Adresses

BLOG : http://www.francois-2.com/
o
u : http://francois-2.blogspot.com/
MAIL: agvialain@gmail.com


AUTRES BLOGS

Les 500 derniers jours du PS, avant la présidentielle de 2012:
Campagne 2012 de François Hollande
agv-solferino2012.blogspot.com/
agv-solferino2012.blogspot.fr/



« TOUT PARTI VIT DE SA MYSTIQUE ET MEURT DE SA POLITIQUE » (Charles Péguy)

mercredi 20 juin 2012

HOLLANDE ENTERRE LES EUROBONDS

On en aura beaucoup moins parlé que de la mort de Thierry Rolland mais nous avons eu à déplorer une autre disparition ces jours derniers, celle des fameux eurobonds, enterrés par François Hollande lui-même. En toute intimité.
Pourtant cela ressort clairement du document adressé par la France à ses partenaires européens en vue du sommet des 28 et 29 juin, qui s’intitule « Pacte pour la croissance en Europe » (dévoilé par le JDD).
Enfin, clairement n’est pas le mot juste. Hollande continue de l’évoquer mais … pour plus tard, quand les conditions seront réunies. En attendant, il se contentera d’une « feuille de route pour les dix prochaines années ». Dix ans, deux mandats…
Certes, il réclame toujours des mesures en faveur de la croissance. Il en a même chiffré le prix : 120 milliards. Impressionnant ! Bon, c’est nettement moins que ce que l’on a donné à la Grèce. Réparti entre tous les pays, cela est encore moins impressionnant : à peine 1% du PIB européen et, selon les experts, de 0,1 à 0,2% de croissance en plus. Mais c’est toujours ça…
On peut évidemment se demander comment on fait pour mobiliser 120 milliards.
En fait, c’est tout simple, cela ne coutera rien. Il suffit de les prendre là où ils sont :
-55 milliards de fonds structurels. Ce sont des ressources de l’Union européenne destinées à investir dans les régions les plus pauvres d’Europe. Les pays les plus riches, en passe de le devenir moins, en profiteront donc.
-60 milliards proviendront de prêts de la Banque européenne d’investissement (BEI). Financer l’économie c’est ce qu’elle fait déjà. Pour lui permettre d’emprunter ces 60 milliards, son capital sera augmenté de 10 milliards (c’est cela l’utilité d’une banque…). Ce n’est pas énorme pour 27 Etats mais, rassurez-vous, souscrire n’est pas verser. Il ne faudra payer que si la Banque connaît des difficultés. Pour l’instant, elle est triple A.  
-4,5 milliards de « project  bonds ». Non, nous n’avons pas dit eurobonds. Ces derniers, en effet, sont un moyen de mutualiser la dette des Etats (objectif à dix ans, comme on l’a vu…). Les project bonds, que l’on surnomme les « bébés bonds », sont  simplement un mode de financement des entreprises pour de grands travaux. Sans entrer dans les détails, il s’agit encore d’utiliser la BEI.
Par ailleurs, le mémorandum français réclame, à nouveau, la taxe sur les transactions financières dont le produit pourrait être affecté au budget européen et au soutien de la croissance.
Ces demandes sont-elles réalistes ? On peut le croire puisque toutes ces mesures ont déjà été préparées par les services de la Commission de Bruxelles, à la demande de …Sarkozy et Merkel. La taxation des transactions financières elle-même a été introduite en France (Hollande veut en augmenter l’assiette) et Merkel vient de la promettre au SPD en contrepartie de son accord sur le pacte de stabilité budgétaire. Rappelons que les socialistes allemands ont également approuvé l’inscription de la règle d’or dans la constitution. De vrais amis !
En revanche, il n’y a pas que les eurobonds qui sont renvoyés aux calendes …grecques, il y a aussi une autre exigence de Hollande, l’extension des missions de la Banque centrale (BCE) afin de lui permettre d’acheter la dette des Etats. Pour cela il faudra attendre ce que l’on appelle l’Union budgétaire et l’Union bancaire, le fédéralisme en sorte. Dans dix ans ?
Au total, que penser de cette nouvelle position française ? Certains trouveront sans doute que notre façon de présenter les choses est injustement ironique. Mais nous écrivons depuis des mois (*) que les conditions posées par Hollande n’étaient pas réalistes, seulement électoralistes. C’est ce qui est en train d’arriver. Tant mieux.
Et l’on doit relever, une nouvelle fois, son habileté politique. Qui mesurera  les reculades ? Ce que l’on retiendra, c’est le mot croissance et l’on fera mine de croire qu’il en est l’initiateur. Il faut s’en féliciter car ce message à l’égard des populations inquiètes et touchées par la crise est nécessaire. Il est vrai que l’on ne peut pas ne parler que de rigueur sans  donner au moins un espoir de croissance.
Alors, on le signe ou on ne le signe pas le pacte budgétaire ? Il faut se décider maintenant.
C’est toujours pareil les lendemains de fête, il faut commencer à démonter les décors. E finita la comedia…


(*) Voir notamment : « Questions pour le champion », Douzième question :


Ainsi que : « Désunion européenne » :http://www.agv-solferino2012.com/2011/12/desunion-europeenne.html  


Aucun commentaire: