-on alors parler lors du sommet ? Du plan d’accompagnement des investissements de 120 milliards que nous évoquions mercredi (BEI et Project bonds). En réalité, son montant dépendra de la mobilisation du secteur privé au profit de qui ces facilités seront offertes.
On pourra aussi discuter du nom à lui donner ("Pacte de croissance", ce serait bien). L’honneur est sauf.
Vraiment ?
Pour notre part, nous considérons que le verrouillage préalable et unilatéral par l’Allemagne est une humiliation pour la France.
Quel dommage de jouer « petit bras » ! Il est encore temps. Il y a, pour la France, une opportunité historique.
Plutôt que de refuser la rigueur et de chercher à faire payer l’Allemagne, doublons-la sur son propre terrain. Elle veut plus de fédéralisme ? Banco !
Proposons-lui une véritable union, monétaire, bancaire, fiscale, budgétaire.
L’Allemagne fait peur et n’est pas aimée mais on se souviendra que la France est à l’origine de l’idée européenne.
Jamais un gouvernement n’a eu autant les mains libres pour faire enfin l’Europe et sortir de l’impasse actuelle par le haut.
Allons même plus loin, proposons aux allemands ce qui leur manque pour être une vraie grande puissance. Offrons-leur de partager notre force nucléaire dans un « Pacte de défense ».
Sur une seule initiative, la France redevient maître du jeu en Europe.
Monsieur le Président, nous vous en conjurons. La campagne électorale est terminée. Vous avez prouvé que vous étiez un bon politique. Vous pouvez, aujourd’hui devenir un homme d’état.

Il vous reste à inventer le socialisme français.


Aucun commentaire: